Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Arnold Böcklin (1827-1901), Bouclier à la tête de Méduse. Diamètre 60,5 cm © Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014
Arnold Böcklin (1827-1901), Bouclier à la tête de Méduse. Diamètre 60,5 cm © Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014
Arnold Böcklin (1827-1901), Bouclier à la tête de Méduse. Diamètre 60,5 cm © Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014

Arnold Böcklin (1827-1901), Bouclier à la tête de Méduse. Diamètre 60,5 cm © Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014

L'été à Venise, ce n'est pas seulement la 14e Biennale de l'architecture, une des meilleures depuis longtemps, une biennale laissant enfin parler l'architecture et non centrée exclusivement sur les architectes.

 

Perdez vous, dans la lourde chaleur de l'été vénitien, dans le Dordosuro, entre Salute et Accademia, pour découvrir au Guggenheim, une exposition étonnante et trop confidentielle : celle de la collection Richard et Ulla Dreyfus-Best modestement annoncée, dans cette si belle et directe interpellation Seulement pour tes yeux. Une exposition derrière laquelle l'on devine le regard d'un couple de collectionneurs et vrais amateurs - Suisses – qui n'ont pas souhaité que leur nom apparaisse.

Une modestie si peu revendiquée actuellement... par quelques collectionneurs d'art contemporain. 

© Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014© Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014
© Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014© Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014

© Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014

Une sélection de plus de cent-dix objets est présentée, du XIIe siècle à aujourd'hui, œuvres profanes, érotiques ou religieuses, dessins de maîtres de la Renaissance ou du Baroque en dialogue avec le monde énigmatique du Surréalisme, visions oniriques du XVIIIe siècle confrontées au Maniérisme, au Symbolisme ou au Pop art.

Y manquent, tel un inventaire poétique : un œuf d'autruche, un crocodile empaillé et quelques pierres aux vertus médicinales comme dans tout "Kunstkammer". Deux "cornes" (dents) de narval sont bien présentes, celles de cet animal que l'on croyait être la mystérieuse Licorne qui ne pouvait être capturée que par une vierge comme ceci est montré sur une tapisserie flamande du XVIe siècle. Sont cependant convoqués pour ce contemporain Cabinet des merveilles des cranes selon Andy Warhol et Rebecca Bournigault, un crane bougeoir en majolique, un portrait de dame, d'un anonyme autrichien du XVIIIe siècle, dont le visage se transforme en tête de mort.

 

Vous aurez très vite compris, dans le parcours de cette exposition, que le propos de cette collection, avec la dernière salle consacrée à des maîtres du surréalisme (Chirico, Max Ernst, Magritte, Miro, Dali, étranges Richard Oelze et raffinés Yves Tanguy) et celles de Johann Heinrich Füssli et François de Nomé, est d'engager des passerelles entre œuvres de prix et des objets acquis pour leur simple beauté ou leur curiosité. Comme Le souffleur, bronze du XIIe siècle ayant appartenu au légendaire collectionneur allemand Robert von Hirsch. Ou la tête monstrueuse, XIXe siècle, en coquillages, un objet banal par essence mais dialoguant si bien avec une anamorphose de Francesco Clemente Le cygne

 

Pour un seul plaisir : celui de nos yeux. N'ayez pas peur en fixant le Bouclier à la tête de Méduse d'Arnold Böcklin vous accueillant à l'entrée de l'exposition, vous serez médusé par les correspondances entre ces objets rassemblés en 30 ans.

Une immense photographie restitue l'ambiance du salon de ces collectionneurs dans un dialogue entre un crayon d'Odilon Redon L'encensoir, La Sybille guidant Enée aux Enfers de Jacob Isaacsz van Swaneburg, Le miracle de Saint Gennaro de François de Nomé et une collection de livres dits minuscules.

© Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014© Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014
© Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014© Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014

© Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014

Laissez vous guider par votre seule curiosité entre des scènes de grotesques, nains et animaux étranges par un suiveur de Faustino Bocchi, une rencontre très physique et parlante entre Vulcain et Cérès d'un anonyme allemand du XVIe siècles paraissant rappelés prestement à l'ordre par une Allégorie de la vanité d'un anonyme flamand vers 1550 et une Minerve agréablement fessue de Giovanni Pietro Rizzoli, après 1526.

Regarder l'étonnant Don Quichotte chevauchant un poisson et les monstres d'Alfred Kubin, vers 1900.

 

Très joli choix de dessins avec Gustave Doré et Johann Heinrich Füssli. Et surtout les dessins préparatoires de Pieter Bruegel l'ancien et Marten van Heemskerck pour des gravures et celui de Giulio Romano (Psyché devant Proserpine) pour une fresque du Palazzo Te à Mantoue.

Ne reste plus qu'à découvrir si le projet d'un candélabre avec des grotesques, vers 1525-1530, Maître de l'Italie du Nord, vit le jour.

 

Antoine Prodhomme

 

Déplacement à titre personnel

 

Marten van Heemskerck (1498-1574), Joseph,1549. Crayon et encre brune. 19,5 x 27,1 cm // Pieter Bruegel le Vieux (vers 1525/1530-1569), L'Envie, 1557. Crayon et encre brune. 27 x 30 cm. Ancienne collection Dominique Vivant-Denon, Alfred Beurdeley, Robert von Hirsch // Maître italien, détail d'un Projet pour un candélabre avec des grotesques, vers 1525-1530. Crayon et encre brune. 40,3 x 28 cm © Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014
Marten van Heemskerck (1498-1574), Joseph,1549. Crayon et encre brune. 19,5 x 27,1 cm // Pieter Bruegel le Vieux (vers 1525/1530-1569), L'Envie, 1557. Crayon et encre brune. 27 x 30 cm. Ancienne collection Dominique Vivant-Denon, Alfred Beurdeley, Robert von Hirsch // Maître italien, détail d'un Projet pour un candélabre avec des grotesques, vers 1525-1530. Crayon et encre brune. 40,3 x 28 cm © Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014
Marten van Heemskerck (1498-1574), Joseph,1549. Crayon et encre brune. 19,5 x 27,1 cm // Pieter Bruegel le Vieux (vers 1525/1530-1569), L'Envie, 1557. Crayon et encre brune. 27 x 30 cm. Ancienne collection Dominique Vivant-Denon, Alfred Beurdeley, Robert von Hirsch // Maître italien, détail d'un Projet pour un candélabre avec des grotesques, vers 1525-1530. Crayon et encre brune. 40,3 x 28 cm © Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014

Marten van Heemskerck (1498-1574), Joseph,1549. Crayon et encre brune. 19,5 x 27,1 cm // Pieter Bruegel le Vieux (vers 1525/1530-1569), L'Envie, 1557. Crayon et encre brune. 27 x 30 cm. Ancienne collection Dominique Vivant-Denon, Alfred Beurdeley, Robert von Hirsch // Maître italien, détail d'un Projet pour un candélabre avec des grotesques, vers 1525-1530. Crayon et encre brune. 40,3 x 28 cm © Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014

Solo per i tuoi occhi. Una collezione privata dal Manierismo al Surrealismo

collection Richard et Ulla Dreyfus-Best

23 mai-31 août 2014

Collezione Peggy Guggenheim / palazzo Venier dei Leoni (vaporetto Accademia linea 1 et 2 ou Salute linea 1)

Dorsoduro 701

30123 Venise, Italie

&

20 septembre 2014-4 janvier 2015

Kunstmuseum Basel

Bâle, Suisse

 

Tous mes remerciements à Alexia Bora & Maria Rita Cerilli du Guggenheim Venise.

 

www.guggenheim.venise.it

www.guggenheim-venice.it/exhibitions/solo-per-i-tuoi-occhi/solo-per-i-tuoi-occhi.html pour visionner la vidéo de cette exposition

 

www.kunstmuseumbasel.ch et  www.kunstmuseumbasel.ch/fr/expositions/a-venir/

 

 

Catalogue en italien, allemand et anglais. Contributions d'Andrea Beyer, Bodo Brinkmann, Giulia Mazzolani, Christian Müller, Philip Rylands & Seraina Wherthemann. 232 pages. Éditions Hatje Cantz. Prix 39 euros. Nombreuses photographies de la collection in-situ. Beau catalogue à la couverture en velours violet et aux tranches orange rappelant les couleurs choisies pour les murs de cette exposition, sobrement présentée, comme à l'habitude du Guggenheim de Venise. Les oeuvres avant tout, rien que les oeuvres.

 

 

 

Pour le plaisir d'un spritz (dont voici la recette imagée), un des meilleurs de Venise à mon avis. En sortant du Guggenheim tournez à droite, c'est à quelques mètres © Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014Pour le plaisir d'un spritz (dont voici la recette imagée), un des meilleurs de Venise à mon avis. En sortant du Guggenheim tournez à droite, c'est à quelques mètres © Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014Pour le plaisir d'un spritz (dont voici la recette imagée), un des meilleurs de Venise à mon avis. En sortant du Guggenheim tournez à droite, c'est à quelques mètres © Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014
Pour le plaisir d'un spritz (dont voici la recette imagée), un des meilleurs de Venise à mon avis. En sortant du Guggenheim tournez à droite, c'est à quelques mètres © Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014Pour le plaisir d'un spritz (dont voici la recette imagée), un des meilleurs de Venise à mon avis. En sortant du Guggenheim tournez à droite, c'est à quelques mètres © Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014

Pour le plaisir d'un spritz (dont voici la recette imagée), un des meilleurs de Venise à mon avis. En sortant du Guggenheim tournez à droite, c'est à quelques mètres © Photographies Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, juin 2014

Tag(s) : #Venise et Italie