Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gilles Kraemer (envoyé spécial)

Le 15 décembre 2022, la ville de Dijon a renouvelé le partenariat entre les musées de la ville et le musée du Louvre, pour les quatre années à venir. Convention cadre signée par Laurence des Cars, présidente-directrice du musée du Louvre et François Rebsamen, maire de Dijon, dans la salle dite des tombeaux. (1)

Laurence des Cars & François Rebsamen © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, musée des Beaux-Arts, Dijon, 15 décembre 2022.

La ville de Dijon et sa municipalité portent depuis plusieurs années un projet structurant destiné à amplifier le rayonnement de la métropole, auquel est très attaché son édile, maire de la cité depuis 2001, s’étant notamment concrétisé par la rénovation de son musée des Beaux-Arts en 2019. Accompagnée par le musée du Louvre, la réouverture des espaces rénovés de cette institution dijonnaise a permis d’impulser une dynamique pluriannuelle bénéficiant à l'ensemble des cinq musées de la ville – musée des Beaux-Arts, Rude, archéologique, de la vie bourguignonne, d’art sacré, gérés par la direction des musées – aujourd’hui Frédérique Goerig-Hergott en poste depuis le 31 janvier 2022, précédemment conservatrice en chef au musée Unterlinden de Colmar - et d'affirmer une démarche pluridisciplinaire et universaliste dans l'esprit du musée du Louvre.

Dijon et le musée du Louvre avaient formalisé cette collaboration sous la forme d’une convention-cadre de partenariat signée le 16 mai 2019, pour une durée de deux ans. Les musées ont notamment collaboré dans le cadre d’un programme de recherche sur la sculpture en France au XVème siècle dirigé par le département des Sculptures du musée du Louvre, et organisé, au sein des espaces du département des Arts graphiques de l’institution parisienne, une exposition dédiée au collectionneur Horace His de La Salle qui a largement contribué à valoriser les collections du musée des Beaux-Arts de Dijon. (2) Dijon s'est inscrite dans l'opération nationale portée par le musée du Louvre, en partenariat avec la Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais : Arts de l'Islam. Un passé pour un présent, qui a déployé, au même moment et sur une thématique commune, une série d'expositions dans 18 villes. Le musée des Beaux-Arts de Dijon a ainsi accueilli une exposition du 20 novembre 2021 au 27 mars 2022, avec des prêts exceptionnels du musée du Louvre. 28 000 visiteurs s’est plu à souligner François Rebsamen.

Laurence des Cars © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, musée des Beaux-Arts, Dijon, 15 décembre 2022.

La ville de Dijon, via la direction de ses musées, a souhaité renouveler cette collaboration avec le Louvre pour les quatre années à venir. Pour Laurence des Cars, présidente-directrice du musée du Louvre, ce partenariat renforce ce qui était en développement. La mission du musée parisien est une mission de service public et de partages de ses collections. Saluant au passage, le dynamisme des musées dijonnais qui portent avec ambition une politique culturelleFaut-il rappeler, point auquel est très attaché François Rebsamen, la volonté municipale d’offrir la culture à tous, concrétisée actuellement par la gratuité de ses musées.

Trois projets précis en constituent les grands axes.

Participation du département des Objets d'art du Louvre à l'exposition À portée d'Asie. Collectionneurs, collecteurs et marchands d'art asiatique en France (1750 – 1939) - 19 octobre 2023 - 22 janvier 2024 - avec des prêts du musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, du musée national des arts asiatiques Guimet, du musée des Arts Décoratifs, de la bibliothèque patrimoniale de l’INHA, de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, du musée du Quai Branly - Jacques Chirac, du musée national de céramique / Sèvres - Cité de la céramique, d’Alençon, entre autres. Environ 290 numéros dont 80 pièces provenant de Dijon, souligne Catherine Tran-Bourdonneau, conservatrice des collections extra-européennes et co-commissaire de cette exposition, partant des collections de Marie-Antoinette, des "marchands-merciers" du XVIIIème siècle jusqu’à 1939, dans cette fascination de l’Europe pour l’Asie, principalement la Chine, le Japon, le Cambodge. (3)

Cette exposition mériterait largement de bénéficier du label Exposition d’intérêt national 2023.

Prêts d’œuvres remarquables du musée du Louvre, à l'occasion d'une exposition consacrée aux peintures germaniques du XVème siècle, programmée au musée des Beaux-Arts de Dijon de mai à septembre 2024, organisée en partenariat avec l'INHA dans le prolongement de son programme de recherche, et en collaboration avec le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon et le musée Unterlinden de Colmar.

Préparation d'une exposition sur la sculpture bourguignonne au XVème siècle programmée au musée des Beaux-Arts en 2026, co-commissariat assuré par la directrice du département des Sculptures du musée du Louvre et la conservatrice chargée des collections médiévales à la direction des musées de Dijon, en lien avec le programme de recherche GRANDDUCHÉ de l’Université de Bourgogne; organisation d'expositions-dossiers ou dossiers d'actualité partagés autour des collections sur des thématiques communes aux musées. Sophie Jugie, directrice du département des Sculptures au musée du Louvre, présente lors de la signature de cette convention fut, de mars 2004 à mai 2014, directrice du musée des Beaux-Arts de Dijon.

Des dépôts croisés et prêts de longue durée, l’organisation de conférences et/ou de colloques et une collaboration et échanges scientifiques entre le musée du Louvre et les musées de la direction des musées de Dijon afin de valoriser leurs collections respectives, pour l'étude des publics et l'évaluation des opérations menées en collaboration, sont également prévus.

François Rebsamen & Yan Pei-Ming © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Dijon, 15 décembre 2022.

En présence de Franck Gautherot, directeur du Consortium Museum de Dijon, Laurence des Cars a évoqué, pour l’automne 2023 une collaboration avec cette institution, un dialogue autour de l’estampe et la Chalcographie du Louvre. Comme elle le souligne, elle souhaite poursuivre la dynamique de la Chalcographie après les éditions de Jean-Michel Othoniel, Annette Messager, Cyprien Gaillard, Éva Jospin, Giuseppe Penone ou Barthélémy Toguo en allant vers d’autres publics. Ceci dans la tradition et l’ouverture du musée.

Exposition Marc Desgrandchamps, peintures, du 11 mai au 28 octobre 2023, au musée des Beaux-Arts de Dijon.

 

© Le Curieux des arts Gilles Kraemer, salle des Tombeaux, Jean de Marville, Claus Sluter et Claus de Werve, Le tombeau de Philippe le Hardi, 1381-1410, musée des Beaux-Arts, Dijon, 15 décembre 2022. Dès 1381, Philippe le Hardi commanda sa sépulture à son « imagier », Jean de Marville. Celui-ci en fournit le projet et mit en chantier les arcades qui devaient accueillir les pleurants. Claus Sluter lui succéda en 1389. Il continua la réalisation des arcades et se procura la dalle de marbre noir et le marbre blanc pour le gisant reposant sur la partie supérieure. A sa mort en 1406, une grande partie des pleurants, le gisant, les anges et le lion étaient encore à sculpter. C’est à Claus de Werve que le duc Jean sans Peur ordonna de terminer le tombeau de son père, ce qui fut fait en quatre ans. Neveu et élève de Claus Sluter, Claus de Werve, sculpta, sous des arcades finement sculptées, la quasi-totalité de ces pleurants d’albâtre, entre 1404 et 1410

(1)  Salle des Tombeaux - Jean de Marville, Claus Sluter et Claus de Werve, Tombeau de Philippe le Hardi, 1381-1410 / Jean de la Huerta et Antoine le Moiturier, Tombeau de Jean sans Peur et Marguerite de Bavière, 1443-1470.

(2) Officier & gentleman au XIXe siècle. La collection Horace His de La Salle. Seule une petite présentation au musée des Beaux-Arts de Dijon en 1974 avait évoqué l’action déterminante d’un des plus généreux donateurs des musées français, toutes époques confondues, Aimé Charles Horace His de La Salle (1795-1878), connu comme amateur de dessins, mais aussi de sculptures et d’objets d’art. 7 novembre 2019 - 10 février 2020 – Commissariat de Laurence Lhinares, attachée de conservation à la Fondation Custodia et chargée de conservation et chargée de recherche au département des Arts graphiques du musée du Louvre & Louis-Antoine Prat, écrivain, historien d’art et président de la société des Amis du Louvre. Officier et gentleman. La collection Horace His de La Salle. Un trop discret "honnête homme" enfin mis à l’honneur. Disegni della collezione His de La Salle - (lecurieuxdesarts.fr)

(3) En partenariat avec l'Institut National d'Histoire de l'Art (INHA) et dans le cadre du programme de recherche Collectionneurs, collecteurs et marchands d'art asiatique en France 1700-1939, le musée des Beaux-Arts de Dijon présentera à l'automne 2023 une exposition retraçant la présence d'objets asiatiques en France de la seconde moitié du XVIIIème siècle aux premières décennies du XXème siècle. Commissariat d'exposition de Pauline d’Abrigeon, conservatrice en charge des collections chinoises à la Fondation Baur, Musée des arts d’Extrême-Orient à Genève, Pauline Guyot, chargée d’études et de recherche à l’INHA, en charge du programme Collectionneurs, collecteurs et marchands d’art asiatique en France 1700-1939 et Catherine Tran-Bourdonneau, conservatrice du patrimoine, responsable des collections extra-européennes du musée des Beaux-Arts de Dijon. Le parcours de l'exposition s'articulera autour des thématiques suivantes : I. Les promoteurs du goût : des marchands merciers aux ventes spécialisées de Drouot / II. L'Asie rêvée des collections privées au XIXe siècle / III. Le voyage et la collecte en Asie : de la curiosité savante à l'enquête scientifique. Remerciements à Catherine Tran-Bourdonneau pour la communication de toutes ces informations et du synopsis scientifique.

Ce partenariat dijonnais s’inscrit dans une politique territoriale du Louvre souhaitée par Laurence des Cars. À l’occasion des travaux du musée national Eugène-Delacroix, rattaché depuis 2004 à l’Établissement public du musée du Louvre, une partie de ses collections rejoindra, dans le cadre d’un partenariat exceptionnel, le musée départemental Gustave Courbet à Ornans : Delacroix s’invite chez Courbet. La convention officielle de ce partenariat a été signé le 14 novembre 2022 par Christine Bouquin, présidente du Département du Doubs et Laurence des Cars, en présence de Benjamin Foudral, directeur-conservateur du musée Courbet & de Claire Bessède, directrice du musée national Eugène-Delacroix à Paris.

 

Tag(s) : #Entretien à 210 km-h, #Expositions France, #Expositions Paris, #Musées
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :