Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Gilles Kraemer.     

Dove sono i bei momenti / Di dolcezza, e di piacer ?

 

Giorgio da Castelfranco detto Giorgione (1477-1510), Portrait d'un guerrier avec son écuyer ou Gattamelata // Ritratto di guerriero con scudierodetto “Gattamelata”, vers 1501. Huile sur toile, 90 x 73 cm.. Florence, Galleria degli Uffizi.

Impossible de se rendre en Italie pour l’instant. Pandémie du Covid-19 oblige. Un temps pour relire Journal du voyage de Michel de Montaigne en Italie, par la Suisse et l'Allemagne en 1580 et 1581 (1774), Histoire de la peinture en Italie de MBAA (1817) ou Histoire de Rome, Naples et Florence (1817) de M. de Stendhal.

Et, quand il sera temps, si tu ne viens pas à Florence, Florence ira à toi ! C’est chose faite. Les Gallerie degli Uffizi étant actuellement fermées, l’institution florentine vient à nous, jusqu’à notre fauteuil, sur notre tablette, notre ordinateur ou notre téléphone portable. En attendant de re-éprouver le plaisir du "syndrome" stendhalien in situ avec Volterrano, cet éblouissement face au beau qui fait que vos jambes se dérobent et que nous succombions dans le vertige de l’ivresse d’un trop de beauté sublime (1) Seule l'Italie nous procure ce plaisir.

 

Erik Schmidt lors de la présentation presse des nouvelles salles des Offices, mai 2019 DR stampa Gallerie degli Uffizi, Florence.

Dix salles, celle dite des dynasties et les neuf du Cinquecento vénitien, fidèlement restituées, deviennent réelles, d’un simple clic. " Immersion totale et réaliste dans l’atmosphère du musée " commente le directeur Eike Schmidt, pour 55 toiles à re-découvrir.  Ces salles ont été restaurées et présentées à la presse le 29 mai 2019. Grâce au support important des Friends of the Uffizi Galleries - présidés par Maria Vittoria Rimbotti Colonna - qui offrirent 100 000 $ pour la nouvelle salle de la Venere di Urbino, et 15 000 $ - don généreux de Trish Savides, un des membres de cette association - pour la restauration de la Sacra Famiglia con Sant’Anna e San Girolamo (1534) de Lorenzo Lotto (c. 1480 - 1556/1557).

Dans cette période de fermeture obligatoire des musées, tous les amoureux de l’art découvriront les Offices, en débarquant dans le monde de la réalité virtuelle, d’un simple clic sur le lien https://www.uffizi.it/en/online-exhibitions/uffizi-virtual-tour  En plaçant votre souris dans les cercles au sol, c’est plus facile de se déplacer dans les salles.

 

La réalité virtuelle de la Salle I DR stampa Gallerie degli Uffizi, Florence.

La visite commence par la salle dite des dynasties, celle des Médicis de Florence et des Rovere d’Urbino, qui  contribuèrent à la formation de l’extraordinaire collection des Offices. Cette collection trouve son origine avec le mariage, en 1634, de Ferdinando II de’ Medici et Vittoria della Rovere, celle-ci apportant dans sa dot l’immense collection d’art du duché d’Urbino.

 

Agnolo di Cosimo di Mariano dit Bronzino (Florence 1503 - 1572), Eleonora di Toledo e suo figlio Giovanni de' Medici, circa 1545. Huile sur bois. 115 x 96 cm.. DR stampa Gallerie degli Uffizi, Florence.

Face à nous, les œuvres les plus connues d’Agnolo di Cosimo di Mariano dit Bronzino, dont la célébrissime Eleonora di Toledo avec son fils Giovanni (1545), ceux de Lorenzo il Magnifico et le duc Allesandro de’Medici, dus à Giorgio Vasari, Cosimo il Vecchio et Cosimo I de’Medici de Jacopo Carucci dit Pontormo, les deux tableaux du Titien représentant Eleonora Gonzaga et son mari Franceso Maria I della Rovero. (2)

 

La réalité virtuelle de la Salle VI, celle de la « grazia e belezza femminile », avec Vénus d’Urbino du Titien (Tiziano Vecellio -Pieve di Cadore 1488 / 90- Venezia 1576), 1538. Huile sur toile. 119 x 165 cm.. DR stampa Gallerie degli Uffizi, Florence Entretien avec Anna Bisceglia https://www.uffizi.it/en/artworks/venus-ur 

Salle IX dite salle Veronese. lors de la présentation presse mai 2019 DR stampa Gallerie degli Uffizi, Florence. Tout au fond, à gauche, le portait, circa 1555, par Veronese (Vérone c. 1528 - 1588 Venise) de Giuseppe da Porto avec son fils Adriano. Cette toile est le pendant de celle de son épouse Livia avec sa fille Porzia, aujourd'hui aux États-Unis, au Walters Art Museum de Baltimore.

Le parcours se poursuit dans les salles de la peinture vénitienne du Cinquecento, présentée sur un fond vert. La légendaire Venere di Urbino (1538) se découvre entre Flora de Tiziano Vecellio dit Tiziano et La Fornarina de Sebastiano Luciani dit Sebastiano del Piombo. Non loin, Léda et le cygne de Jacopo Robusti dit Tintoretto, le portrait de Giuseppe da Porto avec son fils Adriano (premier de ses sept garçons) et Vénus et Mercure de Paolo Caliari dit Veronese. Autre éblouissement, Portrait de guerrier avec son écuyer (c. 1501) de Giorgione entre deux toiles du Titien, Chevalier de Malte (c. 1515) et L’Homme malade (1514). Petit clin d’œil dans la salle VII, celle du naturalisme vénitien, accueillant Les deux chiens (1555) de Jacopo da Ponte dit Bassano et Femme nue de Bernardino Licio (c. 1540), puisqu'en s’approchant de la fenêtre, l’on découvre Florence et l’Arno, sous le soleil.

Une façon de préparer son futur déplacement en Italie. Mais, cet été 2020, nous sera-t-il possible de nous rendre en Italie ?

Ce parcours virtuel a été réalisé par les Gallerie degli Uffizi avec la collaboration de Opera Laboratori Fiorentini, Audio Guide Gestione Multiservizi et Reiview.

 

Plan du parcours virtuel DR stampa Gallerie degli Uffizi, Florence

https://www.uffizi.it/ puis https://www.uffizi.it/mostre-virtuali Pour en savoir plus sur les peintures http://catalogo.uffizi.it/it/143/collezioni/17/

Poursuivre avec les dessins de Federico Barocci (Urbino 1533 - 1535/ 1612) disegnatore. La fucina delle immagini.  Trente-cinq dessins de Barocci conservés au Cabinet des Dessins et des Estampes des Offices.  https://www.uffizi.it/mostre-virtuali/federico-barocci-disegnatore-la-fucina-delle-immagini

Lien pour la peinture de Le Greco, Saint Jean évangéliste et saint François d'Assise https://www.facebook.com/uffizigalleries/videos/535314297155041/ 

 

Vue du parcours virtuel DR stampa Gallerie degli Uffizi, Florence

(1) pour la chapelle Niccolini, Santa Croce, Florence & Baldassarre Franceschini dit le Volterrano https://www.youtube.com/watch?v=Cvki-wIRlpc et également https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Volterrano,_Incoronazione_della_Vergine_e_Sibille_nella_volta_della_cappella_niccolini,_1653-61,_06.JPG

 

(2) Bronzino. Pittore e poeta alla corte dei Medici. Palais Strozzi, Florence, 2010, commissariat de Carlo Falciani & Antonio Natali. Je renvoie au catalogue, plus spécialement aux textes d’Elisabeth Cropper Pour une lecture des portraits florentins de Bronzino et de Francesca de Luca Bronzino dans les collections dynastiques florentines entre diligenza et prestezza  https://www.palazzostrozzi.org/archivio/mostre/bronzino/

 

(3) Orlando furioso 500 anni. Cosa vedeva Ariosto quando chiudeva gli occhi, Palazzo dei diamanti, Ferrare, 2016, commissariat de Guido Beltramini & Adolfo Tura. Portrait du guerrier avec son écuyer ou  Gattamelata de Giorgio da Castelfranco dit Giorgione était en première de couverture du catalogue  http://www.lecurieuxdesarts.fr/2017/01/orlando-furioso-500-anni-cosa-vedeva-ariosto-quando-chiudeva-gli-occhi-les-500-ans-du-roland-furieux-que-voyait-arioste-lorsqu-il-fe

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article