Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Gilles Kraemer.      

Dove sono i bei momenti / Di dolcezza, e di piacer ?

 

Le Grand Prix artistique de la Fondation Simone et Cino Del Duca (100 000 euros) attribué sur proposition de l’Académie des beaux-arts, récompense l’ensemble d’une carrière d’un artiste de dimension internationale, alternativement dans les domaines de la peinture, la sculpture ou la composition musicale.

Exceptionnellement, le Grand Prix artistique Del Duca n’est pas attribué en 2020. Compte tenu des circonstances particulières de cette année, la dotation du Grand Prix de Peinture (100 000 €) est répartie en quatre prix de 25 000 € au bénéfice des artistes nommés par la section de peinture de l'Académie des beaux-arts  : Guillaume Bresson, Damien Deroubaix, Pierre Monestier et Tursic & Mille.

 

Photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, pavillon Comtesse de Caen, Institut de France, 17 juin 2020.

Si les conditions sanitaires et de circulation le permettent, les œuvres des lauréats du Prix de peinture de la Fondation Simone et Cino Del Duca – Institut de France seront exposées du 17 juin au 9 août 2020 au Pavillon Comtesse de Caen de l’Institut de France, 27, quai de Conti, 75006 Paris (communiqué presse 26 mai 2020).

L'exposition s'est ouverte le 18 juin - date porteuse d'un fort symbole.

 

Pour la première fois, en amont de l’attribution du Grand prix de Peinture de cette Fondation Simone et Cino Del Duca – Institut de France, l’Académie des beaux-arts avait décidé d’exposer les artistes nommés - Guillaume Bresson, Damien Deroubaix, Pierre Monestier, le duo Tursic & Mille - au Pavillon Comtesse de Caen du Palais de l’Institut de France. Les mesures liées à la crise sanitaire du Covid-19 n’ont pas permis la présentation des artistes et d’une sélection de leurs œuvres http://www.lecurieuxdesarts.fr/2020/03/l-academie-des-beaux-arts-et-les-nommes-du-grand-prix-de-peinture-de-la-fondation-simone-et-cino-del-duca-institut-de-france.htm

 

Guillaume Bresson, Sans titre, 2010-2012. Huile sur toile. 170 x 225 cm.. Collection privée, Paris. Remerciement Galerie Nathalie Obadia, Paris / Bruxelles. Crédit photographie Bertrand Huet - Tutti Image.

Guillaume Bresson  Photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, pavillon Comtesse de Caen, Institut de France, 17 juin 2020.

Né à Toulouse en 1982, Guillaume Bresson vit et travaille à New York (États-Unis). En 2017, il a reçu le prix Pierre Cardin de l’Académie des Beaux-Arts dans la section peinture.

Diplômé de l’École Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris, Il est révélé au grand public lors de l’exposition Dynasty au Palais de Tokyo et au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris en 2010 - année où il reçoit également le Prix Sciences-Po pour l’art contemporain.

Guillaume Bresson fut invité en 2015 par Olivier Py, directeur du Festival d’Avignon à concevoir l’affiche de ce festival, bénéficiant d’une exposition personnelle au sein de l’église des Célestins de la cité papale. Il fut sollicité par les « Nouveaux Commanditaires » pour créer un polyptyque pour l’équipe de football du RedStar, qui est devenu un emblème du club. Guillaume Bresson est représenté par la Galerie Nathalie Obadia, Paris/Bruxelles.

Damien Deroubaix, Mutti, 2018. Huile. 200 x 150 cm © Blaise Adilon, MAMC+ Saint-Etienne _ Adagp, Paris, 2020. Remerciement l'artiste et galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris.

Damien Deroubaix DR photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, pavillon Comtesse de Caen, Institut de France, 17 juin 2020.

Né en 1972 à Lille, Damien Deroubaix vit et travaille à Meisenthal. Après ses études à Saint-Etienne et en Allemagne (Karlsruhe 1998), depuis 2003, son travail est exposé dans des institutions européennes et a fait l'objet de nombreux solo shows particulièrement en Suisse et en Allemagne. En 2009, il est nommé au Prix Marcel Duchamp. Il a exposé à Saint-Étienne en 2018, dans le cadre d'une Carte blanche au MAMC+ http://www.lecurieuxdesarts.fr/2019/02/damien-deroubaix-peindre-au-fil-du-bois.html

 

Pierre Monestier, Les trios versatiles- quadriptyque, 2020. Acrylique sur toile. 200 x 500 cm.. Photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, pavillon Comtesse de Caen, Institut de France, 17 juin 2020

 

.Pierre Monestier, Histoire sans parole 2, 2007. Huile sur toile. 130 x 162 cm. Photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, pavillon Comtesse de Caen, Institut de France, 17 juin 2020.

Pierre Monestier, né en 1963 à Saint-Quentin, vit à Marseille actuellement. En 1982, il entre aux Beaux-Arts de Paris dans l'atelier de dessin de Férit Iscan. Il abandonne peu à peu la figuration. Il s'initie à la peinture à l'huile sur des moyens formats, influencé par l'expressionnisme abstrait et d'autres mouvements informels de 1985 à 1998. Durant cette période et jusqu'en 2003, il exerce plusieurs métiers dans la rénovation et décoration d'appartement, l'architecture intérieure, le décor de cinéma, la copie et l'enseignement du dessin. Il revient progressivement à la figure à partir de 1999. Il exerce le seul métier de peintre depuis 2004. Il intervient régulièrement à l'association La Source (créée par Gérard Garouste) à partir de 2007.

 

Tursic & Mille, installation au Centre Pompidou, Paris, 2019 dans le cadre du prix Marcel Duchamps. Courtesy of the artist and Galerie Almine Rech. Photo: Rebecca Fanuele. Constituée de six pièces, cette proposition réalisée pour le Prix Marcel Duchamp, Before Becoming a Poodle, a Duck, or Something Else compte plusieurs références à l’histoire de l’art. Malevitch, Rothko, Greuze, sans parler d’un petit chat à la queue hérissée dont tous connaissent la paternité dans l'irruption de la modernité en 1863. 

 

Tursic & Mille, Paysage vert et encadré, 2019. Huile sur bois. 305 x 466 x 6 cm. Photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, pavillon Comtesse de Caen, Institut de France, 17 juin 2020.

Depuis le début de leur œuvre commune au début des années 2000, le duo [Ida] Tursic & [Wielfried] Mille (nés en 1974 respectivement à Belgrade et à Boulogne-sur-Mer, vivent et travaillent dans le Sud de la France) interrogent, à travers la question de la peinture, de son support et de son sujet, celle de la reproduction du réel, de la circulation de ses représentations.

Nommés pour le Prix Marcel Duchamp 2019. je reprends fort volontiers le texte, Quatre as, de Nicolas Liucci-Goutnikov, commissaire de l’exposition Prix Marcel Duchamp 2019 au Centre Pompidou, dans cet extrait du catalogue. " Ida Tursic et Wilfried Mille interrogent avec une facétie irrévérencieuse ce que peut valoir et vouloir la peinture aujourd’hui […] Tursic et Mille se livrent à une exploration jubilatoire de la condition du médium pictural à l’ère posthistorique. Découpés, superposés, placés contre les cimaises, accrochés à des structures, fichés sur des socles, leurs tableaux-objets occupent l’espace et nient avec facétie le primat de la bidimensionnalité en peinture. [...] Abolissant toute forme de hiérarchie entre les sujets et les sources, leur entreprise de recyclage traite indifféremment de motifs pornographiques ou domestiques, puisés dans les films d’auteur ou plus largement sur internet.... (1). 

Ils sont représentés par les galeries Almine Rech établie à Paris, Bruxelles, Londres, New York  et Shanghai, Max Hetzler à Berlin et Londres, Alfonso Artiaco à Naples et Pietro Sparta à Chagny, France.

 

Créée en 1975 et présidée par Simone Del Duca, correspondante de l’Académie des beaux-arts jusqu’à sa mort en 2004, la Fondation Simone et Cino Del Duca est abritée à l’Institut de France depuis 2005.

Parmi les autres prix de cette Fondation figure le Grand prix artistique. Doté de 100 000 €, il est attribué chaque année, sur proposition de l’Académie des beaux-arts, à un artiste largement reconnu. Alternativement à un peintre (2017 Jean-Michel Alberola), un sculpteur (2018 Giuseppe Penone), un compositeur (2019 Steve Reich). Il est remis à l’automne, lors de la rentrée solennelle de d’Académie. Le Grand prix sera décerné en 2020 à un peintre dont le nom sera communiqué en mai.

 

(1) Pour sa 19e édition, le Prix Marcel Duchamp présentait des pratiques diverses et singulières.  Eric Baudelaire (lauréat du Prix), cinéaste, bâtissant un dispositif d’exposition généreux à partir d’un film tourné au long cours avec des collégiens de Seine-Saint-Denis. Katinka Bock et Marguerite Humeau et deux approches diamétrales de la sculpture. L’événement le plus interpellant de cette édition, fut le surgissement de la peinture, longtemps oubliée de ce prix, grâce au projet espiègle du duo Ida Tursic & Wilfried Mille interrogeant facétieusement la possibilité d'oser peindre aujourd’hui, dans un monde où prévaut le diktat de "l'installation" obligatoirement suivie du qualificatif-signifiant  "proposition", le doute de la démarche. Exposition au Centre Pompidou du 9 octobre 2019 au 6 janvier2020. 

Je renvoie à l'entretien d'Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 8 octobre 2019 avec le commissaire de cette exposition, conservateur au musée national d'art moderne, Nicolas Liucci-Goutnikov paru dans FranceFineArt https://www.francefineart.com/index.php/component/content/article/14-agenda/agenda-news/3281-2831-pompidou-marcel-duchamp?highlight=WyJkdWNoYW1wIiwiY2VudHJlIiwicG9tcGlkb3UiLCJkdWNoYW1wIGNlbnRyZSIsImR1Y2hhbXAgY2VudHJlIHBvbXBpZG91IiwiY2VudHJlIHBvbXBpZG91Il0=

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article