Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Gilles Kraemer

envoyé spécial à Bruxelles.

To the happy few. Inutile de franchir les Alpes, vers la Rome de Stendhal. Direction la capitale de l'Europe pour BRAFA, la Brussels Art Fair.

8, 10, 14, 20, 65, 133. Six chiffres pour BRAFA 2020. 133 galeries - un nombre identique à celui de l'année passée - dont 83 hors Belgique. 65e édition. Une vingtaine de domaines artistiques, de l’archéologie à l’art contemporain, de l'art tribal à la BD - coucou Tintin et Le temple du soleil chez Huberty & Breyne Gallery. 14 pays représentés. 10 galeries revenant après une absence d'une ou quelques années. 8 nouvelles galeries. Une organisation parfaite souhaitée par un Board of directors hyper viril, que des hommes, six ! Et un Management de cinq femmes & deux hommes !

Chez Grusenmeyer-Woliner, Bruxelles. L'art gréco-bouddhique du Gandhara entre le 2e et le 4e siècle, une statue d'ancêtre Hemba, Congo, 19e siècle, ancienne collection Loeb puis Vérité & l'Égypte de la VIe dynastie entre 2350 et 2150 av. J.-C. & © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, BRAFA, 23 janvier 2020.

L'attrait de ce salon ? Il tient à l'éclectisme, la qualité, la confrontation des styles, l'atmosphère accueillante pour la parfaite quadrature du cercle. En doutez-vous ? Thalys en 82 minutes, de la gare du Nord à celle de Bruxelles-Midi, vous permettra de le vérifier. Presque aussi vite que la fusée de Tournesol pour alunir dans les bâtiments industriels de Tour & Taxis. Sauf ce jeudi difficile pour les transports. Bien loin du compassé de La Biennale Paris. Ou de l'intimidante et gigantesque TEFAF. Nous sommes en Belgique. Relax ! On apprécie. 

Bémol pour la décoration florale suspendue, genre grillage avec des fleurs bien tristounettes. Il faudrait éviter ce sous-Maastricht dans cette confrontation avec l'entrée si bluffante et parfaite de la foire néerlandaise. Et la moquette se mutant en banquettes dans lesquelles l'on se cogne. 

Un des Cabinets des Merveilles de Porfirius Kunstkammer, Neerijse, Belgique © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, BRAFA, 23 janvier 2020.

Quelques coups de cœur à xxxx €. Et encore. En cherchant un tout petit peu, les Cabinets des merveilles d'Alex Van den Bossche bien nommé Portfirius Kunskammmer feront de vous un heureux. Aucune peine à y découvrir un objet à partir de 2 000 €.

Gaspar de Crayer (Anvers 1582 - 1669 Gand), Portrait d’homme. Huile sur panneau. 100 x 73 cm.. Avec au dos les marques de la guilde d’Anvers. Daté de 1627, portant l’inscription : AETATIS 32. / A° 1627. Provenance : Rudolph Lepke, Berlin, vente du 28/11/1911, comme Anton van Dyck. Collection privée, France.

Costermans, Bruxelles, présente ce magnifique Gaspar de Crayer - qualité musée -. Le musée de Cassel lui rendit hommage en 2018 www.lecurieuxdesarts.fr/2018/07/gaspar-de-crayer-l-

Repris dans le prochain catalogue raisonné en préparation par Alexandre Dimov, ce tableau s’inscrit dans un ensemble de plusieurs portraits, appartenant au début de sa carrière, entre 1617 et 1630. Plus particulièrement, il se rapproche stylistiquement du Portrait d’homme noble, Konstmuseum de Göteborgs, du Portrait de Frédéric de Marselaer, 1617, collection privée & du Portrait de Nicolas Triest, comte d’Auwerghem, 1620, Harvard Art Museum, Cambridge. L’homme de 32 ans, comme l'indique l’inscription sur le tableau, n’est pas identifiable, aucun signe distinctif ne nous donne d’indice. Son habit est celui de la haute société bruxelloise de l’époque, conforme à l’habit ordinaire de la cour des archiducs Albert et Isabelle. 

