Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gustave Caillebotte, le peintre aux pouces verts
Gustave Caillebotte, Autoportrait, 1891-1892. Huile sur toile, 40,5 x 32,5 cm.. Cachet de l'atelier en bas à gauche. Paris, musée d'Orsay. Acquis avec les fonds d'une donation anonyme canadienne, 1971, RF 1971 14 © RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Photo : Martine Beck-Coppola. Toile présentée uniquement à Giverny

Tistou les pouces verts (1957). Qui se souvient de ce conte pour enfants de Maurice Drouon, du pouvoir de Tistou de faire germer des fleurs partout ? Caillebotte les pouces vertes, pourquoi pas ? Gustave Caillebotte (1848-1894) le plus méconnu des impressionnistes dont l'on ne retint longtemps de lui que le collectionneur, défendant et soutenant par ses achats Monet, Renoir, Pissaro, Sisley. Le legs de sa collection à l'Etat fit oublier qu'il fut peintre, n'incluant pas ses propres tableaux dans celui-ci. Les Raboteurs de parquet et Vue de toits, effets de neige entreront dans ce legs sur l'insistance de Renoir et de Martial Caillebotte, son frère. "L'historien John Rewald lorsqu'il rédige l'histoire de l'impressionnisme l'évoque en quelques phrases, le présentant comme un ingénieur pratiquant le bateau, mécènant ses amis impressionnistes et peignant en amateur", comme le souligne Marina Ferretti Bocquillon, la commissaire de cette exposition. Une réputation artistique alors complètement oblitérée pour celui qui fut avec son frère un grand philatéliste.

Il fallut attendre 1994, l'exposition rétrospective du centenaire de sa mort, au Grand Palais, celle de 2005 à la Fondation de l’Hermitage à Lausanne Caillebotte au coeur de l'Impressionnisme. Puis celle de Jacquemart André et sa période parisienne Dans l'intimité des frères Caillebotte, peintre et photographe en 2011, celle d'Yerres, maison des Caillebotte, Caillebotte à Yerres, au temps de l'impressionnisme en 2014 pour une juste reconnaissance de l'homme peintre. De nombreuses toiles vues à cette dernière exposition sont présentées à Giverny où, à travers 80 peintures et dessins, Caillebotte peintre et jardinier revit, le parisien et l'amateur des jardins, surtout celui qu'il conçut dans sa propriété du Petit Gennevilliers. Jardin moins connu que celui de Giverny de Claude Monet avec lequel il échangeait conseils et variétés de plantes et de graines. Ce jardin, qu'il ne cessera d'agrandir, est aujourd'hui oublié, disparu dans les bombardements de 1944. Des photographies de son frère Martial en 1891-1892 et un film d'animation en 3D restituant la propriété en 1889 évoquent ce lieu inspirant sa peinture.

Son Autoportrait au chevalet (1878-1879), avec à l'arrière plan Bal du moulin de la Galette (1876) de Renoir qui lui appartint, synthétise le peintre et le collectionneur. Il a tout juste 30 ans. Le visage grave, renfrogné. Il ne devait pas être commode lorsqu'il se représente en 1891, quatre années avant de mourir, âgé de 45 ans, d'une congestion cérébrale. Homme secret, avare de sa vie privé de grand bourgeois ; Charlotte Berthier sa compagne n'est qu'une ombre dans Les Roses, jardin du Petit Gennevilliers (1886).

 

Gustave Caillebotte, le peintre aux pouces verts
Gustave Caillebotte, Le Boulevard vu d’en haut, 1880. Huile sur toile, 65 x 54 cm.. Signé et daté en bas vers la gauche : G. Caillebotte 1880.  Collection particulière © Paris, Comité Caillebotte

De formation classique, passé par l'atelier de Léon Bonnat, s'étant rendu en Italie, il présente Les Raboteurs de parquet au Salon de 1875 où il sera refusé. Il se tourne vers les impressionnistes, participe à la seconde exposition de 1876 où il expose cette œuvre. Il est au cœur de ce Paris qu'Haussmann transforme radicalement, appartenant d'emblée au mouvement de la nouvelle peinture. Il peint la ville moderne sans jugement, avec une certaine distance et grande attention, sans misérabilisme : le Pont de l'Europe à la gare Saint Lazare, les Peintres en bâtiment, le Boulevard Haussman vu d'un balcon.

Gustave Caillebotte, le peintre aux pouces verts
Au premier plan, Gustave Caillebotte, Canotier au chapeau haut de forme, 1878. Huile sur toile, 90 x 117 cm.. Signé en bas à gauche : G.C. Cachet de l'atelier en bas à droite. Collection particulière © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse de l'exposition Caillebotte peintre et jardinier, musée des impressionnismes, Giverny

La campagne, celle de Yerres, propriété acquise par son père en 1860 et restée dans la famille jusqu'en 1879, c'est celle des loisirs du parisien qui s'adonne au canotage et à la périssoire, à la baignade. Dans un cadrage inédit et une modernité du traitement, dans une palette de bleus et de verts très crus, avec un ciel réduit au minimum, son Canotier au chapeau haut de forme (1878) évoque une passion qu'il pratique assidument et qu'il sait retranscrire, celle des activités de nautisme, lui qui créera au Petit Gennevilliers à partir de 1886, un chantier naval pour y construire ses bateaux. Régatier insatiable - Bateaux à voile à Argenteuil (1882) , concepteur de voiliers, innovant sans cesse, il substituera des voiles en soie beaucoup plus légères aux voiles traditionnelles. 

Gustave Caillebotte, le peintre aux pouces verts
De gauche à droite, Gustave Caillebotte, Les Roses, jardin du Petit Gennevilliers, 1886. Huile sur toile, 89 x 116 cm. Signé par Renoie en bas à gauche : G. Caillebotte. Collection particulière; Les Dalhias, jardin du Petit Gennevilliers, 1893. Huile sur toile, 157,5 x 114,5cm.. Signé et daté en bas à gauche : G. Caillebotte / 1893. Collection particulière par l'intermédiaire de Brame & Lorenceau. Toile présentée uniquement à Giverny; Les Soleils, jardin du Petit Gennevilliers, 1885. Huile sur toile, 131 x 105 cm.. Signé en bas à gauche : G. Caillebotte. Collection particulière © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse de l'exposition Caillebotte peintre et jardinier, musée des impressionnismes, Giverny

En 1881, Martial et lui achètent une propriété située à côté du Cercle de la voile de Paris, au Petit Gennevilliers, propriété dont il rachetera à son frère sa part pour s'y installer définitivement en 1888. Il agrandit ce domaine, y construit un atelier, une serre dans laquelle il développe sa passion de la culture des orchidées, "n'hésitant pas à refuser une invitation pour peindre la floraison très courte d'un Stanopea aurea [espèce rare d'orchidée].". Les deux grands tableaux : Les Soleils, jardin du Petit Gennevilliers (1885) et Les Dalhias, jardin du Petit Gennevilliers (1893) synthètisent l'univers horticole qu'il a créé, lui le pionnier influenceur de son ami Claude Monet et de son jardin de Giverny. 

Gustave Caillebotte, le peintre aux pouces verts
Gustave Caillebotte, Capucines, 1892. Huile sur toile, 65 x 54 cm.. Cachet de l'atelier en bas à gauche. Collection particulière © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse de l'exposition Caillebotte peintre et jardinier, musée des impressionnismes, Giverny
Gustave Caillebotte, le peintre aux pouces verts
Gustave Caillebotte, Orchidées, 1893. Huile sur toile, 65,3 x 54 cm.. Cachet de l'atelier en haut à droite. Collection privée © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse de l'exposition Caillebotte peintre et jardinier, musée des impressionnismes, Giverny

Ses dernières années seront consacrées aux fleurs avec les Chrysanthèmes, les Glaïeuls, les Dalhias, les fragiles Capucines évoquant les Nabis tellement elles flottent dans l'espace. Le Parterre de marguerites (1892-1893), projet qu'il avait pour la décoration de la salle à manger du Petit Gennevilliers souhaité comme une toile totalement immersive, la porte peinte aux orchidées jouant des couleurs et du rythme, closent avec bonheur cette exposition révèlant un peintre passionné du végétal et de l'horticulture. Belle rencontre, à poursuivre en se rendant, à quelques mètres, au jardin de Claude Monet.

Gilles Kraemer

 

Gustave Caillebotte, le peintre aux pouces verts
Au premier plan, Gustave Caillebotte, Marguerites, 1892. Huile sur toile, 65 x 54 cm.. Cachet de l'atelier en bas à droite.  Collection particulière; au second plan Parterre de marguerites, vers 1892-1893. Quatre panneaux, huile sur toile, 100 x 50,3 cm. chaque panneau. Cachet de l'atelier en bas à droite de chaque panneau. Collection particulière par l'intermédiaire de Brame & Lorenceau © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse de l'exposition Caillebotte peintre et jardinier, musée des impressionnismes, Giverny

Caillebotte, peintre et jardinier

25 mars - 3 juillet 2016

musée des impressionnismes

27620 Giverny

Internet http://www.mdig.fr/fr/caillebotte-peintre-et-jardinier

Organisée en collaboration avec le Museo Thyssen-Bornemisza de Madrid où elle sera présentée sous le titre Caillebotte, pintor y jardinero du 19 juillet au 30 octobre 2016, cette exposition entre dans le cadre du Festival Normandie Impressionniste 2016 http://www.normandie-impressionniste.fr/ 

Catalogue. 160 pages Prix : 29 euros. Co-édité avec les Éditions Hazan, version française / espagnole

Commissariat Marina Ferretti Bocquillon, directeur scientifique du musée des impressionnismes Giverny. Commissariat pour le Museo Thyssen-Bornemisza de Paula Luengo, conservateur au Museo Thyssen-Bornemisza. 

#PassionMarguerites. Le musée des impressionnismes Giverny lance un appel à la générosité pour l'acquisition Parterre de marguerites de Gustave Caillebotte. Vers 1892-1893. Quatre panneaux, huile sur toile. 100 x 50,3 cm. chaque panneau. Collection privée par l'intermédiaire de Brame & Laurenceau. Dons sur Kiss Kiss Bank & www.mdig.fr 

Gustave Caillebotte de la ville à la campagne par Marina Ferretti Bocquillon. Éditions des Falaises. Prix : 19 €

Découvrir un lieu riche d’histoire et de patrimoine, où vécurent Gustave Caillebotte et sa famille entre 1860 - achat par Martial Caillebotte père - et 1879, date de la vente après les décès des parents. La Propriété Caillebotte 8, rue de Concy, 91330 Yerres. Entrée libre tous les jours. Visites guidées sur rendez-vous (01 80 37 20 61)http://proprietecaillebotte.com/

Exposition au printemps 2014 (et non 2015 comme indiqué dans la liste des expositions dans le catalogue) Caillebotte à Yerres, au temps de l'impressionismewww.lecurieuxdesarts.fr/2014/05/caillebotte-a-yerres-au-temps-de-l-impressionnisme-le-

Vues de l'exposition Caillebotte peintre et jardinier, musée des impressionnismes, Giverny © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse
Vues de l'exposition Caillebotte peintre et jardinier, musée des impressionnismes, Giverny © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse
Vues de l'exposition Caillebotte peintre et jardinier, musée des impressionnismes, Giverny © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse
Vues de l'exposition Caillebotte peintre et jardinier, musée des impressionnismes, Giverny © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse
Vues de l'exposition Caillebotte peintre et jardinier, musée des impressionnismes, Giverny © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse
Vues de l'exposition Caillebotte peintre et jardinier, musée des impressionnismes, Giverny © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse
Vues de l'exposition Caillebotte peintre et jardinier, musée des impressionnismes, Giverny © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse
Vues de l'exposition Caillebotte peintre et jardinier, musée des impressionnismes, Giverny © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse
Vues de l'exposition Caillebotte peintre et jardinier, musée des impressionnismes, Giverny © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse

Vues de l'exposition Caillebotte peintre et jardinier, musée des impressionnismes, Giverny © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse

Tag(s) : #Expositions France, #Art des jardins

Partager cet article

Repost 0