Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 
 
Johan Creten. Odore di Femmina – Fortuna I. 2015/2016. Lustre or sur grès émaillé rouge. 98 x 75 x 15 cm.. Unique. Courtesy Johan Creten © Gerrit Schreurs

Entretien avec Johan Creten, dans le TGV, entre Paris et Montpellier, été 2016.

Le Curieux des arts : Votre prochaine exposition Johan Creten ?

Johan Creten : Sète, au Centre Régional d'Art Contemporain, d'octobre 2016 au début janvier 2017. Il s'agira d'une exposition monographique.

LeCdA : Pourquoi Sète et cette institution dynamique qu'est le CRAC ?

J.C. : Tout est parti d'une idée de Noëlle Tissier directrice de ce Centre depuis 1997. Directrice de  de l'école municipale des Beaux-Arts de Sète en 1987, elle a créé en 1988 la résidence d'artistes : Villa Saint Clair qu'elle a dirigée et dont elle assura la programmation jusqu'en 1997. Elle y a invité des artistes tels Yan Pei Ming [en 1988], Philippe Ramette [en 1992], Jean-Michel Othoniel [en 1988]. Et moi même, en 1991. Partant en retraite l'année prochaine, elle a souhaité un cycle d'expositions : Les premiers seront les derniers. Expositions présentant des artistes qui furent en résidence à la Villa Saint Clair. Après l'exposition consacrée cet été à Yan Pei Ming et avant celle de Jean-Michel Othoniel à l'été 2017, elle a souhaité m'inviter cette année, en octobre. Le titre de mon exposition : La Traversée.

Johan Creten. Odore di Femmina – La Malcontenta. 2015. Grès émaillé coloré, 100 x 54 x 46 cm. Unique. Courtesy Johan Creten & Galerie Perrotin. © Gerrit Schreurs

Le CdA : Quels souvenirs gardez-vous de votre séjour sétois, jeune sculpteur de 28 ans que vous étiez ?

J.C. : A la suite de ma résidence d’artiste à la Villa Saint Clair, je fus invité en deux lieux de cette ville. Une exposition collective à l’Espace Paul Boyé [exposition Moules Moules]. Une exposition personnelle réalisée à partir d’un projet spécifique en un lieu très étrange que j'avais choisi :" la quarantaine" du port de Sète. J'y installe une série de sculptures dans les cellules abandonnées. À l'époque mes sculptures étaient liées à la mort, à la maladie, au sida, aux angoisses. Et l'idée de les montrer dans une salle blanche ne me plaisait pas. Pour découvrir les œuvres, une seule possibilité : une traversée en bateau pour atteindre ce lieu abondonné, entre terre et l’étendue immense de la Méditerranée. Une traversée symbolique, un voyage sur le Styx entre la vie et la mort, vers un lieu connu pour l’isolation des malades et des exclus. Dans mon travail de cette époque, des liens existaient avec la traversé entre l'Afrique du Nord et l'Europe. Ce thème de l'immigration fut aussi présent lors de mon exposition à la Villa Arson en 1993.

Pour moi, Sète fut une découverte, une vision plus forte et naturelle, un sentiment d'avoir les pieds bien fermes sur terre. Cette vision correspondait à ma vision du choc des cultures. 

Johan Creten. Le Cheval de Troie n°3. 1992/1993.  Émail noir et bleu sur terre cuite blanche, socle en métal, 147 x 53 x 47 cm. Unique. Courtesy la galerie Almine Rech, Galerie Perrotin & Johan Creten.© Sven Laurent

LeCdA : Que présenterez-vous à Sète, lors de cette exposition qui s'ouvre en octobre, lors de cette semaine dite semaine de la Fiac, au moment où Paris devient pendant quelques jours le centre de la planète de l'art contemporain ?