Chez De Wit Fine Tapestries, Mechelen, des tapisseries pouvant séduire la Cité internationale de la tapisserie à Aubusson dont une de Kandinsky, Horizontale, 1939, tissée chez Tabard en 1954 d'après une aquarelle de 1939. Et, une extraordinaire tapisserie dite " à la feuille d'aristoloche " digne d'intérêt pour un connoisseur tellement cette verdure à grandes feuilles de choux est désirable.

Verdure à grandes feuilles de choux avec balustrade et deux enfants. Centre de tissage : probablement Audenarde. Moitié XVIe siècle. Laine et soie. 232 x 360 cm..

De grandes feuilles d’acanthe frisées (en réalité des feuilles de cardon), dans différentes nuances de vert, dominent le plan de l’image de cette verdure. Le feuillage abondant ne se détache pratiquement pas du fond foncé. Plusieurs sortes de fleurs poussent au travers du feuillage. Des oiseaux, escargots et une libellule animent l’ensemble. Quatre grues se sont posées sur la balustrade en demi-cercle qui délimite le champs de feuilles d’acanthe à l’avant-plan. Au centre, la balustrade est interrompue par une agave. À gauche, un enfant assis tient un drapeau avec un soleil, à droite un autre tient un drapeau avec une demi-lune. Les bordures sont manquantes mais n'est-ce pas le privilège d'avoir traversé les siècles ? Les œuvres de nos artistes contemporains le pourront-elles dans cinquante ans, pour certaines faites d'assemblages ? Les verdures à grandes feuilles de choux sont une production typique des ateliers d’Audenarde, Grammont ou Enghien, trois villes proches l’une de l’autre.  Sur la base de ressemblances de style avec des tapisseries attribuées avec certitude à Audenarde, on peut probablement donner celle-ci à Audenarde.

 

Cimier Bambara, groupe ethnique Tiwara Bambara, Mali, Afrique de l'Ouest. Début du XXe. Bois, fibres végétales. Hauteur 40 cm. Prix 85 000 € © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, BRAFA, 23 janvier 2020.

La grande spécialité de ce salon est l'art d'Afrique. Didier Claes, Bruxelles, présente un cimier Ci-Wara (tiwara), doublement exceptionnel par sa hauteur et le fait d'avoir encore sa coiffe d'osier. Il figure une antilope femelle, qui se devait d'apparaître en couple avec son pendant masculin. Fixée à une coiffe, cette pièce est de type dit vertical, avec de grandes cornes projetées en hauteur.

Sur la même photographie, au fond, un reliquaire Kota, Gabon, Afrique de l'Ouest, du groupe ethnique Kota, présumé début 20ème siècle, en bois, cuivre et laiton, provenant de la collection Marceau Rivière. www.lecurieuxdesarts.fr/2019-attention-chefs-d-oeuvre.la-collection-d-art-africain-marceau-riviere.sothebys-paris

 

Premier article sur la BRAFA et Christo www.lecurieuxdesarts.fr/2020/01/une-brafa-2020-litteralement-emballee-par-christo.entretien-avec-guy-pieters-i.html

 

BRAFA 2020 - Brussels Art Fair

jeudi 23 janvier  collectionneurs pour un dîner de 1 900 couverts

vendredi 24 janvier regard des connoisseurs

samedi 25 janvier, regard des collectionneurs

26 janvier - 2 février, de 11h à 19h, regard du public

www.brafa.art/fr 

La 65éme édition de la BRAFA se célèbre par l'exposition et les enchères enligne de cinq segments du Mur de Berlin, quatre tonnes chaque. Le produit de celle-ci sera intégralement versé à cinq bénéficiaires actifs dans les domaines de la recherche contre le cancer, de l’intégration des personnes handicapées, et de la préservation du patrimoine artistique. Prix de départ pour chacun fixé à 15 000 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article