Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer & Antoine Prodhomme

Il a tout juste 25 ans lorsque Willem Bastiaan Tholen se peint, en 1885. De face, le regard droit, décidé, le visage très mur. Qui était Willem Bastiaan Tholen, au nom presque inconnu en France ? Assez casanier, sa terre de prédilection sera son pays, les Pays-Bas. On ne lui connaît qu'un déplacement en Italie en 1883 et en France en 1887 à Barbizon (1).

Tholen, Autoportrait, 1885. Huile sur zinc. 24,5 x 17,8 cm.. Collection particulière, Dordrecht © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, 2019.

La Fondation Custodia nous permet de découvrir ce peintre dont l'œuvre n'a jamais été exposée en France. Une première que cette rétrospective, souhaitée par Ger Luijten, le dynamique directeur de cette Fondation, en collaboration avec le Dordrechts Museum. Pour cette rétrospective, placée sous l'appel "impressionniste néerlandais", 104 numéros, peintures, dessins, estampes venus de musées et de collections néerlandaises hormis quatre toiles, un carnet d'esquisses et un dessin appartenant à la Fondation.

W.B.Tholen. Peindre l'essence, la permanence de la peinture. Uniquement. Le paysage, rien que le paysage, les marines, rien que les marines, les vues urbaines et les intérieurs. Sans jamais prendre d'autres chemins, ceux du symbolisme, du néo-impressionnisme, du cubisme, du fauvisme, de l'abstraction. Né en 1860 à Amsterdam, mort en 1931 à La Haye, il aurait pu s'y aventurer, les pratiquer. Il ne le fit. Il n'emprunta pas le parcours de Piet Mondrian, son cadet de 12 ans.

In situ, exposition Willem Bastiaan Tholen, Fondation Custodia © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, 2019.

Professeur de dessin, il commence à peindre dès 1880 des paysages, en compagnie de son ancien professeur de dessin Johannes Daniël Belmer, le village de Giethoorn. Dès 1885, il est souvent invité à Ewijkshoeve, la propriété de la famille du peintre Willem Witsen; il y disposera d'un atelier. S’installant à La Haye en 1887, il s'intéresse aux vues urbaines, aux intérieurs, aux marines. La construction d'un voilier, Eudia, lui permettra de naviguer dans les environs de La Haye, consacrant plus de temps à peindre des marines et des villages de pêcheurs.

Tholen, Fenêtre de l'atelier à Ewijkshoeve, 1898. Huile sur panneau. 36 x 26,7 cm.. Fondation Custodia, Collection Fritz Lugt, Paris © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, 2019.

Tholen, Vue d'Oude Wetering, 1904. Huile sur panneau. 31,8 x 46,2 cm.. Fondation Custodia, Collection Fritz Lugt, Paris © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, 2019.

Revenons à son portrait de 1885, peint sur une petite plaque de cuivre. Dix années plus tard, lorsqu'il se représente de nouveau, il est établi, il expose aux États-Unis. Peintre de paysage, il a tenu à être dans la clairière d'une forêt. Pour un artiste n'ayant jamais utilisé le medium de la photographie pour construire ses toiles, il possède le regard photographique. Il ose des cadrages inhabituels ou des sujets les plus simples. La fenêtre [ouverte] de son atelier à Ewijkshoeve avec la longue diagonale du mur. La très longue Ruelle bordée de hauts murs. La Vue d'Oude Wetering peinte au raz de l'eau.

Au premier plan, Tholen, Paysage fluvial, 1882. Huile sur toile. 97 x 149,50 cm.. Museum Gouda, Gouda © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, 2019.

L'on est bien loin du classicisme de la composition de Femme en train de faire la vaisselle à Giethoorn nous accueillant dans la première salle ou du grand Paysage fluvial peint pour être présenté à l'exposition internationale de Munich de 1883.

Tholen, Potager à Ewijkshoeve, 1895. Huile sur toile marouflée sur panneau. 32 x 40,2 cm.. Collection particulière, Dordrecht © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, 2019.

Tholen, Maisons en construction, 1895. Huile sur toile. 42 x 66 cm.. Kröller-Müller Museum, Otterlo © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, 2019.

Sa touche se libère. Dans son Abattoir, un sujet de la modernité, il rejoint les maîtres hollandais du Siècle d'Or. Potager à Ewijkshoeve avec ses deux arrosoirs placés en plein milieu de la composition, au soleil, avec leurs ombres projetées est cousin des potagers de Gustave Caillebotte. Maisons en construction, autre motif de la modernité par l'intrusion de la ville en expansion, étonne par la force de son sujet représenté.

Tholen, Paysage avec le parasol du peintre. Huile sur toile marouflée sur panneau. 31 x 52,5 cm.. Dordrechets Museum, Dordrecht © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, 2019.

Tholen, Dunes sous la neige. Huile sur toile. 34 x 59 cm.. Collection particulière, Dordrecht © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, 2019.

Paysage avec le parasol du peintre, bien visible dans le coin supérieur droit, affirme sa revendication de pleinairiste dans une composition toute en longueur. Cette abstraction, cette épure du paysage, il la maîtrise dans ses Dunes sous la neige dans une lumière crépusculaire; l'on y entend le silence. L'essence même de la peinture, ce presque rien qui nous transporte dans un ailleurs. N'est-ce pas la finalité de la peinture ? Tholen, la permanence de la peinture.

Gilles Kraemer

& Antoine Prodhomme, photographies

Willem Bastiaan Tholen (1860-1931). Un impressionniste néerlandais. Fondation Custodia - Paris. 21 septembre - 15 décembre 2019. Commissariat Richard van Den Dool, Marieke Jooren & Ger Luijten

Catalogue en néerlandais Willem Bastiaan Tholen. Een gelukkige natuur. 300 illustrations. Avec une biographie et une introduction en français.

Cette rétrospective, organisée conjointement avec le Dordrechts Museum, sera visible à Dordrecht du 9 février au 31 mai 2020.

Livret d'accompagnement de l'exposition offert à chaque visiteur. 60 pages. Chaque œuvre est décrite. Une tradition de Custodia.

(1) à l'été 2019, la Fondation Custodia a acquis une huile sur panneau, Jardin à Barbizon, peinte lors de son voyage en France.

Palézieux (1919-2012). Œuvres sur papier, 21 septembre -15 décembre 2019, avec une centaine d'œuvres de cet artiste suisse qui travaillait " à la lumière de ses maîtres [...]. Derrière la chaise qu'il utilisait pour travailler était accrochée une reproduction en noir et blanc de l'autoportrait que Corot avait réalisé à Rome... " précise Ger Luijten. Son œuvre gravé s'élève à 1 200 numéros. Cette exposition sera présentée au Musée Jenisch à Vevey, Suisse. 7 février-10 mai 2020.

Catalogue en quatre ouvrages, sous emboîtage. Estampes. Dessins. Lavis et aquarelles. Essais et témoignages.  

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article