Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Clément Cogitore et Bady Dalloul primés lors de la 7e édition du Prix Sciences Po pour l'art contemporain 2016
                   © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 26 avril 2016

Le Prix Sciences Po pour l'art contemporain fête ses sept ans. Sept années qui lui ont permis de présenter 54 artistes, âgés de moins de 35 ans et résidant en France. Une belle mise en lumière de la scène artistique émergente. 

Changement de cap cette année pour l'équipe organisatrice, très dynamique et réactive, composée de Julie Ackermann, Olivier Alexanian, Lydia Foster et Thibaut Vignez-Scoth qui décidèrent, pour la première fois d'un appel à candidature. 302 dossiers reçus dont sept furent retenus par le comité de sélection composé de Martin Bethenod, Maëlle Dault, Aurélie Faure, Isabelle Gaudefroy, Vittoria Mataresse et Laurence Perrillat. Dimensions de l'œuvre imposées, dans un format allant du A1 (59, 4 x 84, 1 cm) au A7 (57, 4 x 10, 5 cm), à plat ou en volume, comme une référence aux sept éditions du Prix. Le jury de 10 personnes était constitué d'anciens artistes sélectionnés et d'anciens lauréats des précédentes éditions. 

 

Clément Cogitore et Bady Dalloul primés lors de la 7e édition du Prix Sciences Po pour l'art contemporain 2016
Clément Cogitore © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 26 avril 2016
Clément Cogitore et Bady Dalloul primés lors de la 7e édition du Prix Sciences Po pour l'art contemporain 2016
Clément Cogitore. Série Digital Desert, 2015, #1 et #2. Dyptique. C-Print Diasec © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 7e édition du Prix Sciences Po pour l'art contemporain, 26 avril 2016

Mardi 26 avril 2016, dans les locaux de Sciences Po, le Prix du jury d'un montant de 5 000 € a été remis à Clément Cogitore (né en 1983 à Colmar). Récompensé en 2011 par le Grand prix du 56e salon de Montrouge, il fut pensionnaire à la Villa Medicis en 2012-2013, nominé en 2012 et 2014 du Prix Sam Art Projects, exposé à l'automne 2015 à la galerie White Project. Un riche parcours concrétisé mercredi 27 avril par sa sélection pour la 18e édition du Prix Fondation d'entreprise Ricard, sur une proposition d'Isabelle Cornaro. Ce mois d'avril 2016 fut très faste pour lui.

Clément Cogitore présentait, de la série Digital Desert, #1 et #2, un dyptique c-print diasec, deux photographies très pixélisées. Que voyons-nous en très gros plan, distinguant, devinant plutôt un désert rocailleux sur lequel un habit militaire est posé. Desert digital, c'est le nom de l'uniforme de camouflage américain, au motif composé de pixels pour échapper aux capteurs numériques des drones. Par ses photographies, il brouille nos sens par cette absence visible du corps. Est-il toujours présent et en décomposition ? S'agit-il d'un vêtement abondonné ? Rien ne permet de le savoir. 

Clément Cogitore et Bady Dalloul primés lors de la 7e édition du Prix Sciences Po pour l'art contemporain 2016
Bady Dalloul © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 26 avril 2016
Clément Cogitore et Bady Dalloul primés lors de la 7e édition du Prix Sciences Po pour l'art contemporain 2016
Bady Dalloul. Scrapbook, 2015. Livre, collages, écritures, vidéo 48 mn © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 7e édition du Prix Sciences Po pour l'art contemporain, 26 avril 2016

Le Prix du public a récompensé Bady Dalloul (né en 1986), présent actuellement à la galerie Untilthen à Saint Ouen dans l'exposition collective Bitter Sweet Symphony, à côté de Claude Lévêque ou de Tania Mouraud. Ce prix, jusqu'à maintenant honorifique, change puisque s'y adjoint aujourd'hui une exposition. Bady Dallou sera présenté, en juillet 2016, dans l'espace d'art parisien de Le Châssis, plateforme de soutien de la jeune création d'art visuel : Les Barreaux.

Avec son installation Scrapbook - livre avec collages et écritures, table, chaise, lampe, vidéo de 48 minutes - il se ré-approprie une histoire dont il entendit parler en visitant le mémorial de la paix d'Hiroshima. Celle d'une jeune fille japonaise, Sadako Sasaki, laquelle pour échapper à sa maladie due aux radiations atomiques poursuivit la réalisation de 1 000 origami qui devait, selon la légende, lui permettre de retrouver la santé. Un récit entrant en écho avec une autre histoire, celle de la famille syrienne de Bady Dalloul qu'il ne connaît que par des histoires et des photographies. Un récit japonais croisant celui de la famille de l'artiste, une politique du monde depuis l'explosion de la bombe atomique.

Les cinq autres artistes sélectionnés étaient Marielle Chabal, Raùl Illarramendi, Benoît Pype, Pierre Gaignard et Adélaïde Fériot

Gilles Kraemer

Prix Sciences Po pour l'art contemporain

7e édition du prix

 28, rue des Saints-Pères - Paris, du 18 au 29 avril 2016

Catalogue - plaquette. Édition limitée et numérotée à 200 exemplaires. Couverture, identité visuelle & mise en page. Remarquable composition de Bureau TwO - Thomas Guillemet et Olivier Alexanian

Facebook  http://www.facebook.com/Prix-Sciences-Po-pour-lart-contemporain

Twitter https://twitter.com/sciencespo?lang=fr

Les Barreaux. 74, avenue Denfert Rochereau - 75015 Paris (3e fenêtre sur la gauche). Le concept : une fenêtre visible sur rue 24h/24, pendant 10 jours, une fois par mois. Le public est invité à contempler les propositions de jeunes artistes depuis la rue, bravant l'interdit en regardant à l'intérieur, en voyeur.

Tag(s) : #Prix et récompenses, #Expositions Paris

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :