Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE CURIEUX DES ARTS

LE CURIEUX DES ARTS

Le Curieux des arts, observateur de l'actualité artistique. Large focus sur l'Italie. Exposition. Musée. Opéra. Théâtre. Livre. Biennale. Salon. Marché de l'art.


D'un pas en avant, Alberto Giacometti l’Egyptien

Publié par Gilles Kraemer sur 16 Août 2021, 09:00am

Catégories : #Entretien à 210 km-h, #Expositions Paris

Gilles Kraemer

N'importe qui d'entre nous ressemble beaucoup plus à une sculpture égyptienne qu'à une sculpture jamais faite " Alberto Giacometti, 1962.

Un autre Giacometti – dans un été européen 2021 très riche, avec Monaco & Saint-Paul-de-Vence - à travers le prisme de l’une de ses passions : l’art des pharaons, entre des œuvres emblématiques de ce sculpteur et des prêts du département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre. Tel est le thème de cette exposition à la Fondation parisienne éponyme.

Alberto Giacometti, Grande femme, 1958. Plâtre peint. Fondation Giacometti / Statue de la déesse Nephtys, 18ème dynastie, règne d’Aménophis III (1391-1353 av. J.-C.). Diorite. Musée du Louvre / Alberto Giacometti, Femme qui marche I, 1932-1936. Plâtre. Fondation Giacometti / A droite Femme debout (Poseuse II), ca 1954. Plâtre peint. Fondation Giacometti // Alberto Giacometti, Copies d’après le groupe statuaire de Tchenty et son épouse Iymeretef, ca 1935-1937. Encre sur papier. Fondation Giacometti © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Fondation Giacometti, Paris, août 2021.

Comme le notent Thierry Pautot, Romain Perrin et Marc Étienne, les co-commissaires d’Alberto Giacometti et l’Égypte antique, " le regard de celui-ci sur les dynasties égyptiennes n’est pas seulement lié à ses débuts mais ces sculptures nées au bord du Nil l’ont fasciné tout au long de sa vie, il y revient perpétuellement. Elles l’aident dans la progression de son travail. ".

De ce sculpteur, peintre, dessinateur, graveur, lithographe, proche des écrivains et des poètes, damnant le pion à "l’incontournable Picasso", Jean Genet disait : "j’ai encore dans les fesses la paille de la chaise de cuisine sur laquelle il m’a fait asseoir pendant quarante et quelques jours pour faire mon portrait.".

Au premier plan, à gauche, Statue funéraire : porteuse d’offrandes. Moyen Empire, début de la 12ème dynastie (1963-1862 av. J.-C.). Bois peint. Musée du Louvre / Alberto Giacometti, Grande femme, 1958. Plâtre peint. Fondation Giacometti / Statue de la déesse Nephtys, 18ème dynastie, règne d’Aménophis III (1391-1353 av. J.-C.). Diorite. Musée du Louvre / Alberto Giacometti, Femme qui marche I, 1932-1936. Plâtre. Fondation Giacometti / A droite Femme debout (Poseuse II), ca 1954. Plâtre peint. Fondation Giacometti © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Fondation Giacometti, Paris, août 2021.

Cet intérêt pour l’Égypte fut déjà abordé dans les expositions de l’Ägeyptisches Museum de Berlin en 2008 - texte de Christian Kiemm parlant de son intérêt pour cet art après l’achat en 1921 de l’ouvrage Die Plastik der Ägypter de Hedwig Fechheimer – et du LaM de Villeneuve d’Ascq en 2019. Cet été, Le réel merveilleux au Grimaldi Forum Monaco y revient avec une salle consacrée aux Portraits du Fayoum.

Pieds collés au sol et jambe gauche légèrement avancée – Femme qui marche I (1932-1936) -, yeux peints sur certaines sculptures dans la tradition de la statuaire polychrome – photographie en plan serré d’Homme qui marche I dans la cour de la Fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence, prise par Annette en 1964 -, ceci avait été suggéré dans une précédente exposition de la Fondation : Alberto Giacometti. L’Homme qui marchehttp://www.lecurieuxdesarts.fr/2020/08/pret-non-consenti-par-l-unesco-de-l-homme-qui-marche-a-la-fondation-giacometti.html

© photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Fondation Giacometti, Paris, août 2021.

© photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Fondation Giacometti, Paris, août 2021.

Ce schéma de la représentation humaine, ce "retient" qu’il a de son observation à travers ses lectures, sa fréquentation régulière du musée du Louvre, s’élargit ici aux statues hiératiques, à son intérêt spécifique pour la 18ème dynastie - règne d’Aménophis IV-Akhenaton et période amarnienne avec Tête d’Isabelle (1936) -, au scribe, à l’homme assis, aux bras le long du corps, à l’art funéraire du Fayoum.

À l’extrême droite, Statuette du dieu Osiris, 25ème ou 26ème dynastie (7e siècle av. J.-C.). Bois partiellement doré, bronze. Ex-collection Giacometti. Fondation Giacometti. Sur le mur, photographie du Scribe accroupi. Archives Fondation Giacometti © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Fondation Giacometti, Paris, août 2021.

Dans sa collection, une Statuette d’Osiris, du 7ème siècle av. J.-C. et dans son atelier le moulage d’un fragment de buste d’homme, 26ème dynastie, période saïte, conservé au Louvre, signent la présence quotidienne de cet art prolongé par des ouvrages dans sa bibliothèque consacrés spécifiquement à la statuaire, la fresque, l’art copte dont nombre sont ornés dans les marges de dessins copiant les illustrations. .   

Alberto Giacometti, Lampe égyptienne, 1933. Plâtre. Fondation Giacometti & Encyclopédie photographique de l’art. Musée du Caire, Paris, 1949. Archives Fondation Giacometti © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Fondation Giacometti, Paris, août 2021.

Cette observation prégnante sera fortement perceptible dans la Lampe égyptienne (1933), en plâtre patinée, décalque de la lampe en albâtre découverte dans la tombe de Toutankhamon en novembre 1922, une édition qu’il fit pour le décorateur à l’intuition si sûre et aux goûts épurés : Jean-Michel Frank.

Alberto Giacometti, Le chat, 1951. Plâtre peint. Fondation Giacometti & Cercueil de chat, Basse Époque (664-332 av. J.-C.). Bois peint et doré. Musée du Louvre © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Fondation Giacometti, Paris, août 2021.

Terminant l’exposition, Le chat (1951) presque hiéroglyphique dans sa sunthèse en regard d’un Cercueil de chat (664-332 av.J.-C.), "geluckien" avant l’heure.

Alberto Giacometti, Homme à mi-corps, 1965. Plâtre peint / Femme assise, 1956. Bronze / Buste d'homme assis (Lotar III), 1965. Plâtre peint © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Fondation Giacometti, Paris, août 2021.

Alberto Giacometti & l’Égypte antique

22 juin - 10 octobre 2021

Institut Giacometti

5, rue Victor Schoelcher - 75014 Paris

Scénographie Jean-Julien Simonot

Commissariat : Thierry Pautot, attaché de conservation, responsable des archives et de la recherche et Romain Perrin, attaché de conservation, Fondation Giacometti, Marc Étienne, conservateur en chef, département des Antiquités égyptiennes, musée du Louvre

Catalogue. 192 pages. Co-édité par la Fondation Giacometti, Paris et FAGE éditions. Bilingue français/anglais. Prix 28 €.

 

Prochaine exposition : Alberto Giacometti/ Barbara Chase-Riboud. Femmes debout de Venise / Femme noire debout de Venise - 20 octobre 2021- 9 janvier 2022 - Commissariat Émilie Bouvard, directrice scientifique des collections.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents