Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

© Académie des beaux-arts / Juliette Agnel

Au cours de la séance plénière du mercredi 13 décembre 2017, l’Académie des beaux-arts a élu Gérard Garouste au fauteuil précédemment occupé par Georges Mathieu (1921-2012), dans la section de Peinture.

Né en 1946 à Paris, Gérard Garouste est un peintre, illustrateur, décorateur et sculpteur. Il étudie à l'École des beaux-arts de Paris de 1965 à 1972, dans l'atelier de Gustave Singier. En 1977, il présente au Palace Le Classique et l'Indien, un spectacle dont il est l'auteur, le metteur en scène et le décorateur. Il interviendra au Palace jusqu'en 1982 comme scénographe et peintre. En 1980, il expose pour la première fois à la galerie Durand-Dessert, avec une peinture figurative, mythologique et allégorique. C'est le début de sa reconnaissance nationale puis internationale. Les origines de notre culture, l’héritage des maîtres anciens et les mythes sont au cœur de l’œuvre de Gérard Garouste. Son histoire propre est, elle, à la base de son travail de “démontage des images et des mots”, de sa préoccupation pour les questions de l’origine, du temps et de la transmission. Ses toiles, faites d’associations d’idées, sont tour à tour inquiétantes et joyeuses, peuplées d’animaux parfois fantastiques et de différents personnages.

Gérard Garouste a réalisé des œuvres ou des décors pour le palais de l'Élysée (peintures), la cathédrale d'Évry (sculptures), la Bibliothèque Nationale de France - François Mitterrand, le plafond du théâtre de Namur, la frise de la Salle des mariages de l'Hôtel de Ville (2000) de Mons et les sculptures de son porche d'entrée (2006), deux interventions dédiées au mythe de saint Georges et du Dragon, directement en lien avec la Ducasse de Mons et son Musée du Doudou ou encore les 35 vitraux de l'église Notre-Dame de Talant en Bourgogne. Il a conçu le rideau de scène du théâtre du Châtelet. Des rétrospectives de son œuvre ont été organisées au Centre Georges Pompidou - Musée national d’art moderne 28 septembre-27 novembre 1988, à l'Académie de France à Rome - Villa Médicis en octobre 2009 Le Classique et l'Indien, à la Fondation Maeght de Saint-Paul-de-Vence en juin 2015 En chemin et au musée des Beaux-Arts de Mons (Belgique) en septembre 2016 À la croisée des sources.

Depuis 1979, il vit et travaille entre Paris et la Normandie à Marcilly-sur-Eure. Il a fondé La Source (présidée par Olivier Kaeppelin ), une association à vocation sociale et éducative, à destination des enfants et des jeunes - de 6 à 18 ans - en situation d’échec et d’exclusion et de leurs familles.

Il a publié, en 2009, Autoportrait d'un fils, d'un peintre, d'un fou. Avec Judith Perrignon. Éditions L'Iconoclaste.

Gérard Garouste.Contes ineffables, galerie Daniel Templon, Paris © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, janvier 2014

Il est représenté par la galerie Daniel Templon depuis 20 ans. Voici ce que j'écrivais, lors de son exposition chez ce galeriste parisien, en janvier 2014 : "Ne pas être dans la situation confortable du peintre établi mais tout recommencer en cassant la modernité pour regarder le passé est un axiome auquel Gérard Garouste se réfère, dans un questionnement continu". La suite sur www.lecurieuxdesarts.fr/2014/01/des-contes-ineffables-selon-

 

Gilles Kraemer

La section de Peinture est actuellement composée de neuf membres : Arnaud d’Hauterives, Pierre Carron, Guy de Rougemont, Yves Millecamps, Jean Cortot, Vladimir Velickovic, Philippe Garel, Jean-Marc Bustamante et Gérard Garouste.

 

Philippe Garel a été installé le 14 juin 2017 au fauteuil de Georges Rohner (1913-2000) par son confrère Vladimir Velickovic.

Au cours de la séance plénière du mercredi 7 décembre 2016, l’Académie des beaux-arts a élu Jean-Marc Bustamante au fauteuil précédemment occupé par Zao Wou-Ki (1920-2013), dans la section de Peinture. www.academiedesbeauxarts.fr/membres/fiche.php?id=56

 

À la demande du musée de la Chasse et de la Nature, Gérard Garouste s’est intéressé au mythe de Diane et d'Actéon, relaté par le poète latin Ovide (43 av. J.C. – 17 ap. J.C.) dans ses Métamorphoses. Chasseur insatiable, Actéon s’étant aventuré dans un bois à la recherche de la fraîcheur, surprend la déesse Diane se baignant nue avec ses suivantes. Il ose porter un regard de désir sur la divinité qui se venge en lui jetant un sort. Transformé en cerf, il devient la proie de ses propres chiens qui le mettront à mort. Ce mythe traitant du regard, du désir et de la capture, avait tout pour séduire Gérard Garouste. L'artiste a multiplié les études, dessins et toiles sur ce thème. Singulièrement, la déesse Diane y ressemble à l’épouse du peintre tandis que ce dernier prête ses traits à l’infortuné chasseur. Pour l’exposition, toutes ses œuvres sont réunies autour du tableau peint pour le musée.

Gérard Garouste. Diane et Actéon

Musée de la Chasse et de la Nature - Paris

13 mars - 1er juillet 2018

www.chassenature.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Couverture du catalogue de l'exposition Gérard Garouste. À la croisée des chemins. Musée des Beaux-Arts de Mons, Belgique. 24 septembre 2016 - 29 janvier 2017. Commissariat de Bernard Marcelis et Xavier Roland. 162 pages. 100 illustrations. Coédition musée des Beaux-Arts de Mons (BAM), Belgique / Somogy éditions d'Art

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article