Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Installation d'Adrien Goetz par son confrère Hugues R. Gall, 5 décembre 2018 © Juliette Agnel - Académie des beaux-arts. 

L'Académie des beau-arts bouge. Ce n'est plus la belle endormie à laquelle elle était comparée, trop longtemps boudée par une presse inexistante, je me souviens, lors des installations et des séances solennelles. L'institution du palais de L'Institut avance à très grands pas. L'élection de Laurent Petitgirard, compositeur et chef d'orchestre, membre de la section composition musicale, comme secrétaire perpétuel de l'Académie depuis le 1er février 2017, l'a dynamisée. La Séance solennelle du 21 novembre 2018 ne fut jamais autant suivie par la presse.

Au cours de la séance plénière du mercredi 24 avril 2019, l’Académie des beaux-arts a élu Blanca Li, Thierry Malandain et Angelin Preljocaj dans la section de chorégraphie comportant quatre fauteuils. Cette nouvelle section fut créée lors de la séance plénière de l’Académie des beaux-arts du 25 avril 2018. Le décret modifiant en ce sens les statuts de l’Académie, signé par le Président de la République, son protecteur, et le Premier ministre, fut publié au Journal officiel du 9 octobre 2018.

Blanca Li : DR

Blanca Li (née en 1964, Grenade), est chorégraphe, réalisatrice de films, danseuse et comédienne. A dix-sept ans, elle part à New-York où elle étudie pendant cinq ans à l’école de Martha Graham, tout en fréquentant les écoles d’Alvin Ailey, de Paul Sanasardo ou encore le Clark Center. De retour en Espagne, elle crée à Madrid sa première compagnie de danse contemporaine sélectionnée pour le programme de l’Exposition Universelle de Séville. Établie en France depuis 1992, Blanca Li fonde en 1993 sa compagnie. Elle ouvre le Festival Suresnes Cités Danse en 1999 avec une création hip hop, Macadam Macadam qui, d’Avignon aux États-Unis, en passant par l’Opéra-Comique de Paris, devient une référence du genre, recevant le Globe de Cristal 2007 dans la catégorie Meilleur opéra/ballet. Elle aborde avec sa compagnie des thèmes très variés, depuis les cérémonies de transe des Gnawa de Marrakech, en passant par l’art grec ancien, la folie du monde contemporain dans le contexte des attentats du 11 septembre 2001, les poèmes de Federico Garcia Lorca ou l’œuvre de Jérôme Bosch . Corazón Loco (2007) mêle aux danseurs de la compagnie les chanteurs lyriques de l’Ensemble vocal Sequenza 9.3, sur une création musicale contemporaine et fait l’objet de son second film au cinéma. . Sa dernière création, Elektrik, a été présentée en 2018 au Festival Suresnes Cités Danse.

Thierry Malandain © Frédéric Néry / Yocom

Thierry Malandain (né en 1959) avec plus de 80 œuvres à son actif développe une idée toute personnelle de la danse. Il donne la priorité au corps dansant, à la célébration de sa sensualité et de son humanité.  En 1980, il rejoint le Ballet Théâtre Français de Nancy. C’est lors de ses six années lorraines qu’il conduit avec succès ses premières expériences de chorégraphe : en 1984, il obtient le 1er Prix du concours Volinine puis le 1er Prix du concours de Nyon en Suisse. En 1986, il fonde la compagnie Temps Présent. En 1992, il s’installe à l’Esplanade Saint-Etienne Opéra, en qualité de Compagnie Associée. En 1998 il est nommé à la direction du nouveau Centre Chorégraphique National de Biarritz installé à la Gare du Midi. En 2009, il est nommé Directeur artistique du Festival de danse de Biarritz. Le Grand Prix du Syndicat de la Critique lui est attribué en 2012 pour Une Dernière chanson. Parmi ses dernières créations, on peut citer : La Belle et la Bête (2016), Noé (2017) ou Marie-Antoinette (2018).

Angelin Preljocaj © Jörg Letz

Né en France en 1957, Angelin Preljocaj débute des études de danse classique avant de se tourner vers la danse contemporaine auprès de Karin Waehner. En 1980, il part pour New York travailler avec Zena Rommett et Merce Cunningham, puis poursuit ses études en France auprès de la chorégraphe américaine Viola Farber et du français Quentin Rouillier. Il crée sa propre compagnie qui porte son nom en décembre 1984. Le Ballet Preljocaj s'installe en 1996 à Aix-en-Provence puis investit en octobre 2006 le Pavillon Noir dans cette même ville. Il a depuis chorégraphié 50 pièces, du solo aux grandes formes. Entré au répertoire du Ballet de l’Opéra national de Paris au début des années 1990, ses créations sont reprises au répertoire de nombreuses compagnies, dont il reçoit également des commandes, telles que La Scala de Milan (Winterreise en janvier 2019), le New York City Ballet ou l’Opéra national de Paris (Le Parc sur une musique de Mozart, créé en 1994, sera repris en décembre 2019)  . 

Installation de Jiri Kylián par son confrère Hugues R. Gall, 13 mars 2019 © Juliette Agnel - Académie des beaux-arts.

Jiri Kylián, membre associé étranger (élu en avril 2018)  fut installé par Hugues R. Gall le 13 mars 2019. L’élection de ce danseur et chorégraphe tchèque au fauteuil précédemment occupé par Léonardo Cremonini a largement contribué à l’ouverture de cette neuvième section, signant la reconnaissance d’un art majeur et immémorial. Le précédent danseur et chorégraphe fut Maurice Béjart (1927-2007), élu en juin 1994 dans la section membres libres. Muriel Mayette-Holtz, comédienne, metteur en scène, qui fut directrice de l'Académie de France à Rome - Villa Médicis, a été élue à ce fauteuil IV, vacant pendant ... 10 années, le 17 mai 2017. Elle sera installée le 15 mai 2019. 

Au cours de cette même séance plénière, l’Académie des beaux-arts a élu Frédéric Mitterrand au fauteuil n°7 précédemment occupé par Jeanne Moreau (1928-2017), dans la section des créations artistiques dans le cinéma et l’audiovisuel. Cette section se compose de Roman Polanski, Régis Wargnier, Jean-Jacques Annaud, Jacques Perrin (installé le 6 février 2019) et Coline Serreau.

L’Académie des beaux-arts, l’une des cinq académies composant l’Institut de France, est forte de 63 membres répartis dans 9 sections artistiques. Elle s’attache à promouvoir et encourager la création artistique dans toutes ses expressions et veille à la défense du patrimoine culturel français. Elle poursuit ses missions de soutien à la création par les nombreux prix décernés chaque année, une politique active de partenariats avec des institutions culturelles ainsi que ses activités de conseil des pouvoirs publics. 

Gilles Kraemer 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article