Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans les miroirs du Frac Île-de-France de Rentilly, Richard Fauguet chasse la Licorne et le Griffon

Arnoult Cobbaut (?), La Chasse à la licorne (détail), tapisserie des ateliers d'Audenarde, Flandres, XVIe siècle. Collection du musée de la Chasse et de la Nature © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Animal on est mal, Frac Île-de-France, Le château, Rentilly, visite presse, septembre 2016

Richard Fauguet est né en 1963. Un sacré coup de fusil réussi à Rentilly ! Mais, cette arme à feu, il ne l'a pas utilisée pour capturer dans ses rets la licorne et le griffon figurant sur une tapisserie. Surtout pas pour la chasse à la licorne puisque cet animal fabuleux - enfin pas si fabuleux puisque si l'on se complaît en rêveries, l'imagination permet de voir la corne du narval comme celle de la licorne - doit s'apprivoiser. Seule une jeune fille pure le peut, sur les genoux de laquelle l'indomptable bête s'endormira. Le chasseur s'approche, la capture et la garde dans un enclos. Si vous le pouvez, partez aux Cloisters, un des départements du Metropolitan Museum of Art. Vous y découvrirez en quelques tapisseries l'histoire de la pratique de la chasse de cet animal dans les dernières années du Moyen-Âge. Moins loin comme déplacement aux États-Unis, il suffit de se rendre au château de Rentilly/Frac Île-de-France où un plasticien y orchestre une exposition ! Cette pratique émergente dans nombre d'institutions - il suffit de penser à la Fondation d’entreprise Ricard, qui pour la 18ème édition de son prix a confié le commissariat à Isabelle Cornaro, lauréate du Prix Ricard 2010 - le musée de la Chasse et de la Nature n'y échappe pas en confiant à Richard Fauguet "les rênes" d'une mise en scène de la collection d'œuvres anciennes et contemporaines des hôtels de Guénégaud et de Mongelas, avec quelques emprunts à d'autres institutions ou des particuliers.

Dans les miroirs du Frac Île-de-France de Rentilly, Richard Fauguet chasse la Licorne et le GriffonDans les miroirs du Frac Île-de-France de Rentilly, Richard Fauguet chasse la Licorne et le Griffon

Lorsqu'un lion taxidermisé, accueillant les visiteurs de l'exposition est mis en dialogue avec Walton Ford, De la conception à la naissance, 2014. Aquarelle, gouache et encre sur papier. Courtesy galerie Paul Kasmin, New York. Dépôt au musée de la Chasse et de la Nature © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Animal on est mal, Frac Île-de-France, Le château, Rentilly, visite presse, septembre 2016. 

L'endroit choisi, loin de la ville, est Rentilly, le deuxième lieu du Frac Île-de-France, avec son château réhabilité sur un projet du plasticien Xavier Veilhan réalisé en collaboration avec les architectes Bona-Lemercier et le scénographe Alexis Bertrand. Cette demeure, reflétant le parc et le jardin par le jeu des mirois plaqués sur ses façades, exprime la radicalité du geste fort de Veilhan et non un mélange classicisme/ modernité. "Le chasseur" élu, "Richard Fauguet aux griffes acérées" comme se plaît à le souligner Raphaël Abrille, le secrétaire général de ce musée de la Chasse et de la nature est parti à la chasse des tapisseries et d'autres œuvres de plasticiens conservées dans cette institution parisienne, avec un regard curatorial, dans une "audace d'y associer d'autres œuvres de collections privées ou publiques, dans un regard intime sur le rapprochement et non la confrontation, dans un dialogue et un accompagnement pour une exposition dense".

Dans les miroirs du Frac Île-de-France de Rentilly, Richard Fauguet chasse la Licorne et le Griffon

Richard Fauguet, Molécule de chien, 1993. Verre blanc, silocone acétate. Collection Institut d'art contemporain de Villeurbanne, Rhône-Alpes mis en relation avec les toiles de Daniel Schlier dont Le chien pense (à Max Ernst), décembre 1999. Peinture à l'huile, feuille d'aluminium et perles de verre. Collection de l'artiste, Strasbourg © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Animal on est mal, Frac Île-de-France, Le château, Rentilly, visite presse, septembre 2016.

Pour Richard Fauguet, "la gageure était la recherche d'un axe, axe trouvé avec la tapisserie aidant à la vision du château. Ces "tapisseries de verdures" font rentrer l'image du parc et du jardin dans le château.". Un choix de douze tapisseries structurent et dessinent l'espace, parmi lesquelles la Tapisserie de la licorne [et du griffon] tissée à Audenarde dans les Flandres au XVIe siècle, permettant la mise en relation avec des œuvres contemporaines dont les deux sculptures en fer à béton de Didier Marcel, Sans titre (cervidés), 2010. Son goût pour cet art tissé lui vient de la découverte, comme nombre d'artistes, des tentures du cycle de la Tapisserie de l'Apocalypse du château d'Angers. Égoïstement, comme il le reconnaît, "je voulais que mon chien-sculpture Molécule de chien (1993) soit face aux sept peintures de Daniel Schlier sur le thème de Le chien pense (1999- 2000) et d'une armure de Patrick Neu, Sans titre (1995-1998). Faire un exposition c'est aussi avoir des rêves d'objets et parmi eux celui de l'obtention rêvée de L'autoportrait dit au chien noir de Gustave Courbet (1842) qui ne fut pas possible [musée du Petit Palais à Paris]. 

 

Dans les miroirs du Frac Île-de-France de Rentilly, Richard Fauguet chasse la Licorne et le GriffonDans les miroirs du Frac Île-de-France de Rentilly, Richard Fauguet chasse la Licorne et le Griffon

Johan Creten, Narcissus Saved, 2005. Grès émaillé. Collection du musée de la Chasse et de la Nature  // Détail de la tapisserie des Flandres, Les Quatre éléments, collection musée de la Chasse et de la nature; François Desportes, Chien en arrêt sur un faisan, début du XVIIIe siècle. Huile sur toile, collection musée de la Chasse et de la nature; François Desportes, Pompée, ves 1739. Huile sur toile. Collection Cité de la Céramique, Sèvres et Limoges. Dépôt au musée de la Chasse et de la Nature © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Animal on est mal, Frac Île-de-France, Le château, Rentilly, visite presse, septembre 2016. 

De Ours blanc de Gilles Aillaud (1981) qui nous accueille à côté d'un lion taxidermisé aux Fusils colorés et en mousse de polyuréthane (1992) de Xavier Veilhan, c'est presque une vingtaine d'artistes contemporains qui est convoquée. D'une tapisserie des Flandres : Les Quatre éléments (XVI ou XVIIe siècle) à celle très étonnante de Paul Cressent tissée à Aubusson dans des réminiscences de Lucien Coutaud et Jean Lurçat : La Chasse et la pêche (1953), d'une peinture de la chienne Pompée par François Desportes (vers 1739) à celle de Damien Cabanes : Csilla (2016) ou du grès émaillé Narcissus Saved (2005) de Johan Creten, le dialogue est évident dans la justesse de la "chasse" fructueuse de Fauguet. Et sans aucun coup de fusil. C'est le regard de l'artiste à l'égard de ses anciens (Jean Carries ou François Desportes) et de ses contemporains avec lesquels il partage de semblables interrogations, même à cinq siècles de distance des lissiers de la Renaissance. Animal on est mal ne serait-ce pas le portait chinois de l'homme curieux de l'autre, de ses grands ancien  et de ses contemporains, qu'est Richard Fauguet ? Lui aussi s'est fait prendre dans les rets de Rentilly.

Gilles Kraemer 

Ce texte est paru sous un format plus réduit dans la revue Artaïssime, numéro 14, octobre-décembre 2016 sous le titre Richard Fauguet. Un sacré coup de fusil réussi à Rentilly. 

Animal on est mal. La collection du musée de la Chasse et de la Nature revisitée par Richard Fauguet

24 septembre - 22 janvier 2017

Parc culturel de Rentilly/ Frac Île-de-France, Le château Rentilly

1 rue de l’Étang - 77 600 Bussy-Saint-Martin

http://www.chassenature.org/animal-on-est-mal/ et http://www.fraciledefrance.com/animal-on-est-mal/

Ne pas omettre de visiter les communs aménagés en 1890 par Gaston Meunier avec ses Bains turcs et la salle des trophées à la charpente métallique réalisée par les ateliers Eiffel. Dans celle-ci est projetée la vidéo de Peter Fischli et David Weiss, Le Droit chemin (Der rechte Weg), 1983, durée 55 minutes, collection FMAC, Genève. Une autre vidéo, celle de Jean-Charles Hue, Quoi de neuf docteur ?, 2003, durée 8 min. 30 s., collection Frac Île-de-France est visible dans la salle de documentation du château. Ces deux vidéos intègrent le parcours de l'exposition.

Dans les miroirs du Frac Île-de-France de Rentilly, Richard Fauguet chasse la Licorne et le Griffon
Dans les miroirs du Frac Île-de-France de Rentilly, Richard Fauguet chasse la Licorne et le Griffon
Dans les miroirs du Frac Île-de-France de Rentilly, Richard Fauguet chasse la Licorne et le Griffon
Dans les miroirs du Frac Île-de-France de Rentilly, Richard Fauguet chasse la Licorne et le Griffon
Dans les miroirs du Frac Île-de-France de Rentilly, Richard Fauguet chasse la Licorne et le Griffon
Dans les miroirs du Frac Île-de-France de Rentilly, Richard Fauguet chasse la Licorne et le Griffon
Dans les miroirs du Frac Île-de-France de Rentilly, Richard Fauguet chasse la Licorne et le Griffon
Dans les miroirs du Frac Île-de-France de Rentilly, Richard Fauguet chasse la Licorne et le Griffon
Dans les miroirs du Frac Île-de-France de Rentilly, Richard Fauguet chasse la Licorne et le Griffon
Dans les miroirs du Frac Île-de-France de Rentilly, Richard Fauguet chasse la Licorne et le Griffon

Vues de l'exposition © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Animal on est mal, Frac Île-de-France, Le château, Rentilly, visite presse, septembre 2016

Tag(s) : #Expositions Paris, #Musées, #Patrimoine

Partager cet article

Repost 0