J.C. : Cette exposition monographique occupera uniquement le rez-de-chaussée de cette institution. [Aux mêmes dates, exposition thématique ATHANOR - Petite Suite alchimique #1 à l'étage supérieur; Johan Creten et Jean-Michel Othoniel y seront représentés]. Son titre : La Traversée ne renvoie pas seulement à la traversée de ma carrière d'artiste, il veut signifier également toutes les traversées symboliques dans mon travail. Que vais-je présenter ? Une ou deux pièces de cette exposition historique de Sète. Des œuvres inédites, historiques. Une salle entière dédiée à la série Odore di femmina. Et des œuvres créées spécialement pour cette exposition. Il y aura des bronzes de six mètres de haut et des sculptures monumentales. En tout, une soixantaine de pièces, aussi bien des bronzes que des céramiques.

C'est la première rétrospective en France qui m'est consacrée, l'on pourra y voir toute mon histoire. Elle entre en continuation, deux ans après, avec celle d'Anvers dans le parc du musée Middelheim, The Storm. Le parcours thématique, choix de Noëlle Tissier, s'ordonnera autour de la politique, de la mer, des origines....

Mes trois galeries sont partenaires de cette exposition : Emmanuel Perrotin, Almine Rech Gallery à Bruxelles et la Galerie Transit à Malines, en Belgique, avec laquelle j'ai commencé il y a 25 ans.

Gilles Kraemer

Johan Creten. Pliny's Sorrow. 2011-2013. Bronze patiné, fonte à la cire perdue, 450 x 450 x 190 cm. Unique. Vue de l'exposition The Storm au Middelheimmuseum, Anvers, 2014 © Joris Casaer

Né en 1963 à Saint-Truiden, Belgique, Johan Creten est représenté à Paris par la galerie Perrotin. Il expose actuellement au château de Pommard à Pommard, en Bourgogne - 14 mai-20 - novembre 2016 - Terre fertile. Terre fébrile. [exposition non vue]. Premier artiste invité du nouveau cycle d’expositions de ce lieu, il a choisi des sculptures importantes, parfois monumentales, en écho avec l’histoire du lieu. Des œuvres telles Why does Strange Fruit always look So Sweet ? ou Vague pour Palissy réalisée avec les ateliers de la Manufacture de Sèvres ou encore un torse de la série emblématique Odore di Femmina, entre les cours et les jardins du château de Pommard. Commissariat de Camille Morineau.

Exposition Johan Creten CRAC Sète lecurieuxdesarts.fr/2016/12/la-nouvelle-traversee-de-johan-creten-a-sete.html

Galerie Perrotin  perrotin.com/fr/artists/Johan_Creten/36#news

Galerie Almine Rech alminerech.com/artists/3656-johan-creten

Galerie Transit transit.be/artists/Johan_Creten/index.php

Johan Creten. La Traversée. Au CRAC / Centre Régional D’art Contemporain Occitanie / Pyrénées - Méditerranée à Sète. Du 22 octobre 2016 au 15 janvier 2017. Pas de catalogue en accompagnement de l'exposition Johan Creten. Dommage... de ne pas en conserver la mémoireAu premier étage du Centre, exposition ATHANOR - Petite suite alchimique #1. Commissariat de Pascal Pique. Avec la participation des artistes :Halldór Ásgeirsson, Art Orienté Objet, Basserode, Caroline Corbasson, Johan Creten, Philippe Deloison, Damien Deroubaix, Paul-Armand Gette, Evi Keller, Bertrand Lamarche, Julie Legrand, Sandra Lorenzi, Myriam Mechita, Jean-Michel Othoniel, Olivier Raud, Jean-Jacques Rullier, Lionel Sabatté, Elsa Sahal, Erik Samakh, Vladimir Skoda, Tunga. Et la présence de : Rembrandt van Rijn, Brueghel l’Ancien, Annibal Barlet, Basile Valentin, Manget, David Teniers, Elie Ashmole, Heinrich Khunrath, Barckhausen, Michael Maier, Paulus Ricius, Johan Daniel Mylius, Josiane Capelle.

CRAC crac.languedocroussillon.fr

Remerciements à Alexandra de Creten Studio - Paris

Solo show Johan Creten, galerie Almine Rech, Bruxelles, mars 2017

 

Johan Creten © Le Curieux des arts Gilles Kraemer. Exposition CERAMIX. Art et Céramique. De Rodin À Schütte, (9 mars - 5 juin 2016), La maison rouge, Paris, visite presse du 8 mars 2016
Tag(s) : #Expositions France, #Entretien à 210 km-h