Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Julien Salaud chasse sur les terres de Jean-Baptiste Oudry au musée de la Chasse et de la Nature

Julien Salaud, Printemps (nymphe de cerf), 2013. Taxidermie de cerf élaphe, fils de coton, perles de rocailles, clous, bois, peaux de chevreuil. Collection de l'artiste © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, présentation presse 23 février 2015, exposition Jean-Baptiste Oudry / Julien Salaud. Les Chasses nouvelles, musée de la Chasse et de la Nature, Paris. Remerciements à la galerie Suzanne Tarasiève, Paris

En avril 2013, le musée de la Chasse et de la Nature acquiert, auprès de l'étude parisienne Fraysse & associés, quatre tapisseries en laine et soie de la manufacture de Beauvais, de la suite Chasses nouvelles d'après le carton de Jean-Baptiste Oudry (1686-1755). Ce tissage - six tapisseries à l'origine - fut un présent de Louis XV à son Garde des Sceaux, Germain Louis Chauvelin, marquis de Grosbois, payé 11 500 livres en 1728.

Ces quatre pièces La Chasse du loup, du Renard, du Sanglier et du Cerf, - manquant celles du Daim et Le Limier - mettent en scène l'instant de la chasse associant chasseurs, chevaux, chiens et gibiers au cœur de forêts. Elles sont présentées, dans ce musée, avec deux autres tapisseries tissées à Beauvais d'après les cartons d'Oudry, issues de la tenture des Petites chasses et verdures, illustrant une scène de fauconnerie (La Chasse au vol) et La Chasse du sanglier.

Exposition Jean-Baptiste Oudry / Julien Salaud. Les Chasses nouvelles. Musée de la Chasse et de la Nature, Paris © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, présentation presse 23 février 2015
Exposition Jean-Baptiste Oudry / Julien Salaud. Les Chasses nouvelles. Musée de la Chasse et de la Nature, Paris © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, présentation presse 23 février 2015
Exposition Jean-Baptiste Oudry / Julien Salaud. Les Chasses nouvelles. Musée de la Chasse et de la Nature, Paris © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, présentation presse 23 février 2015
Exposition Jean-Baptiste Oudry / Julien Salaud. Les Chasses nouvelles. Musée de la Chasse et de la Nature, Paris © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, présentation presse 23 février 2015
Exposition Jean-Baptiste Oudry / Julien Salaud. Les Chasses nouvelles. Musée de la Chasse et de la Nature, Paris © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, présentation presse 23 février 2015
Exposition Jean-Baptiste Oudry / Julien Salaud. Les Chasses nouvelles. Musée de la Chasse et de la Nature, Paris © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, présentation presse 23 février 2015
Exposition Jean-Baptiste Oudry / Julien Salaud. Les Chasses nouvelles. Musée de la Chasse et de la Nature, Paris © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, présentation presse 23 février 2015
Exposition Jean-Baptiste Oudry / Julien Salaud. Les Chasses nouvelles. Musée de la Chasse et de la Nature, Paris © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, présentation presse 23 février 2015

Exposition Jean-Baptiste Oudry / Julien Salaud. Les Chasses nouvelles. Musée de la Chasse et de la Nature, Paris © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, présentation presse 23 février 2015

Les interrogations de Julien Salaud se sont posées face à ces tentures. Cet artiste (né en 1977) qui résida en Guyane pendant trois ans, étudiant la protection de la faune sauvage, intéressé par la métamorphose chez l'animal, tisse des correspondances entre ces représentations de chasses au XVIIIe siècle et la défense de la nature qu'il promeut. Il interroge, par sa démarche, les liens, les forces et la symbolique qui unissent l’homme à la nature, s'intéressant autant à la survie des espèces animales et végétales en voie de disparition qu’à la fabrication de créatures célestes, chimériques ou hybrides. Il compose un bestiaire magique, en enchâssant des animaux taxidermés dans une broderie de perles et un maillage de fils ou les revêt de plumes. L'animal en acquiert puissance et une mystérieuse présence. Ou il crée d'étranges grottes, d'où surgissent sur les parois, dans une nuit éclairée, une myriade d'animaux galopant.

Face à ces tapisseries Printemps (nymphe de cerf), sculpture que nous avions vue au Jardin des Plantes en 2013, Faisanglier (2015), une nouvelle Chasse stellaire qu'il faut deviner derrière sa meurtrière dans un cercle de peaux de chevreuils et ses dessins d'après des motifs des tapisseries entrent en résonance. S'y ajoutent des photographies et une vidéo Émergence Arachnéenne sur les performances de Julien Salaud, drapé de toiles d'araignée artificielles, grimpant aux arbres de la forêt solognote sous les regards de Mathilde Jouannet et de Bernard Stulzaft. Un très bel happening pour cet amoureux de la nature qui ne fait qu'un avec cette forêt et ses animaux, qu'il sublime pour nous les faire découvrir autrement.

Avec son regard empli de pétillance.

Gilles Kraemer

 

Jean-Baptiste Oudry / Julien Salaud. Les Chasses nouvelles

24 février – 15 juin 2015

Musée de la Chasse et de la Nature

62, rue des Archives – 75003 Paris

Internet : www.chassenature.org

 

Julien Salaud est représenté par la galerie Suzanne Tarasiève, Paris.

Après New-York où j'avais vu son intervention – Grotte stellaire III - , cet automne 2014, chez Friedman Benda http://www.lecurieuxdesarts.fr/2014/12/galerie-friedman-benda-a-new-york-avec-julien-salaud.html, il présente actuellement en Israël, au musée d'Herzliya pour l'Art contemporain Grotte stellaire IV (11 février-14 avril 2015), exposition ayant reçu le soutien de l’Institut français à Paris. 

Nous le retrouverons à partir du 3 avril 2015 à la Maison Ackerman, dans les caves de Saint-Hilaire-Saint-Florent. Premier lauréat de la Résidence Ackerman + Fontevraud la scène, il a créé pour ce lieu Fleuve Céleste, installation qui sera visible trois ans.

 Julien Salaud chasse sur les terres de Jean-Baptiste Oudry au musée de la Chasse et de la Nature

Julien Salaud, au 59ème salon de Montrouge 2014 devant Printemps (Cerfaure), cerf empaillé, moulage humain à la bande plâtrée, branches de noisetier, perles de rocaille, fils de coton, colle, feuilles de cuivre, socle en résine et peaux de chevreuils, trompe de chasse. Remerciements à Suzanne Tarasiève, Paris © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2 mai 2014

Tag(s) : #Expositions Paris