Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gilles Kraemer

générale samedi 04 novembre 2023

première lundi 06 novembre 2023

John Graham Hall (Porter), Maria Carla Pino Cury, Mélanie Boisvert, Melissa Zgouridi (Weird Sisters), chœur accentus © Stefan Brion

Macbeth Underworld ? Oui, pour le plateau, la fosse, la mise en scène. Pour la musique de Pascal Dusapin, la remarque attribuée à un empereur me revient : trop de notes. En regardant les spectateurs, quelques-uns scrutaient la course des aiguilles de leur montre. Une heure cinquante, n’est-ce pas trop pour ce drame du remord, du couple maudit condamné à trainer éternellement le boulet "Sisyphe" de leurs forfaits, à revivre le déroulé de leurs méfaits sanglants.

Ce n’est pas une histoire de plus que j’ai voulu imaginer, souligne Pascal Dusapin, présentant son opéra en huit chapitres et un prologue pour huit voix. Opéra ou plutôt un oratorio ou requiem en huit stations d’une via dolorosa de douleurs, folie et morts. C’est par le biais d’images musicales que je souhaite toucher la psyché humaine. Par cette folie du pouvoir, une histoire pérenne qui ne cesse de se reproduire. Des images pour lesquelles l’orgue était le bienvenu, encore plus l’archiluth et quelques hululements de nocturnes.

Hiroshi Matsui (Ghost), Jarrett Ott (Macbeth) © Stefan Brion

Librettiste Frédéric Boyer, traducteur de Richard II et des Sonnets de Shakespeare. Second admirateur de l’écrivain anglais, Thomas Jolly, costume motif tartan à la première, metteur en scène d’Henri IV et de Richard III. Une collaboration avec Pascal Dusapin pour ce trio formé dès la genèse de cette œuvre musicale. Co-commande de la Monnaie et de l’Opéra-Comique (à l’époque Olivier Mantei), créée en septembre 2019 à Bruxelles. Covid en ayant décidé autrement, la création française prévue en mars 2020 n’a lieu que maintenant.

© Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 06 novembre 2023.

 

Katarina Bradić, Pascal Dusapin, Jarrett Ott © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 06 novembre 2023.

Réussite chaleureusement applaudie de la mise en scène de Thomas Jolly - son 3ème opéra, après Eliogabalo de Cavalli en 2016, Fantasio d'Offenbach en 2017 et avant Roméo et Juliette de Gounod en 2023,  - perceptible dans la salle avant le lever du rideau. Justesse, profondeur, précision, réflexion, ne se perdant pas dans les élucubrations modeuses. Loin de l’égo du metteur en scène du ridicule Lohengrin copieusement hué à sa première à Bastille. Thomas Jolly suit le texte, rien que le texte, en faisant ressortir la poésie, la noirceur, l’humour (Ma parole, c’est un / tailleur anglais ! / Entre ici pour avoir volé / une culotte française), aucune incohérence ni contre-sens. Il est surtout un metteur en scène respectant le spectateur – ce que nombre de ses collègues aux cachets toujours "secret défense" oublient, concevant le spectacle uniquement pour l’orchestre et la corbeille, le reste de la salle "cochon de payeur" n’a aucune importante, surtout lorsque la salle est à l’italienne. Thomas possède une estime du spectateur, qu’il soit au Paradis ou à la corbeille – ce que j’ai constaté en occupant ces places -, son spectacle ne se déroule pas tout au fond de la scène ou à l’extrême de la cour ou du jardin.  

Des lumières justes, caressantes ou dramatiques d’Antoine Travert se lovant dans les décors de Bruno de Lavenère - un vrai décor et non les trois bouts de ficelle à un rideau suspendu -, d’une beauté absolue. Pas d’esbrouffe dans le royaume écossais. D’une diabolique complexité – normal et bravo à l’équipe technique largement applaudie - pour ce plateau tournant entre forêt ou racines, portail de palais italien dans le côté Raray de la chose. Deux escaliers en colimaçon, séparés, le couple ne peut jamais s’y croiser ou le gravir ensemble, dans un sentiment d’incommunicabilité. Grand lit matrimonial qui engloutira Lady Macbeth / Katarina Bradić, aussi émouvante à la générale qu’à la création française – bien qu’annoncée souffrante ce 6 -.

Jarrett Ott (Macbeth), Katarina Bradić (Lady Macbeth), Maria Carla Pino Cury, Mélanie Boisvert, Melissa Zgouridi (Weird Sisters) © Stefan Brion.

 

Jarrett Ott © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 04 novembre 2023.

Le duo sanguinaire Lady Macbeth – Macbeth / Jarrett Ott, est extraordinaire, empli de vie, de passion amoureuse malgré leurs méfaits, de tendresse lorsqu’ils se retrouvent dans la chambre. Des images gravées de sang et d’outre-noir dans cette juste interprétation. De Katarina Bradić, sa voix paraît sortir du cœur, aussi bien épouse dominante que souffrante, sa mort est d’une beauté émouvante dans son interprétation. Jarrett Ott - remarqué dans Breaking the waves ce printemps à l’Opéra-Comique et Iphigénie en Tauride à Garnier à l’automne 2021 - extraordinaire, voix ténébreuse, envoutante. Une pratique maîtrisée de ce baryton. Face à eux, les poursuivant sans cesse, le Spectre d’Hiroshi Matsui, ample, nous faisant trembler et John Graham Hall dans le double rôle du Portier et d’Hecate apportant de la fantaisie. Les Sœurs bizarres, sorcières, Maria Carla Pino Cury, Mélanie Boisvert et Melissa Zgouridi jonglent entre humour et monstruosité. De la Maîtrise populaire de l’Opéra-Comique, Rachel Masclet, l’enfant – est-il l’enfant de Banco ou celui que Lady Macbeth n’a jamais eu -  

L’orchestre de l’Opéra de Lyon sous la baguette de Franck Ollu est d’une belle sonorité et précision.

Thomas Jolly © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 04 novembre 2023

 

Pascal Dusapin, Macbeth Underworld

Opéra-Comique

6 au 12 novembre 2023, quatre représentations

Pascal Dusapin, Macbeth Underworld. Opéra en huit chapitres. Livret de Frédéric Boyer d’après Macbeth de Shakespeare. Co-commande du Théâtre royal de la Monnaie et de l’Opéra Comique. Création au Théâtre royal de la Monnaie le 20 septembre 2019.

Spectacle en anglais

Direction musicale Franck Ollu

Orchestre de l’Opéra national de Lyon - Chœur accentus

Mise en scène Thomas Jolly

Décors Bruno de Lavenère - Costumes Sylvette Dequest - Lumières Antoine Travert

Chef de chœur Richard Wilberforce - Chef de chant Yoan Héreau

Lady Macbeth Katarina Bradić

Macbeth Jarrett Ott

Sœur bizarre Maria Carla Pino Cury

Sœur bizarre Mélanie Boisvert

Sœur bizarre Melissa Zgouridi

Le Spectre Hiroshi Matsui

Le Portier / Hécate John Graham Hall

L’Enfant Rachel Masclet 

Les Vagues triomphantes de Breaking the waves à l’Opéra Comique - (lecurieuxdesarts.fr)

​Les lavabos d’Iphigénie en Tauride ont toujours grand succès au Palais Garnier - (lecurieuxdesarts.fr)

Ambroise Thomas - Jarrett Ott - Stéphane Degout - Opéra-Comique  © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 06 novembre 2023.

Sous le regard du buste d'Ambroise Thomas, rencontre entre Macbeth / Jarrett Ott et Hamlet / Stéphane Degout. Certainement une conversation autour de William Shakespeare !  

 

Tag(s) : #Opéra et Musique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :