Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Valentin de Boulogne, Les quatre âges de la vie d'un homme, vers 1627-1629. Huile sur toile, 96 x 134 cm.. The National Gallery, London (inv. NG 4919). Provenance : Étienne Lybault, Paris © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.

En mai 1606, Caravaggio (1591-1610) quitte Rome pour ne plus jamais y revenir. Il influencera nombre de jeunes peintres dont Valentin de Boulogne (janvier 1591- août 1632). Valentin auquel le Metropolitan Museum of Art de New York consacre l'exposition : Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio. Quarante-sept toiles de ce français natif de Coulommiers. Plus trois œuvres de ses contemporains : Cecco del Caravaggio (vers 1588/90-après 1620), amant et modèle de Caravage, et Le Martyre de Saint Sébastien (vers 1611-1613), Bartolomeo Manfredi (1582-1622) et Christ chassant les marchands du Temple (vers 1616-1617), Jusepe de Ribeira (1591-1652) et Le reniement de Saint Pierre (vers 1615).

 

 

Vue de l'exposition. Sur le mur du fond Jusepe de Ribera, Le Reniement de Saint Pierre, vers 1615. Huile sur toile, 163 x 233 cm.. Galleria Nazionale d'Arte Antica, Palazzo Corsini, Rome. Provenance : Lorenzo Corsini © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.

Trois grandes toiles introduisant dramatiquement et fortement, en un long couloir, l'exposition new yorkaise de Valentin de Boulogne sur laquelle plane l'ombre de Caravaggio, nom une nouvelle fois usité comme "produit d'appel". Valentin, qui le connaît ? Il fut mis en avant dans la grande exposition qu'Arnauld Brejon de Lavergnée et Jean-Pierre Cuzin (anciens pensionnaires de l'Académie de France à Rome-Villa Medici) consacrée aux Caravagesques français, à la Villa Medici puis au Grand Palais en 1973-1974. Ces trois tableaux de ses contemporains ne seront pas présentés à Paris, au Louvre. Et, pourtant ils synthétisaient parfaitement les passerelles avec les sujets de cet artiste, dont la présence à Rome pouvant s'établir dès 1609, est irréfutable en mai 1614 (1). Il mourut tragiquement à Rome, à l'été 1632, à l'âge de quarante et un an, brutalement, des suites d'une fièvre violente contractée après s'être rafraîchi dans l'eau glacée d'une fontaine.

Vue de l'exposition. Francesco Boneri ou Buoneri dit Cecco del Caravaggio, Le Martyre de Saint Sébastien, vers 1611-1613. Huile sur toile, 124 x 162,5 cm. Museum Narodowe, Varsovie © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016. Exposé seulement à New York.

 

 

Jusepe de Ribera, Le Reniement de Saint Pierre, vers 1615. Huile sur toile, 163 x 233 cm.. Galleria Nazionale d'Arte Antica, Palazzo Corsini, Rome // Bartolomeo Manfredi, Christ chassant les marchands du temple, vers 1616-1617. Huile sur toile, 162 x 244 cm.. Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Libourne // Francesco Boneri ou Buoneri dit Cecco del Caravaggio, Le Martyre de Saint Sébastien, vers 1611-1613. Huile sur toile, 124 x 162,5 cm. Museum Narodowe © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.

Ces trois tableaux si forts, marquants sont  un choix des plus excellent. Une scène religieuse d'un grand impact émotionnel représentant d'une façon si réaliste le martyre de cruauté et de sadisme à l'égard de Sébastien torturé avec une réelle et non dissimulée délectation par son bourreau retirant une flèche de la poitrine. Une telle violence que l'on retrouve dans Martyre de Saint Barthélémy de Valentin (vers 1613-15), prêt de l'Accademia à Venise, visible seulement à New York. La scène si classique en peinture du Christ chassant les marchands du Temple par Manfredi, se retrouve dans une action beaucoup plus violente dans les deux tableaux de Valentin des années 1618-1622 et 1627-1629, un mouvement d'une grande intensité avec cette table renversée. Quant au Reniement de Saint Pierre de l'espagnol Jusepe qui s'installera à Naples en 1616, il se retrouve chez Valentin en 1623-1625 plus explicitement représenté dans l'attitude de l'apôtre, au premier plan tentant de se disculper.

 

 

 

 

Valentin de Boulogne (French, Coulommiers-en-Brie 1591–1632 Rome), Martyrdom of Saints Processus and Martinian (1629-1630). Oil on canvas, 118 7/8 x 75 9/16 in. (302 x 192 cm). Vatican Pinoteca, Rome. Remerciements service de presse du Metropolitan Museum of Art, New York

L'exposition new yorkaise adopte un parcours chronologique dans un ordonnancement thématique, des débuts de son oeuvre vers 1613-1620 à la pratique trouvée vers 1620-1624, du peintre du théâtre de la vie à la déception de la vie vers 1626-1632, se concluant par un peintre renommé 1627-1632. Succession de diseuses de bonne aventure, de concerts, de scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, de scènes de tavernes, accordant une place prépondérante aux simples modèles nullement idéalisées, dans un mélange de violence et de retenue. Sa peinture joue de cette ambiguïté entre passé et présent, mêlant sujets historiques et et narrations contemporaines.

 

Vue de l'exposition. Valentin de Boulogne, Concert, vers 1615. Huile sur toile, 119,4 x 158,7 cm.. Indianapolis, Museum of Art, William A. Zumpfe Memorial Fund © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016. Exposé seulement à New York

Lui qui figure dès 1624 comme membre de l'association d’artistes nordiques fondée à Rome la Bent ou Bentvueghels, et qui fut surnommé l’Amador (l’amoureux), établit un dialogue entre nous et le sujet nous regardant ou vu de dos, comme si nous étions le spectateur de l'action en train d'advenir. Éliminer le tout pour aller à l'essentiel,

 

Vue de l'exposition. Valentin de Boulogne, Christ chassant les marchands du temple, vers 1618-1622. Gallerie Nazionale d'Arte Antica, Palazzo Barberini, Rome // Valentin de Boulogne, Le Martyre de Saint Laurent, vers 1621-1622. Huile sur toile, 195 x 261 cm.. Museo National del Prado, Madrid © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.

Neuf toiles du Valentin, vues à New York, ne feront pas le voyage parisien mais trois autres toiles non présentées au Met seront visibles à Paris, venues de Munich - La Couronne d'épines, vers 1616-1617 - et de Russie, Moscou pour Le Reniement de Saint-Pierre, vers 1623-1625 et de Saint Pétersbourg pour Le Christ chassant les marchands du temple, vers 1627-1629.

 

Valentin de Boulogne, Soldats jouant aux cartes et aux dés (Les tricheurs), vers 1615. Huile sur toile, 121 x 152 cm.. National Gallery of Art, Washington, D.C., Patrons' Permanent Fund (1998.104.1). © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.

L'impact visuel de cette exposition sera-t-il aussi fort à Paris que ressenti à New York ? Pour apporter un plus, le Metropolitan présente dans la salle des années 1613-1620 deux rapières, l'une du milanais Pietro Caino (16e siècle), l'autre de l'allemand Clemens Hartkopf (vers 1625) entre David avec la tête de Goliath, vers 1615-1616, Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid et Soldats jouant aux cartes et aux dés (Les tricheurs), vers 1615, National Gallery of Art, Washington, Le Louvre fera-t-il de même ? Le Musée de l'Armée en aurait bien une ou deux en prêt !

 

Valentin de Boulogne, Compagnie de musiciens avec une diseuse de bonne aventure, 1631. Huile sur toile, 190 x 265 cm.. Collections du prince de Lichtenstein, Vaduz et Vienne. Provenance : Fabrizio Valgarnera, Rome © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016. Visible seulement à New York

Dans l'immense salle du théâtre de la vie, dans laquelle trône Le Joueur de luth (vers 1625-1626) du Met, l'unique représentation d'un musicien solitaire, une viole de gambe (de Richard Meares, Londres, vers 1680, Met) rappelle les deux toiles du Louvre Concert avec le bas-relief, vers 1624-1626 et Concert aux huit personnages, vers 1628-1630. Une épinette (Venise, 1540, Met) et un luth (Pietro Railich, Padoue, 1669) dialoguent avec Compagnie de musiciens avec une diseuse de bonne aventure, 1631, des collections du prince de Lichtenstein, Vaduz et Vienne (visible seulement à New York). L'on peut citer aussi deux cornemuses allemandes (1575 et 17e siècle), une guitare (vers 1630-1650), un violon de Nicolò d'Amati (1669) et une viole de gambe londonienne (vers 1680). Le Musée de la musique sera-t-il sollicité pour apporter pareil éclairage ?

 

Valentin de Boulogne, Concert avec le bas-relief, vers 1624-1626. Huile sur toile, 173 x 214 cm.. Musée du Louvre, département des peintures (inv. 8253). Collection du cardinal Jules Mazarin © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.

Pour Paris, la juxtaposition de la terre cuite des Noces de Pélée et de Thétis, ancienne collection Farnèse, aujourd'hui au Louvre et de Concert avec le bas-relief clamerait son évidence. Ce Concert avait eu droit aux honneurs du grand escalier de l'Académie de France à Rome - Villa Medici en 2014 pour l'exposition des Bas-fonds du Baroque. La Rome du vice et de la misère (2). Les salles américaines, mises en peinture par Farrow & Ball, ont ce supplément de volume et de hauteur que les salles du Louvre ne possèdent pas. Et, la peinture parlant avant tout, cette institution américaine ne succombe pas à cette insistance de faire appel à un homme d'opéra pour "scénographier" une exposition comme Paris le pratique trop volontiers. Mais pour Le Louvre, aucun problème, l'institution ne se complaît pas dans la mise en scène attractive. Autre interrogation : les photographies de l'exposition totalement libres au Met, le seront-elle au Louvre ?

 

 

Valentin de Boulogne (French, Coulommiers-en-Brie 1591–1632 Rome), Judith and Holofernes, vers 1627-1629. Oil on canvas, 41 ¾ x 55 ½ in. (106 x 141 cm). National Museum of Fine Arts, Valetta, Malta. Remerciements service de presse du Metropolitan Museum of Art, New York

Autant de questions. Réponses le 22 février 2017. Le choc risque d'être rude ce jour puisque Vermeer et les maîtres de la peinture de genre se dévoilent également au Louvre (22 février-22 mai 2017).

Gilles Kraemer (déplacement et séjour à New York à titre strictement personnel) & Antoine Prodhomme pour la traduction

Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio

7 octobre 2016 - 16 janvier 2017, prolongation jusqu'au 22 janvier 2017

The Metropolitan Museum of Art, New YorkCommissariat de Annick Lemoine et Keith Christiansen, directeur du département John Pope-Hennessy, département des Peintures européennes, The Metropolitan Museum of Art, New York. Avec les contributions de Patricia Cavazzini, Jean-Pierre Cuzin et Gianni Papi

Valentin de Boulogne Réinventer Caravage du 22 février - 22 mai 2017, Musée du Louvre, ParisCommissariat général de Sébastien Allard, conservateur général, directeur du département des peintures, musée du Louvre. Commissariat scientifique de Keith Christiansen, John Pope-Hennessy Chairman du département des Peintures européennes, Metropolitan Museum of Art, New York et Annick Lemoine, directeur scientifique du Festival de l’histoire de l’art et maître de conférences, Université de Rennes 2.

www.louvre.fr & www.metmuseum.org

(1) Chronologie de la vie et de l'œuvre de Valentin de Boulogne par Annick Lemoine, dans le catalogue

(2) lecurieuxdesarts.fr/2014/12/les-bas-fonds-du-baroque-la-rome-du-vice-et-de-la-misere-i-bassifondi-del-barocco-la-roma-del-vizio-e-della-miseria-entretien-avec-e

Catalogue Valentin de Boulogne. Beyond Caravaggio par Annick Lemoine, directeur scientifique du Festival de l'Histoire de l'Art et maître de conférences en histoire de l'art auprès de l'Université de Rennes 2 & Keith Christiansen, directeur du département John Pope-Hennessy, département des Peintures européennes, The Metropolitan Museum of Art, New York. Avec des essais de Patricia Cavazzini, Jean-Pierre Cuzin et Gianni Papi. Bowing to No One. Valentin's ambitions d'Annick Lemoine; Succes and failure in a violent city. Bartolomeo Manfredi, Nicolas Tournier, and Valentin de Boulogne de Patrizia Cavazzini; Valentin and his artistic formation in Rome de Gianni Papi; Painting from life. Valentin and the legacy of Caravaggio de Keith Christiansen; Valentin in the Grand Siècle d'Annick Lemoine, Valentin. A french painter de Jean-Pierre Cuzin. Catalogue de Keith Christiansen et Annick Lemoine. Chronologie de la vie et de l'œuvre de Valentin de Boulogne par Annick Lemoine. Achat à titre personnel 70,77 $

En couverture du catalogue : Valentin de Boulogne, Samson, 1631. Huile sur toile, 135,6 x 102, 8 cm.. The Cleveland Museum of Art, Mr and Mrs William H. Marlatt Fund (1972-50). Provenance : Cardinal Francesco Barberini, palazzo Barberini, Rome © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyong Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York novembre 2016.

Pour mémoire, exposition à l'Académie de France à Rome - Villa Medici dont Annick Lemoine fut l'une des commissaires alors qu'elle était à cette date chargée de mission pour l'histiore de l'art à l'Académie www.lecurieuxdesarts.fr/2014/12/les-bas-fonds-du-baroque-la-rome-du-vice-et-de-la-misere-i-bassifondi-del-barocco-la-roma-del-vizio-e-della-miseria-entretien-avec-e

 

Vues de l'exposition © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.
Vues de l'exposition © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.
Vues de l'exposition © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.
Vues de l'exposition © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.
Vues de l'exposition © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.
Vues de l'exposition © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.
Vues de l'exposition © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.
Vues de l'exposition © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.
Vues de l'exposition © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.
Vues de l'exposition © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.
Vues de l'exposition © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.

Vues de l'exposition © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Valentin de Boulogne : Beyond Caravaggio, Metropolitan Museum of Art, New York, novembre 2016.

Tag(s) : #Brèves de New York, #Expositions Paris

Partager cet article

Repost 0