Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gilles Kraemer (envoyé à Sète)

 

Gérard Titus-Carmel, La Grande Feuillée, 2003. Acrylique sur vélin d'Arches collé sur carton, 321,5 x 402,5cm.. Collection particulière © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, décembre 2022.

Grand Prix artistique de la Fondation Simone et Cino Del Duca 2017 attribué sur proposition de la section de peinture de l’Académie des beaux-arts, qui est Gérard Titus-Carmel ? Peintre, graveur, poète et essayiste français, le musée sétois Paul Valéry lui consacre une exposition réunissant près de 160 peintures, dessins, livres illustrés et manuscrits, de 2008 à aujourd’hui.

Pour cet artiste (né en 1942, vivant et travaillant à Oulchy-le-Château, Aisne), l’exposition est faite d’allées et de contre-allées. Je tenais au titre Forestières & autres arpents. Pour évoquer les formes de la nature et les différentes façons de faire un pas de côté, d’aller ailleurs.

Au premier plan, série des Feuillées, dessin n°7 et 8, 2000. Fusain sur vélin d'Arches avec bandeaux d'acrylique // Sur le mur de droite Forêts, peinture n°7, 1995. Acrylique sur papiers préparés, marouflés sur toile 245 x 320 cm.. Collection particulière © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, décembre 2022.

L'exposition de Sète est celle du sensible, de la nature ; le commissaire, Stéphane Tarroux, y voit le domaine de Gérard et je l’imagine le parcourant, l’arpentant quotidiennement. Un espace nous poussant à l’interrogation sur le rapport que nous avons face à la nature, face à son travail. La série des dessins Feuillets (2000) ouvre l’exposition, d’immenses fusains où se perçoit la force d’une main tellement matissienne dans sa saisie et sa mise en place ; le noir suffit.

Gérard Titus-Carmel, série de Viornes & Lichens, 2014 © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, décembre 2022.

Pour lui, le dessin est dans l’impulsion, dans l’urgence, la rapidité, le surgissement de l’idée sur le papier. La suite se construit peu à peu, sur une idée, sur l’interrogation du marouflage des différentes feuilles sur le support de la toile, dans un jeu de la matité et de la transparence dans ses Forêts. Le bleu est très présent dans cette série de  peintures (1995) avant la salle du "chahut" coloré de verts, comme il le qualifie, celui de son travail des Viornes & Lichens (2014), des gestuelles de peintures. La Grande Feuillée (2003) comme La Grande Jungle (2004) sont toutes de respiration et de silence suspendu. Face aux Ramures (2015) organisant l’espace, ses Herses (2018) le closent.

Gérard Titus-Carmel, Plan de coupe, Peinture I et Peinture II, 2021. Acrylique sur toile, 175 x 175 cm. © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, décembre 2022.

Toute sa série de Plan de coupe (2021-2022) autour des troncs de cyprès, d’oliviers, de marronniers, est une fantastique démonstration de son aisance à saisir le côté vivant des arbres. Est présentée pour la première fois, sa série Notes de voyage (1995-2022), un voyage dans la mémoire, ses souvenirs, ses notations rapides, sources dans lesquelles il pioche.

Gérard ne se considère nullement comme un paysagiste, sa pratique est celle de son environnement. Mon travail est également celui des mots, une activité d’auteur - une cinquantaine de livres -, différente de celle du peintre ou du dessinateur dans lequel je pense le geste, l’espace. Son temps est celui de la lecture, trois heures par jour, de l’écriture – sur Pincemin, Philippe de Champaigne, Bram van Velde, Manet, Much… -, de la peinture, du dessin. Les livres que j’écris et que j’illustre sont ceux du Je qui n’est pas un autre, tels Coupes réglées ou Horizon d’attente ou Paysage au revers, tous ici montrés.

Gérard Titus-Carmel © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, décembre 2022.

Amoureux du mot, des sonorités, du placement de la phrase dans l’espace de la feuille, sensible à l’impression – des tirages sont des mains de Piero Crommelynck ou de René Tazé – il s’arrête devant Poème au calme d’Antoine Émaz publié en 2016 auprès de Tarabuste. Voyez-vous, tous ces ouvrages sont ceux de dialogues avec le taille-doucier, avec le lithographe, avec l'imprimeur, avec l’écrivain. Avec Émaz, complémentarité et connivence n’ont eu besoin que d’une semaine pour que mes images se glissent parmi les mots de ce poète.   

Gérard Titus-Carmel, un oxygène artistique dans son regard sur le monde.

 

Gérard Titus-Carmel - Forestières & autres arpents 

10 décembre 2022 - 12 février 2023

Musée Paul Valéry - 148, rue François Desnoyer - 34200 Sète  - Tél. : (33) 04 99 04 76 16

https://museepaulvalery-sete.fr/

Catalogue co-édité avec les Éditions Loubatières. Textes de Stéphane Tarroux, directeur du musée Paul Valéry, Gérard Titus-Carmel et des poètes Jean-Marie Gleize et James Sacré. 144 pages. 125 images. Prix 29 €. (en service de presse)

Sympathique restaurant du musée Midi Là-haut dont les heures se calquent sur celles du musée, à la belle architecture extérieure de Guy Guillaume, surplombant le Cimetière marin.

 

 

Tag(s) : #Entretien à 210 km-h, #Expositions France, #Prix et récompenses
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :