Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE CURIEUX DES ARTS

LE CURIEUX DES ARTS

Le Curieux des arts, observateur de l'actualité artistique. Large focus sur l'Italie. Exposition. Musée. Opéra. Théâtre. Livre. Biennale. Salon. Marché de l'art.


100 ans après, Anne Démians mène à terme l'établissement thermal de Nancy

Publié par Gilles Kraemer sur 8 Octobre 2021, 22:17pm

Gilles Kraemer

envoyé spécial

 

Un parc historique, celui de Sainte-Marie et, à côté des thermes fermés dans les années 1930, construits en plein Nancy, la ville de Stanislas et d’Émile.

Vue aérienne de Nancy Thermal © Architectures Anne Démians

Une histoire thermale, peu connue dans cette ville universitaire, qui vit l’œuvre de l’architecte et conseiller municipal Louis Lanternier (1859-1916) à moitié édifiée seulement, la Grande guerre et le décès de son concepteur interrompant sa construction symétrique. De ce bel édifice néo-classique, qui ensuite abrita divers services puis jusqu’à 1969, les studios de radio et de télévision régionales de l’ORTF, Anne Démians associée à Chabannes Architecture, s’est emparée pour " une hybridation des styles avec une nouvelle mise en scène de la façade historique ", non un décalque du bâtiment originel mais un geste respectueux et continuateur dans sa modernité, un projet d’extension et de restructuration acté en juillet 2018. L’ouverture au public est programmée en 2023.

Le centre thermal © Architectures Anne Démians

 

"Work in progress" du Centre thermal © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, septembre 2021

Ma philosophie, dit-elle, c’est celle de développer le sens en architecture qui acte la création et inscrire l’architecture, art unique d’assemblage, dans la transdisciplinarité et la prospective. ". Visite du chantier avec Anne Démians, élue en juin 2021 à l’Académie des beaux-arts au fauteuil IV, précédemment occupé par Roger Taillibert & également Victor Baltard et Charles Garnier.

En septembre 2020 début du gros œuvre, en avril 2021 les corps d’états démarrent, le 7 septembre 2021 le nouveau dôme en pin des Vosges, à la couverture de zinc, culminant à 21,8 mètres est posé - hauteur identique à celui de Lanternier -,à la lumière changeante, où un lustre en polycarbonate dessiné par Anne sera suspendu. Celle-ci a souhaité, dans cette aile du centre thermal, " dans cette partie dévolue aux soins une expérience de bien-être s’exprimant dans la lumière et l’espace. ". Mur de béton lasuré gris, mosaïque de gris clair ourlant son bas, grès cérame au sol. Aux deux étages supérieurs, une résidence hôtelière de 76 appartements avec kitchenette accueillant les curistes. Un restaurant et un bar complèteront ce lieu, l’ouvrant sur la ville.

Espace sport et loisirs © Architectures Anne Démians

"Travail en cours" de l'Espace sport et loisirs © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, septembre 2021

Le projet nancéien d’Anne, dans une vision multifonctionnelle, s’ordonne autour de l’eau. La piscine municipale Louison Bobet, disgracieuse et incongrue, construite dans les années 1970 devant l’entrée monumentale de Louis Lanternier, a été supprimée. Derrière le bâtiment, une nouvelle piscine prend place,  en prolongation de la grande nef du bassin olympique, elle aussi historique, dans la volonté d’un espace sportif et aqualudique.

Façade Nord, entrée monumentale, façade Sud © Architectures Anne Démians

"Work in progress". Façade Nord, porte monumentale, façade Sud © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, septembre 2021

La galerie Nord, historique, n’est inscrite au titre des Monuments historiques que depuis… novembre 2020. Comment dès lors continuer un projet inachevé, un bâtiment inauguré en 1913, possédant la plus grande piscine d’eau minérale du monde, dans une lisibilité, dans le rapport au temps ? Surtout pas un bâtiment transgressif. Un complément dans la modernité d’un rythme horizontal face à la verticalité de la façade historique. " Surtout pas un pastiche, souligne Anne, mais un dialogue dans le positif / négatif, dans le blanc / noir, entre la construction de béton-pierre clair de Louis, dans un ordonnancement de colonnes et de corniches et ma prolongation de métal, celle d’un aluminium thermolaqué noir pour une écriture linéaire.". S’ajouteront des volets ondulants. Avec l’œil de Pierre-Antoine Gatier, architecte en chef des Monuments historiques, confrère d’Anne sous la Coupole, impliqué dans la maîtrise d’œuvre au regard des enjeux patrimoniaux du site.

Le pavillon de la source, façade Nord © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, septembre 2021

Entrée des Thermes © Architectures Anne Démians

Retour sur l’espace historique, dévolu espace de bien-être, la détente au cœur de la cité, autour d’une piscine ronde rénovée et accessible à tous. A son extrémité, la restauration du pavillon de la source se termine avec la mosaïque du dôme de la rotonde due à l’origine aux établissements Gentil-Bourdet de Billancourt-Paris, la restitution des décors intérieurs peints. Reste la fontaine en fonte, trois Grâces presque illisibles, largement endommagée par la composition très élevée en fer et souffre de l'eau minérale. Une nouvelle fontaine sera coulée d’après le moule des fonderies du Val d’Osne retrouvé. Reste à savoir, quel établissement nancéien, accueillera cette fontaine originelle. Cette même galerie Nord, initialement ouverte fut fermée en 1933 par des menuiseries métalliques des Ateliers Jean Prouvé. Dans un état de conservation moyen ces ouvrages seront restaurés et reposés pour assurer le cloisonnement de cette galerie.

 

Départ pour la visite du chantier menée par Anne Démians © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, septembre 2021

Une résonnance et une réflexion attentive avec l’histoire. Une re-visitation de l’espace par une invention "  conclut Anne Démians. Une visite "work in progress" à la découverte de ce projet passionnant.

La piscine ronde du bâtiment Lanternier © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, septembre 2021

Facade Sud des Thermes © Architectures Anne Démians

En mai 2014, l’Académie nationale de médecine rend un avis favorable pour l’exploitation de l’eau minérale naturelle du forage n°4 de Nancy Thermal, dans l’orientation rhumatologique.

Cette source thermo-minérale-artésienne dont la profondeur est de 800 mètres & 30 centimètres a été découverte en mars 1909 par Louis Lanternier. En juillet 1913, l’Académie nationale de médecine donne l’autorisation d’exploitation de l’eau de Nancy Thermal, utilisée pour traiter les rhumatismes et les troubles de l’appareil digestif.

 

Simulation de la façade Sud avec ses volets qui ondulent © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, septembre 2021

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents