Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

 

Marquise de Grollier, née Charlotte Eustache Sophie de Fuligny-Damas (Dijon, 1742 - 1828 Épinay sur Seine), Pêches, raisin, melon et fleurs. Signé et daté "Mse de Grollier élève de / Van Spaendonck 1780.". Huile sur toile. 46 x 56 cm.. Collection particulière © galerie Maurizio Canesso, Paris.

Madame de Grollier peignait les fleurs avec une grande supériorité. Elle parlait peinture à merveille, comme elle parlait de tout, au reste, car je ne suis jamais sortie du salon de madame de Grollier, sans avoir appris quelque chose d'intéressant ou d'instructif... ".

Madame de Grollier dipingeva i fiori con grande superiorità. Il suo talento fu ben lungi dall’essere quello che si definirebbe un talento da dilettante, molti dei suoi quadri potrebbero essere posti accanto a quelli di Van Spaendonck, di cui era allieva; parlava di pittura a meraviglia, come del resto parlava di tutto ". 

Ainsi dans ses Souvenirs (1835-1837), Élisabeth Vigée Lebrun, évoquait-elle la marquise, née Charlotte Eustache Sophie de Fuligny-Damas qui épousa Pierre Louis de Grollier, marquis de Grollier et de Treffort à l'âge de 18 ans. Ils auront deux enfants. Il sera guillotiné à Lyon en 1793. La marquise, plus réfléchie, préféra la tentation plus opportune et louable d'un séjour prolongé en Italie pendant cette période de la Révolution française. Comme son amie Élisabeth Louise Vigée Le Brun, qui sillonnera l'Europe, dès octobre 1789, entre péninsule italienne, Vienne et Saint Pétersbourg, voyage d’exil durant un peu plus de douze années.

Élisabeth Louise Vigée Le Brun (1755 - Paris - 1842), La marquise de Grollier, née Charlotte Eustache Sophie de Fuligny Damas, 1788. Huile sur panneau. 92 x 72 cm.. Cadre d’origine estampillé de Infroit. Resté dans la famille du modèle jusqu’à une date récente, ce tableau, classé Monuments historiques, ne peut quitter le territoire français. Expositions :  Élisabeth Vigée Le Brun 1755-1842, Joseph Baillio (dir.), Fort Worth, Kimbell Art Museum, 5 juin - 8 août 1982 ; Hubert Robert et la Révolution, Catherine Boulot - Jean de Cayeux - Hélène Moulin (dir.), Valence, musée, 3 avril - 28 mai 1989 ; Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Joseph Baillio - Xavier Salmon (dir.), Paris, Grand Palais, 23 septembre 2015 - 11 janvier 2016  © galerie Maurizio Canesso, Paris.

Qui était la marquise, chanoinesse de Remiremont à l'âge de 7 ans, née sous Louis XV et décédée sous Charles X, émule du peintre Flamand Gérard van Spaendonck (1746-1822), assez libre dans sa vie d'épouse puisqu'elle s’installe à partir de 1779 dans les appartements de Marie-Antoinette aux Tuileries avec Alexandre Charles Emmanuel de Crussol Florensac, bailli de Crussol (1743-1815), dont elle se dit "la tante", alors qu’elle n’a qu’une année de plus que lui ? Il fut un des proches du comte d’Artois. Le sculpteur Antonio Canova, la rencontrant lors de son exil florentin, la surnommera "le Raphaël des fleurs".

Élisabeth Vigée Le Brun, peintre officiel de Marie Antoinette, peint en 1788, ce portrait de son amie dans la tradition de l'ancien Régime. Une image d’une incroyable fraîcheur, ce que trahit le très bel état de conservation de ce panneau. Très très simplement vêtue, surtout ne pas paraître, la rigueur avant tout, elle a 44 ans. Robe bleue, fichu de mousseline, foulard dans ses cheveux un peu ébouriffés. C'est une artiste qui est représentée, une peintre, la palette à la main, regardant Élisabeth Louise, assise devant son chevalet sur lequel figure une toile représentant raisins et fleurs. Une simplicité voulue naturelle.

Cette thématique picturale, cette passion de l’horticulture et son amour des jardins, elle la tient de sa mère Marie-Gabrielle de Pons de Rennepont qui dessina les parterres, les pièces et jets d'eau du jardin du château d'Agey près de Dijon, propriété de son mari Henry Anne de Fuligny-Damas de Rochechouart.

Quatre tableaux de la main de la marquise accompagnent ce portrait, permettant d’apprécier son talent pictural. Une redécouverte du corpus de cette femme  peintre du XVIIIe siècle.

Comme le souligne Véronique Damian dans le catalogue accompagnant cette présentation :  " En exposant - et en reproduisant - pour la première fois quatre de ses natures mortes, dont trois d’entre elles signées et datées, nous espérons susciter la curiosité et l’envie de faire des recherches plus approfondies et ce, malgré le fait que sa peinture ne soit en rien académique. Elle démontre un réel talent dans un genre qui était plutôt l’apanage des femmes, celles-ci ne pouvant accéder à l’étude du nu au nom du bon principe de la décence ! ".  

Marquise de Grollier, née Charlotte Eustache Sophie de Fuligny-Damas (Dijon, 1742 - 1828 Épinay sur Seine), Vase de fleurs avec tasse, montre et rose sur un entablement de marbre. Huile sur toile. 56 x 46 cm.. Collection particulière © galerie Maurizio Canesso, Paris.

Marquise de Grollier, née Charlotte Eustache Sophie de Fuligny-Damas (Dijon, 1742 - 1828 Épinay sur Seine), Tasse, pêches et panier de raisins, oiseau, oisillon dans un nid. Signé et daté à gauche : "Mrqse de Grollier, élève de Van Spaendonck / 1781.". Huile sur toile. 50 x 62 cm.. Collection particulière © galerie Maurizio Canesso, Paris.

Marquise de Grollier, née Charlotte Eustache Sophie de Fuligny-Damas (Dijon, 1742 - 1828 Épinay sur Seine), Vase de fleurs. Signé et daté à gauche : "Mse de Grollier . 1784.". Huile sur toile. Ovale 46 x 38 cm.. Collection particulière © galerie Maurizio Canesso. 

Gilles Kraemer

L'art au féminin. Un Portrait de la marquise de Grollier par Élisabeth Louise Vigée Le Brun

13 septembre - 19 octobre 2018

Galerie Canesso - 26 rue Laffitte 75009 Paris

Commissariat de Véronique Damian.

Catalogue. Textes de Véronique Damian.  Femmes peintres, portrait de l’artiste. Les amis peintres de la marquise de Grollier.  L’œuvre peint de la marquise de Grollier. L'art des jardins.  Les boutons: accessoires de mode ou cadeaux précieux ? relatif à la pratique de la marquise qui peignait de motifs botaniques des boutons sur ivoire doublé de nacre, de 2 et 4 centimètres de diamètre. 21 pages. 17 illustrations.

Internet www.canesso.art

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article