Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Gilles Kraemer.

 

 

L’instant où l’imprimeur en taille-douce retire la feuille de la presse et découvre le tirage de l’estampe © Ateliers d’art des Musées Nationaux - La Chalcographie du Louvre. Remerciements Jean-Michel Othoniel.

En 2019, pour fêter les trente ans de sa pyramide, le musée du Louvre invitait Jean-Michel Othoniel (1964, Saint-Étienne) à créer un parcours-livre, L’Herbier Merveilleux du Louvre (1). Opportunité lui était ainsi offerte de revenir arpenter les salles de cette institution. Ce lieu, il le connaissait, il y fut gardien pendant ses vacances d'étudiant, le parcourant nuitamment ou de jour. En ces temps lointains, le Louvre n'était pas qualifié de grand, l'entrée pyramidale n'existait pas. Dans sa cour un jardin, bien minuscule, mais bien présent.

Des souvenirs des œuvres vues jointes aux notes - réécrites - qu'il a toujours glanées sur les plantes, son appareil photographique à la main, il a parcouru pendant plus d'une année le musée. S'attachant à la symbolique des fleurs et des végétaux. Dans ses déambulations, il a cherché leurs représentations dans des œuvres présentées, portant son regard de voyageur sur les peintures, sculptures, fresques, faïences, dessins ou mosaïques des différents départements. De l'acanthe, porteuse de l'immortalité et de l'amour divin au volubilis référence du manteau de la Vierge, il nous dévoila 99 secrets.

En parallèle, il retient une fleur qui pourrait symboliser à elle seule ce musée, cette rose triomphante, comme tombée dans l’ombre de l’anneau d’or qui scelle Le mariage de Marie de Médicis et d’Henri IV peint par Pier Paul Rubens (1621-1625).

 

Jean-Michel Othoniel, La rose du Louvre, 2019. Exposition dans la cour Puget, Louvre, mai 2019 © remerciements pour la photographie à Anne-Frédérique Fer / FranceFineArt.comhttp://www.lecurieuxdesarts.fr/2019/06/le-mysterieux-merveilleux-herbier-de-jean-michel-othoniel-le-louvre.html

L’artiste a peint sa version de La Rose du Louvre. Six peintures à l’encre sur feuilles d’or blanc qui furent installées parmi les chefs-d’œuvre de la statuaire de jardin des 17e et 18e siècles dans la cour Puget du musée en mai 2019. Depuis, elles sont entrées de manière pérenne dans les collections du musée.

 

Jean-Michel Othoniel, La Rose du Louvre, 2020. Tirage signé et numéroté de 1 à 10. Héliogravure sur cuivre. Format au coup de planche 376 mm x L. 350 mm.. Format feuille 480 mm x 417 mm.. Impression en encre noire sur papier japon argenté contrecollé sur Hahnemühle 300 g/m2, blanc antique © Ateliers d’art des Musées Nationaux - La Chalcographie du Louvre. Remerciements Jean-Michel Othoniel.

Les Ateliers d’art des Musées nationaux – Chalcographie du Louvre (2) lui ont confié le soin de réaliser une planche, gravée par la Chalcographie. Gravure en phototypie de sa rose du Louvre. Cette rose noire, sur fond blanc, ou sur fond argent dans son édition limitée (à 10 ex.), montre la force du geste calligraphique qui anime ses œuvres sur papier.

 

Jean-Michel Othoniel, La Rose du Louvre, 2020. Héliogravure sur cuivre. Format au coup de planche 376 mm x L. 350 mm. Format feuille 480 mm x 417 mm. Impression en encre noire avec cachet de l’artiste. Tirage sur Hahnemühle 300 g/m2, blanc antique. Boutique RMN du Musée du Louvre. © Ateliers d’art des Musées Nationaux - La Chalcographie du Louvre. Remerciements Jean-Michel Othoniel.

 

(1) Le mystérieux merveilleux herbier de Jean-Michel Othoniel. Le Louvre  http://www.lecurieuxdesarts.fr/2019/06/le-mysterieux-merveilleux-herbier-de-jean-michel-othoniel-le-louvre.html

(2) Georg Baselitz, Miquel Barceló, Yan Pei-Ming ou Louise Bourgeois, Hervé Di Rosa ou Eva Jospin, d’Alberola ou  Yan Pei Mning, Jean-Pierre Pincemin ou Arnulf Rainer, Cyprien Gaillard ou Geneviève Asse ont fait l’objet de commande de la Chalcographie. Les estampes ont vocation à être imprimées autant de fois que la matrice le permettra, sans limitation de tirage ni signature. Ce principe, qui va à rebours des pratiques du marché de l’art contemporain, perpétue la tradition de diffusion propre à la Chalcographie du Louvre, celle de la diffusion illimitée. Et aussi celle de l’estampe dès son origine : la diffusion la plus large possible de l’image imprimée qui pouvait ainsi entrer dans de très nombreuses collections. https://ateliersartmuseesnationaux.fr/fr/estampes/conservation-dune-collection-historique

Depuis 1797, l’atelier de chalcographie du Louvre est chargé de conserver et d’imprimer une collection de plusieurs milliers de cuivres gravés. 

http://www.othoniel.fr/     

290 € tirage illimité et 5 000 € tirage limité à 10 exemplaires. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article