Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Gilles Kraemer.

 

Une Sainte conversation de Lorenzo Lotto, prêt du Kunsthistorisches Museum de Vienne, est exposée à l'Académie, à Venise, du 15 octobre 2020 au 17 janvier 2021. 

 

Lorenzo Lotto (Venise ca 1480 – ca 1556 Loreto), Sacra conversazione con i santi Caterina e Tommaso, 1526/1528. Kunsthistorisches Museum, Vienna.

Jeu de regards et de gestes, lumière subtile dans cette magistrale composition. Par un après-midi ensoleillé d’été, sous un chêne, Marie assise sur l’herbe, soulève l’enfant et le présente à deux saints. Jésus les bénie de la main droite. Le vêtement azur de la Vierge, amplement drapé, par sa forme pyramidale, souligne la solennité du personnage. À un ruban, placé autour de son cou, sont attachées des feuilles repliées avec des caractères illisibles, interprétés comme des textes sacrés ou des prières. Sainte Catherine, agenouillée, vêtue d’un précieux habit vert et d’un manteau rouge, la roue de la torture à côté d’elle, tient un livre ouvert entre les mains que touche l’enfant de la main gauche dans un geste de feuilleter les pages. Également agenouillé, les mains jointes, Saint Thomas. Contre son épaule, est appuyée la lance qui transperça le côté droit du Christ crucifié. Un ange couronne la Madone d’une guirlande de pervenches, dans une dynamique de la composition de la gauche vers la droite pour ce chef d’œuvre de ce peintre vénitien.

Comme le souligne Francesca Del Torre du Kunsthistorisches Museum de Vienne, en charge du département de la peinture italienne, " Lotto use de couleurs raffinées et parfaitement équilibrées entre les bleus et les verts des personnages et du paysage et le rouge du manteau des saints. Ceci apporte à cette Conversation naturel et dynamisme. ".

Foto Luca Zanon, courtesy © GA.V.E Archivio Fotografico, 2020 - su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del Turismo - Gallerie dell’ Accademia di Venezia.

 

Foto Luca Zanon, courtesy © GA.VE Archivio Fotografico, 2020 - su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del Turismo - Gallerie dell’ Accademia di Venezia.

La première mention de cette peinture remonte à 1660; elle se trouvait déjà dans les collections impériales autrichiennes. L’écrivain, peintre et graveur vénitien Marco Boschini (1602 - 1681) décrit " un tableau précieux et splendide " dans cette référence au sentiment d’intense spiritualité de cette scène. " C’est en fait le profond sentiment d’harmonie observe Del Torre qui fait de ce portrait de la nature un lieu idéal pour cette réunion divine ". Une nature tellement palpable que l’historien d’art britannique Philip Pouncey (1910 - 1990) put dire " Á Vienne se trouve un tableau dans lequel le bourdonnement des abeilles s’entend  ".

Ce prêt entre dans le cadre d’une nouvelle initiative des Galeries de l’Académie de Venise : Un chef d’œuvre pour Venise, qui permettra de voir, dans cette ville, de fabuleux tableaux de la Renaissance vénitienne, prêtés par des institutions muséales internationales. Une façon de dialogues et de confrontations avec les œuvres de la collection permanente de l’Académie. Ce projet est né du souhait de l’institution vénitienne de renouer les rapports et les relations internationales d’une ville profondément touchée du point de vue des visiteurs après l’effroyable acqua alta du 12 novembre 2019 et la pandémie mondiale de la Covid-19. C'est aussi une façon de repenser l’idée même d’exposition, depuis le coronavirus, une méthode autre pour de nouvelles formes de fonctionnement de l’art et de circulation des œuvres.

" Les œuvres d’art, selon Giulio Manieri Elia, directeur des Gallerie dell'Accademia, sont un pont pour favoriser la connaissance et aider au dialogue. Les chefs d’œuvres, en partenariat avec les musées amis, sont choisis dans cette logique de dialoguer avec le patrimoine du musée tout en favorisant des nouveaux rapports dans ce contexte international peu favorable. Cela nous paraît être la meilleure contribution que l’art puisse apporter en cette période difficile ".

Dans les mois qui suivent, l’Hermitage de Saint-Pétersbourg prêtera une œuvre extraordinaire, suivie d'une autre d’un prestigieux musée au nom actuellement tenu secret.

Un capolavoro per Venezia bénéficie du mécénat du groupe bancaire Intesa Sanpaolo.

 

Lorenzo Lotto (Venezia, ca 1480 - Loreto, ca 1556) Ritratto di giovane gentiluomo / Portrait d’un jeune gentilhomme, ca 1528-1530. Toile. 97 x 110 cm.. Acquis en 1930 auprès du comte Edoardo Rovero © G.A.VE Archivio fotografico – foto Intraprese fotografiche, 2020 - su concessione del Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo - Gallerie dell’Accademia di Venezia.

 

Ce Lotto, pourra entrer en dialogue avec une autre toile de ce peintre, celle du mystérieux Portrait d’un jeune gentilhomme, à droite sur la photographie, à côté de l'Assomption de la Vierge de Palma il Vecchio Madone à l'enfant avec des saints de Palma, à gauche © photographie Le Curieux des arts, Gilles Kraemer, 2019.

 

Jacopo Negretti detto Palma il Vecchio, Sacra Famiglia con Santa Caterina e San Giovanni Battista, après 1526 © G.A.VE Archivio fotografico – foto Intraprese fotografiche, 2020 - su concessione del Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo - Gallerie dell’Accademia di Venezia.

www.gallerieaccademia.it/

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article