Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE CURIEUX DES ARTS

LE CURIEUX DES ARTS

Le Curieux des arts, observateur de l'actualité artistique. Large focus sur l'Italie. Exposition. Musée. Opéra. Théâtre. Livre. Biennale. Salon. Marché de l'art.


L’infrangible regard de Yan Pei-Ming - Avignon

Publié par Gilles Kraemer sur 21 Août 2021, 16:30pm

Catégories : #Avignon, #Entretien à 210 km-h, #Expositions France, #Théâtre

 

 

Gilles Kraemer

déplacement et séjour personnel à Avignon

 

Tigres et vautours (2015). Cette peinture de Yan Pei-Ming donne son nom à la double exposition estivale qu’Avignon consacre à cet artiste, né à Shanghai en 1960, vivant en France depuis 1989.

Tigres et vautours, 2015. Huile sur toile. Heidi Horten collection, Vienne, Autriche © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Avignon, Collection Lambert, juillet 2021.

Affiche du Festival d’Avignon 2020 © Yan Pei-Ming, ADAGP, Paris, 2020. Graphisme : mine de rien.

Retour en arrière. Étonnant le visuel de la 74ème édition du festival d’Avignon 2020 après celui du crocodile caché de Miryam Haddad en 2019 ! Détail très rapproché d’une toile glaciale et prémonitoire de Yan Pei-Ming. Qui voit-on ? Deux tigres et un vautour, dans un tourbillon de larges aplats de gris, noir et blanc, se partageant la carcasse sanguinolente d’un animal que l’on devine à des traces rouges. 74ème édition annulée pour cause de la pandémie du coronavirus. Expositions de Yan de juin à septembre 2020 à la Collection Lambert & au Palais des Papes de juin 2020 à janvier 2021 annulées pour la même raison.

Pour le Festival 2021, le visuel de la 75ème édition est confié à Théo Mercier. Pourquoi ce non maintien de Yan pour l’affiche ? Un revirement dont les circonvolutions nous échappent. Quel sens donner à cette mise aux oubliettes de la 74ème édition ? Passer de 73ème à 75ème n’est-ce pas un gommage de l’histoire ? S’agissait-il pour Olivier Py de conjurer l’annus horribilis 2020 pour la culture ? Cette ré-écriture nous échappe ! Silence auquel les historiens du Festival de la décennie 2020-2019 seront confrontés.

De gauche à droite, Égout, dyptique // Couple et cul // La chambre // 1986. Collection de l’artiste © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Avignon, Collection Lambert, juillet 2021.

La chambre, 1986. Huile sur toile, diptyque.. 1160 x 440 cm.. Collection de l’artiste © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Avignon, Collection Lambert, juillet 2021.

Yan Pei-Ming © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Avignon, Collection Lambert, 10 juillet 2021.

Pour Yan Pei-Ming, rencontré à l’incontournable Violette, LE restaurant "place to be" midi & soir, à l’ombre des platanes de la cour d’honneur de la Collection Lambert, " ce cheminement en dix salles offre différents regards sur mon œuvre. L’on y voit trois tableaux jamais exposés [Égout, Couple et cul, La chambre (1986)] que j’avais présentés pour l’obtention de mon diplôme à l’École nationale des beaux-arts de Dijon. ". Lieu magique que cette cour puisque j’y fis, mais ceci paraît tellement naturel dans cette enclave si éloignée du Festival, au même instant la rencontre de S.D., collectionneur français, heureux et ému de voir pour la première fois Yan dont il possède un "Mao" acquis auprès de la galerie lyonnaise en appartement Domi Nostrae dont la ligne était celle du portrait et du visage. Cette toile il la re-découvre chaque jour, dans sa salle à manger, " porteuse symbolique de la peinture contemporaine, par son thème de la figuration et de l’Homme. Toujours actuelle.". Heureux connoisseur…  

Exposition s’initiant, à Lambert, par cinq Autoportraits en gris (2009), comme pour nous dire, moi l’artiste je vais vous ouvrir votre monde, mon monde, vous livrez l’infrangible regard que je porte sur notre monde. Vous y découvrirez la violence, la douceur, l’amour monnayable à Francfort, Londres, Shanghai et Tokyo, la mort, l’avenir, Paul III et Innocent X, la Crucifixion, la violence, les 120 enfants du Trièves, les migrants, la star iconique Marilyn à la morgue, l’exode, Mao Zedong, le cinéma, la politique. De gris, de grisés, de blancs, de noirs, de rouge, de sang. Dans un superbe accrochage se terminant par le portrait de Ma mère (2021) et le quadriptyque du Père (1995), face à face, dans l’immense salle.

Wild Game : The way of the tigers, 2011. Huile sur toile. 220 x 250 cm.. Collection Thaddaeus Ropac© photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Avignon, Collection Lambert, juillet 2021.

Autoportrait en trois personnes, 2020. Triptyque sur toile © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Avignon, Palais des Papes, juillet 2021.

Chez les Papes, des œuvres spécifiques. La Crucifixion mais le visage du Sauveur est le sien. Le quadriptyque de l’Exode avec des chauves-souris et une barque de migrants. Le triptyque, image religieuse par sa conception, avec cet Autoportrait en trois personnes du Pape-Yan trônant entouré de deux Yan.

Moi, l’artiste je vous ouvre le monde. Plus souffrance que bonheur.

© photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Avignon, Collection Lambert, juillet 2021.

Yan Pei-Ming. Tigres et vautours

26 juin – 26 septembre 2021 à la Collection Lambert – Avignon

19 mai 2021- 31 janvier 2022 à la Grande chapelle - Palais des Papes - Avignon

Commissariat Henri Loyrette. Dominique Vingtain, directrice du musée du Petit Palais et conservatrice en chef du Palais des Papes, Stéphane Ibars, directeur artistique délégué de la Collection Lambert.

Yan Pei-Ming – Au nom du père - 19 mai - 11 octobre 2021 - Musée Unterlinden, Colmar - Commissariat Frédérique Goerig-Hergott

Yan Pei-Ming dans l’orbe de Mathis Grünewald http://www.lecurieuxdesarts.fr/2021/05/yan-pei-ming-dans-l-orbe-de-mathis-grunewald-gilles-kraemer-tel-l-alpha-tel-l-omega-le-curieux-des-arts-gilles-kraemer-colmar-musee

© photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Avignon, un midi de juillet 2021 au restaurant Violette, dans la cour de l'hôtel de Caumont.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents