Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Marie Christine Sentenac

Paris Bordon est mis à l’honneur dans sa ville natale, Trévise, qui lui consacre une remarquable exposition au musée Santa Catarina.

Paris Bordon, Marte, Venere e Cupido incoronati da Imeneo, 1540-1550 circa. Vienna, Kunsthistorisches Museum, Gemäldegalerie © Credit Luca Zanon, 16 septembre 2022.

Sept dessins et trente-quatre peintures, chefs-d’œuvre. 10% seulement du corpus de celui que l’on considère comme le meilleur élève de Titien et que l’historien de l’art Marco Boschini (ca 1602-1681) n’hésitait pas à élire Pittore divino, qualificatif partagé seulement avec Raphaël et Titien.

Paris Bordon, Annunciazione, ca 1545-1550. Huile sur toile. 102 × 196 cm.. Caen, Musée des Beaux-Arts ©  Credit Luca Zanon.

Première monographie qui bénéficie de nombreux prêts du Louvre, du musée des Beaux-Arts de Caen Annonciation (ca 1545-1550) à l’incroyable scénographie architectonique, de La National Gallery de Londres, de la Alte Pinacothek de Munich, du musée des Offices de Florence…..

© Marie-Christine Sentenac, novembre 2022.

C’est à Vasari, qui l’a rencontré à Venise en 1566, et qui en parle dans la seconde édition de Le Vite de ´più eccellenti pittori, scultori e archittetori (1568), que l’on doit la majeure partie des maigres informations concernant le peintre qui perd son père, sellier, avant 1507. Il part à Venise en 1508 avec sa mère. On suppose qu’elle était la fille naturelle d’un grand dignitaire, ce qui expliquerait la formation hors norme du jeune Paris, grammairien lettré et excellent musicien. Vasari le portraiture en homme simple et bon, loin des intrigues, qui peint par plaisir : «Il suit une inclinaison naturelle pour la vérité».

© Marie-Christine Sentenac, novembre 2022.

Paris Bordon (Trévise 1500 - 1571 Venise) aurait commencé à travailler vers 1513 avec l’ambitieux Titien artiste officiel de La Sérénissime après la mort de Giovanni Bellini. On pense qu’il a participé à l’élaboration de l’Assunzione di Maria du Titien (1516-1518) de Santa Maria Gloriosa dei Frari.

A 18 ans il se déclare pictor habitator in venetiis. Il a appris de Titien une grammaire de la forme et de la composition qu’il reformule dans un style très personnel. Il associe ses valeurs chromatiques et tonales propres à celles typiques de l’école vénitienne. On reconnaît sa patte aux couleurs froides, (son rouge bien spécifique), aux carnations nacrées de ses beaux modèles voluptueux aux longues chevelures ornées de bijoux.

Ses premières commandes publiques l’emmènent de Vicenza, Crema, Belluno jusqu’à Augsburg. Années trente ou s’affirme son talent. En 1538 on le retrouve à Fontainebleau à la cour de Francois 1er qui aime s’entourer d’artistes italiens.

Paris Bordon, Rittrato di gentiluomo 1523. Huile sur toile. 77,8 x 66 cm.. Munich, Alte Pinakothek © Monaco, Alte Pinakothek München - Bayerische Staatsgemaeldesammlungen. © BPK Bildagentur fuer Kunst, Kultur und Geschichte, Berlin/ Foto Scala, Firenze, 2022.

Dès qu’il quitte l’atelier de Titien, peu réputé pour sa bienveillance, on perçoit l’influence de Giorgione (1477-1510) qu’il admirait, notamment dans le Rittrato di gentiluomo de Munich.

Sensibilité de l’interprétation, intensité psychologique, capacité à saisir la spiritualité du sujet, inconnues chez Titien. Très vite renommé pour son talent de portraitiste, petits et moyens formats réservés à la sphère privée (nobles, lettrés, bourgeois souvent anonymes), épithalames, célébrations de fiançailles ou de mariages.

Déclinée en huit thématiques, l’exposition débute par de captivants portraits d’hommes qui le plus souvent affrontent le regard du visiteur. Les sensuelles belle donne de Bordon aux pieds desquelles se prosternent des guerriers désarmés envahissent les collections européennes, Vénus, Flora, Mars, Cupidon, les modèles, des femmes surtout, arborant les atours des déesses mythologiques, allégories incarnant l’insurpassable beauté titianesque.

La grâce naturaliste des débuts, proche des œuvres de Palma Le Vieux et Titien, laisse place à un maniérisme sophistiqué.

En 1548 l’Arentin dans une lettre qu’il lui envoie parle de la qualité picturale et inventive de Paris « vaghezza, aria e novitade appare in ciascuna cosa ivi fatta».

©  Crédit Luca Zanon.

Paris Bordon, Venere dormiente et Cupido, ca 1550-1555. Huile sur toile, 82 x 137 cm. Venise, Galleria Giorgio Franchetti alla Ca´d’Oro ©  Credit Luca Zanon

Thèmes mythologiques, sujets érotiques, sujets bibliques, dévotion privée ou publique traités avec la même grâce. Sujet profane le plus représentatif de la peinture vénitienne, un somptueux drapé dont essaye de s’extraire Cupidon s’ouvre sur un paysage arcadien.

Paris Bordon, Rittrato di giovane donna, ca 1545-1550. Huile sur toile. 102 x 81 cm.. Vienne, Kunsthistorisches Museum, Gemäldegalerie © Marie-Christine Sentenac, novembre 2022.

Regard fuyant et incarnat lustré et éthéré. Hans Hartung connaissait- il ce tableau et le reflet dans le miroir en haut à gauche ?

 

 

 

 

 

Paris Bordon, San Giorgio uccide il drago, 1525-1526. Huile sur bois. 292 x 192 cm.. Città del Vaticano, Musei Vaticani, Pinacoteca Vaticana, inv. 40354 ©  Crédit Luca Zanon

Ce spectaculaire tableau a été peint pour le compte d’Alvise Campagnari et destiné à l’origine à l’église de San Giorgio à Noale, dans les environs de Venise. Il a été restauré spécialement pour cette exposition dans le Laboratorio di Restauro Dipinti e Materiali Lignei dei Musei Vaticani sous la direction de Fabrizio Biferali ; la restauration du support bois a été effectuée par Massimo Alesi et Marco De Pillis, celle de la couche picturale par Paolo Violini. Les précédentes restaurations dataient de 1955 et de 1966-1969.

Sur le mur du fond, Paris Bordon, Ritratto di giovane donna, 1540-1550 circa. Olio su tela, 106,8 × 82,5 cm.. Collezione privata, courtesy Galerie Canesso © Crédit Luca Zanon

À Venise, contrairement à Florence, on dessinait peu puisque l’on peignait directement sur la toile. L’on ne connaît aucun projet fini du corpus graphique bordonien, bien qu’il en existe certainement. Ses dessins analysent une pose, une anatomie.

Le parcours se poursuit dans les collections permanentes du musée qui possède plusieurs toiles du maître dont Riposo durante la fuga in Egitto (ca 1525) et dans divers sites de la région.

Son chef d’œuvre Consegna del anello al Doge est resté à la Galleria del’Accademia de Venise. 

Exposition magique qui peut provoquer " le syndrome de Stendhal " !

© Marie-Christine Sentenac, novembre 2022.

Paris Bordon 1500-1571. Pittore divino

16 septembre 2022 – 15 janvier 2023

Museo Santa Caterina - Treviso

Commissariat : Simone Facchinetti, professeur associé près de l’Università del Salento & Arturo Galansino, directeur général de la Fondazione Palazzo Strozzi a Firenze

Catalogue. 176 pages. Marsilio Arte. Prix 28 €. Textes de Simone Facchinetti et Arturo Galansino, Fabrizio Biferali, Massimo Alesi, Marco De Pillis, Paolo Violini, Fabrizio Malachin, Andrea Fiore.

Train toutes les demi-heures depuis Venise Santa Luccia

https://mostraparisbordon.it/

https://www.museicivicitreviso.it/

https://www.marsilioarte.it/chi-siamo/

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Expositions à l'étranger, #Italie, #Venise
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :