Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE CURIEUX DES ARTS

LE CURIEUX DES ARTS

Le Curieux des arts, observateur de l'actualité artistique. Large focus sur l'Italie. Exposition. Musée. Opéra. Théâtre. Livre. Biennale. Salon. Marché de l'art.


L’encre, l’œil, le modèle. Beau Menteur de Marc Martin

Publié par Gilles Kraemer sur 18 Septembre 2021, 23:34pm

Catégories : #Entretien à 210 km-h, #Expositions Paris, #Livres, #Photographie

 

Gilles Kraemer

 

" Je suis en équilibre instable ". " Je suis sans frontière ". " Je suis une histoire ". " Je suis un bouffon ".

Marc Martin, Beau Menteur © Marc Martin.

De ce livre d’artiste, de cette boite cachant les secrets (in)avoués du Beau Menteur Benjamin, Marc Martin dit qu’elle est " l’emblème du secret. Y déposer des images, sous forme de feuillets mobiles, permet de libérer chaque série de la hiérarchie qu’induisent les chapitres traditionnels du livre. ".

Comment naquit ce singulier, perturbant et bel ouvrage autour du corps de Benjamin capté par l’œil photographique de Marc Martin, dans une narration de l’historien de l’art Claude-Hubert Martin, spécialiste des monuments aux morts de la Grande guerre qu’Alphonse Muscat sculpta dans l’Ain ? Dans un développé peu courant, inhabituel, celui voulu d'une non mise en relation.

© photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, septembre 2021, Galerie Mille Lieux - 39, rue de Poitou – Paris 3ème.

Dans cette intrigante aventure, Claude-Hubert ne connaissait ni Benjamin ni les photographies réalisées par Marc de ce modèle. Marc lui demanda d’écrire sur ses images qu’il ne découvrira que le jour de la parution de cet ouvrage, comme il fera en même temps la connaissance du modèle. "Beau" joueur d’un poker "menteur", Claude-Hubert dont Marc avait lu son livre Né dans la boucherie d’Écuisses (2015), donc connaissant son écriture narrative, accepta. Banco.

 

 

 

 

 

Claude-Hubert Tatot © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, septembre 2021, Galerie Mille Lieux - 39, rue de Poitou – Paris 3ème.

Tout reposait sur la confiance. La seule indication de cette sorte de "cadavre exquis" résida dans les thèmes des futures nouvelles : danse, moustache, veilleur de nuit, lendemain de fête, boxe, miroir, vestiaire, Wilgeforte…, en tout quatorze à imaginer, comme la reconstitution d’une vie. Le mensonge du modèle "Beau menteur", car c’est comme ceci qu’on l’appelle – j’aime bien ce titre claquant à la Maupassant - a fonctionné avec les "mensonges" de Claude-Hubert. Cette vie en imagination devenait une vie réelle, celle d'une famille avec les parents et leur fils, la rupture de l'enfance, les émois, avec ses textes au service de ces photographies inconnues de lui, donc " une écriture fortement imaginative, emplie de sons, d’odeur et de couleurs " comme l'auteur l'a souhaitée. Ajoutant " des textes à lire à haute voix, comme lorsque l’on raconte des histoires à des enfants.". Mais, ici ce sont plutôt des histoires pour adultes, uniquement des histoires d'un grand garçon qui n’a pas froid aux yeux. 

Marc Martin © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, septembre 2021, Galerie Mille Lieux - 39, rue de Poitou – Paris 3ème.

Le résultat ? Claude-Hubert y voit comme " un chemin " dans ce déballage de toutes les facettes imaginées par Claude-Hubert de Benjamin, " avec la sensation de mots qui croustillent " dans ce voyage photographique dont l’on ne sait s’il est le spectacle ou l’intime d’une masculinité "borderline", entre provocation et pudeur.

Les fesses de Benjamin sont celles du David de Michel-Ange, L’homme au gant, aussi bien Le Penseur d’Auguste Rodin que le bronze hellénistique du Pugiliste assis du Museo nazionale romano au Palazzo romano. Je suis comme je suis, est le très prude dans sa position fœtale interdisant toute vue de son sexe, [Le] jeune homme nu assis au bord de la mer d’Hyppolyte Flandrin avant que Robert Mapplethorpe s'inspire largement de cette toile de 1835. Le regard des maîtres anciens dans l’œil de Marc Martin. Mais Caravage est là, surtout Caravage, celui des fulgurantes positions des corps, des chocs, des lumières, des obscurs. Le peintre au service des princes de l’Église et de leurs neveux, des puissants mais en leur offrant comme modèles ceux des bas-fonds de Rome ou de Naples, ceux du vice et de la misère, loin de la vertu exemplaire donnée en représentation dans sa peinture.

 

Marc Martin, Beau Menteur. Sous coffret 160 x 220 x 55 mm., regroupant 14 feuillets dépliants (A5>A2), 3 leporello (Autour de Wilgeforte mon amour - la légende barbue ; Elucubration scientifique - vice versa ; Encore des mots, toujours des mots... - beau(x) menteur(s))Entretien entre Hervé Dewintre et Marc Martin, paroles, paroles. 18 cartes photographiques. Narration de Claude-Hubert Tatot. Papiers Munken Polar 120 & 90 gr. Éditions Agua - Paris. Prix 48 €.

 

Beau menteur - 7 septembre - 10 octobre 2021

Galerie Mille Lieux - 39, rue de Poitou – Paris 3ème

Exposition des photographies de Marc Martin autour du modèle Benjamin et de cet ouvrage 

Performances de Benjamin le mercredi de 16h30 à 19h30. Sur réservation (jauge réduite).

https://www.marcmartin.paris/       https://www.elagua.eu/

 

 

 

 

Le Prix Sade du livre d'art 2020 avait été remis, en octobre de la même année, à les tasses de Marc Martin, publication également chez Agua, jury composé de François Angelier, Philippe Brenot, Sarah Chiche, Octavie Delvaux, Anne Hautecœur, Emmanuel Pierrat, Catherine Robbe-Grillet, Jean Streff et Laurence Viallet.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents