Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gilles Kraemer.

 

 

Teatro La Fenice © DR

Rendez-vous de tous les amateurs de musique et d’opéra, le concert du Nouvel An à la Fenice.

Cette année, sur scène, le maestro Fabio Luisi, directeur musical de l’Orchestre symphonique de Dallas retrouve l’orchestre et le chœur de cette maison musicale – il y dirigea le concert du Nouvel An 2017 -. À son côté, la soprano Pretty Yende – elle fut une Violetta éblouissante à Garnier en septembre 2019 et une Amina sauvant littéralement la représentation de La Somnambule en juin 2021 au TCE (1) - et le ténor Brian Jagde – entendu dans Alvaro de La Forza del destino à Bastille en juin 2019  -.

Fabio Luisi © DR

Comme de tradition, cette 19ème édition propose un programme musical en deux parties. La première, exclusivement orchestrale, est celle de la Symphonie n° 9 en mi mineur dite du Nouveau Monde op.95 d’Anton Dvořák.

La seconde, dédiée à des airs, duos et pièces chorales, est interprétée par les deux solistes et le Chœur du Teatro La Fenice. Après le chœur « Feste! Pain! Feste! » de La Gioconda d’Amilcare Ponchielli, Emanuele Pedrini interprétant Barnaba, voilà la Barcarolle des Contes d’Hoffmann de Jacques Offenbach suivie de « Je veux vivre / dans le rêve qui m’enivre / longtemps encor! » de Roméo et Juliette de Charles Gounod.

Pretty Yende © Vincent Pontet, juin 2021, TCEhttp://La Somnambule sur les glaciers d’Heidi au Théâtre des Champs-Elysées

Brian Jagde © Simon Pauly https://brianjagde.com/

Après cette incise dans le répertoire français, ce sera « Vesti la giubba e la faccia infarina.  La gente paga e rider vuole qua. » de Pagliacci de Ruggero Leoncavallo. Puis, de Giuseppe Verdi le « Coro delle incudini » d’Il Trovatore, La Traviata avec le prélude de l’acte I puis le chœur de l’acte II « Di Madride noi siamo mattadori, / siamo i prodi del circo de’ tori  ».

Dans cette continuité de grands classiques, l’aria poignant et émouvant de Calaf « Nessun dorma!... Tu pure, o Principessa, / nella tua fredda stanza / guardi le stelle / che tremano d’amore e di speranza... » de Turandot de Giacomo Puccini puis la cavatina de Rosina « Una voce poco fa » d’Il barbiere di Siviglia de Gioachino Rossini.

Incursion chez Richard Wagner avec le prélude de l’acte III de Lohengrin [premier opéra de Wagner représenté en Italie; il fut donné ici même, en 1990, dans une mise en scène, décors et costumes de Pier Luigi Pizzi] puis ce magnifique concert se terminera naturellement par deux pages célébrissimes de Giuseppe Verdi, chères à tous les Italiens : le chœur « Va' pensiero sull’ali dorate » de Nabucco créé en 1842 à La Scala et « Libiam ne' lieti calici » de La Traviata créée ici même en 1853, entrecoupées de l’émouvant « Padre augusto… Ora conosco il nome / dello straniero / Il suo nome è… Amore! » de Turandot lorsqu'elle avoue finalement son amour pour Calaf qui a résolu les trois énigmes.

(1) http://La Somnambule sur les glaciers d’Heidi au Théâtre des Champs-Elysées

 

Orchestre et chœur du Teatro La Fenice, direction Fabio Luisi

Chef du chœur Alfonso Caiani

soprano Pretty Yende - ténor Brian Jagde

jeudi 30 décembre – vendredi 31 décembre – samedi 1er janvier 2022 avec une retransmission en direct sur la RAI 1 puis en fin d'après-midi sur la RAI 5

https://www.teatrolafenice.it/

En France, le concert sera diffusé par Arte à partir de 18h40 samedi 1er  janvier https://www.arte.tv/fr/videos/105621-001-A/concert-du-nouvel-an-2022-a-la-fenice-de-venise/

 

Tag(s) : #Italie, #Opéra et Musique, #Venise
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :