Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gilles Kraemer (déplacement et séjour personnel à Roanne)

 

Réinventer. Réinventer un jeu de cartes, le jeu de son enfance. Et transformer les cartes en portraits.

Marlène Mocquet, Ma mère reine des fleurs, 2022. Grès émaillé lustre or et platine © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2022, Roanne 

Dans le jeu des 7 familles, je demande… Marlène. Je demande… Thibault. Je demande… la mère, … la fille, … le grand-père… Quatorze personnes en tout. Comme un avant-goût, bien nommé, de ce qui va nous attendre dans les salons du premier étage, de cet hôtel particulier du XVIIIe siècle, aujourd’hui musée des Beaux-Arts et d’Archéologie Joseph Déchelette de Roanne, Marlène Mocquet (1979) a dressé sa table, dans le salon au rez-de-chaussée donnant sur le parc.

Marlène Moquet, Le nid d'or, 2020. Grès émaillé, lustre or © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2022, Roanne

Service des grands jours, verres, couverts, assiettes et pièce de forme. Sur une immense table, son service de grès où s’ébattent des personnages et des animaux, où se trouvent des fruits. Vous y verrez Adam et Eve, une Pomme carnivore, des Pommes fatales ou des Paradis perdus, un Cimetière d’éléphants ou une Corne d’abondance. Un étrange personnage, aux pieds ressemblant à des mains, le bien nommé Haut comme trois pommes, assis dans un fauteuil, préside ce festin, entre fantastique et frayeur, poésie et gourmandise. Ne joue-t-on pas à se faire peur ? Alors, autant le pratiquer le ventre plein !

Marlène Mocquet, Haut comme trois pommes, 2020. Grès émaillé, lustre or © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2022, Roanne

Le ludique est lancé, la chasse aux trésors est ouverte. Á nous de découvrir quels sont les objets au sein des collections, riches de 40 000 pièces, de ce musée Joseph Déchelette – du nom d’un de ses anciens conservateurs - qui nourrirent les sculptures-portraits en céramique des membres de la famille Mocquet, spécialement imaginées et créées pour cette carte blanche offerte par l’institution roannaise. Quatorze sculptures nées dans son atelier d’Île-de-France dans lesquelles elle a interprété, hybridé une cinquantaine de pièces du musée.

Marlène Mocquet, Mon père en Bacchus, 2022. Grès émaillé, lustre or et platine © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2022, Roanne

Comme le souligne le commissaire Bruno Ythier, il s’agissait, à partir de cette collection encyclopédique roannaise, embrassant de nombreux champs du savoir, dont seulement 2% des items sont exposés, de développer un « musée gourmand », gourmand en émotions, en contenus, en ouvertures, en activités artistiques et culturelles. Les pièces de Marlène en résonnance avec les objets du musée, nullement prédatrices mais venant les révéler.

Marlène Mocquet, Manu le trempeur samouraï, 2022. Grès émaillé, lustre or et platine.© Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2022, Roanne

Chacune de ses céramiques intègre le visage de la personne choisie et des objets qu'elle a sélectionnés pour les reproduire, en concordance avec les goûts de la personne sculptée. Les objets sont également présentés à côté de la céramique exposée. Poursuivant cette intrusion muséale, une photographie de la sculpture sert de point de départ d’une peinture dont elle a extrait un détail devenant le motif principal de la réalisation d’un double-rideau. Comme la démultiplication de son œuvre participant à la scénographie de la salle où la ou les sculptures sont présentes, entre bibliothèque, boudoir, salon, petit salon et salle à manger. Un jeu ludique dans des correspondances entre créations et existants.

Marlène Mocquet, Le baptême de Thibault, 2021. Grès émaillé, lustre or © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2022, Roanne

De son père en Bacchus, elle a souhaité montrer la joie de vivre. Et, de sa mère l’entourer de fleurs. De son compagnon Thibault, elle a retenu le goût des objets africains, d’où ce masque de l’ethnie Dan tenu entre ses mains. Son très jeune fils Melchior ne peut être que dans l’état de l’enfance, de la découverte de l’univers des jouets. Son frère se voit en joueur de mandoline.  Nadia, sa belle-mère aime les livres, normal qu’elle soit entourée d’ouvrages. Son autre belle-mère Marinelle se passionne pour l’Egypte et sa civilisation, ce que suggèrent des vases canopes, une amulette, la déesse Bastet auxquels elle a adjoint des scarabées. Pour son beau-père, pratiquant la chasse à courre, inversion des rôles puisqu’il est harnaché par les oreilles et relié à un petit cheval de bronze. De Timothée, le frère de Thibault, ostéopathe, le voilà dévorant une vertèbre d’orque. Le côté bricoleur de son autre beau-frère Tristan est caractérisé par une balance romaine de type statera. Sa belle-sœur Charlotte qu’elle a casquée en Athéna et tenant une lance terminée par une pomme – celle de la discorde, provocatrice de la guerre de Troie - fait face à sa fille Eugénie conduisant des chevaux. Brigitte se voit transformée en magicienne et Manu "le trempeur" de la manufacture de Sèvres en samouraï.

Marlène Mocquet, Moi en champignon atomique aux objets précieux, 2022. Grès émaillé, lustre or, platine et cristaux © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2022, Roanne

Synthétisant sa démarche, Marlène a choisi de se représenter entourée de tous les objets caractérisant chacun des membres de son entourage.

Mme Veuve Élie R, Portrait de Mme Claude Jars-Rostain, active à Paris vers 1830. Peinture à l’huile sur toile. Legs Chassain de la Plasse © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2022, Roanne

Au regardeur d’être curieux, dans la découverte de ce nouveau Kunstkammer. Et de découvrir le portrait de Mme Claude Jars-Rostain, vers 1830. Étonnant, plus qu’étonnant, c’est le double de Marlène il y a à deux siècles !

Marlène Mocquet, Tim et sa vertèbre d’orque, 2022. Grès émaillé, lustre or et platine.© Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2022, Roanne

Ascendance - Carte blanche à Marlène Mocquet

8 octobre 2022 – 27 février 2023 - prolongation jusqu'au 27 mars 2023

Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie Joseph Déchelette - 42300 Roanne

https://www.aggloroanne.fr/site-officiel-roannais-agglomeration-et-ville-de-roanne-3.html

Á 15 minutes à pied de la gare. Aller-retour dans la journée possible depuis Paris.

Remerciements à Bruno Ythier , conservateur en chef, directeur du musée Joseph Déchelette, Roanne, jusqu’en décembre 2022. Depuis janvier 2023, il est conseiller pour les musées auprès de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne-Rhône-Alpes.

http://marlenemocquet.fr/contact

 

Tag(s) : #Entretien à 210 km-h, #Expositions France
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :