Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE CURIEUX DES ARTS

LE CURIEUX DES ARTS

Le Curieux des arts, observateur de l'actualité artistique. Large focus sur l'Italie. Exposition. Musée. Opéra. Théâtre. Livre. Biennale. Salon. Marché de l'art.


​​​​​​​Les lavabos d’Iphigénie en Tauride ont toujours grand succès au Palais Garnier 

Publié par Gilles Kraemer sur 27 Septembre 2021, 23:16pm

Catégories : #Opéra et Musique

Gilles Kraemer

Balcon, place achetée, 18 septembre 2021

Iphigénie en Tauride, saison 2021/2022 ©Sébastien Mathé / OnP.

Applaudissement nourris ce samedi. Aucun cri. Aucune huée.

Miroir dans lequel se reflètent les bourgeois de cette représentation avant que celle-ci ne commence, quatre lavabos côté Christ dans lesquels Iphigénie vomira bruyamment, douches collectives côté Jésus inutilisées, murs dans les belles irisations du vert scarabée, tout est en place pour cette griffure de Krzysztof Warlikowski dans les ors de Garnier. Une mise en scène, devenue classique, si l’on ne ferme pas les yeux pendant toute la représentation, depuis sa première houleuse en 2006, époque Gérard Mortier à rayer. Ce samedi, aucune huée, le temps des réactions est bien loin. J’oubliai le mec à poil, Égisthe, l’amant de Clytemnestre, assassiné à moins qu’il ne s’agisse d’Agamemnon trucidé. Si l’on ne connaît pas ses classiques - et les éditions Les Belles Lettres -, difficile de comprendre les intentions du metteur en scène. L’on est censé être dans une maison de retraite ou un HEPAD, faut-il encore le savoir. Manifestement, le metteur en scène idéalise complétement ce lieu en habillant d’une façon très élégante les femmes âgées, même en chemise de nuit, brushing glamour étasunien impeccable.

Iphigénie en Tauride, saison 2021/2022 ©Sébastien Mathé / OnP.

Si l’on a compris que le passé se trouve sur le devant de la scène et que le présent se place derrière le mur de plexiglas transparent, qu’Iphigénie à la retraite et vieillissante revit sa jeunesse et la prêtresse d’Apollon qu’elle fut, ceci est plus facile. 170 euros, c’est quand même conséquent pour fermer les yeux et écouter car les circonvolutions du metteur en scène sont un peu difficiles à saisir.

Iphigénie en Tauride, saison 2021/2022 ©Sébastien Mathé / OnP.

A la direction, Thomas Hengelbrock laissant s’exprimer pleinement l’orchestre, entre les sentiments de douleurs et de bonheurs ; opéra qu’il connaît sur le bout des doigts, nous l’avions entendu au Théâtre des Champs-Élysées, dirigeant en maestria cette même Iphigénie, dans une représentation de rêve mise en image par Robert Carsen. Ici, il s’impose dès l’ouverture de cet opéra lyrique commençant par cette magnifique tempête jetant sur les côtes de la Tauride Oreste et son ami Pylade à la recherche de la prêtresse de Diane dont ils ne sauront qu’au final qu’il s’agit d’Iphigénie qu’Apollon sauva du couteau sacrificateur de son père Agamemnon. Iphigénie en Tauride au TCE ou le sanglant héritage des Atrides selon Gluck. - (lecurieuxdesarts.fr)

Début à l’Opera de Tara Erraught / Iphigénie fragile, parfaite de douleurs et de sensibilités, largement applaudie, dans cet opéra-trio si émouvant avec Oreste / Jarrett Ott, débutant aussi à l’OnP et Pylade / Julien Behr, son ami – mais est-il son amant ? - enfermés dans cette cage de verre révélatrice de toutes les passions, dans laquelle ils se débattent.

Finalement, faire abstraction de toutes les scories de cette mise en images, de cette mise en scène secondaire pour tenter de trouver son plaisir. Mais, 170 euros, c’est quand même bien cher payé après avoir subi, début septembre une vie de Callas déjà oubliée à peine vue.

Christoph Willibald Gluck, Iphigénie en Tauride, tragédie lyrique en quatre actes (1779)

D’après Guymond de La Touche, d’après Euripide; livret :Nicolas-François Guillard

Direction musicale :Thomas Hengelbrock

Mise en scène :Krzysztof Warlikowski

Décors et costumes :Małgorzata Szczęśniak

Iphigénie, grande prêtresse de la déesse Diane : Tara Erraught, mezzo-soprano

Oreste, frère d’Iphigénie : Jarrett Ott, baryton

Pylade, ami d’Oreste : Julien Behr, ténor

Thoas, roi de Tauride : Jean‑François Lapointe, ténor

Diane, Première Prêtresse : Marianne Croux, soprano

Une femme grecque, Deuxième Prêtresse : Jeanne Ireland, mezzo-soprano

Un Scythe, Un ministre : Christophe Gay, baryton

Iphigénie (comédienne) : Agata Buzek

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents