Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE CURIEUX DES ARTS

LE CURIEUX DES ARTS

Le Curieux des arts, observateur de l'actualité artistique. Large focus sur l'Italie. Exposition. Musée. Opéra. Théâtre. Livre. Biennale. Salon. Marché de l'art.


45 ans après leur vol, deux précieux cabinets japonais regagnent Chantilly !

Publié par Gilles Kraemer sur 11 Mai 2021, 22:19pm

Catégories : #Expositions France, #Marché de l'art, #Musées

Gilles Kraemer

 

Les voici retrouvés ces deux cabinets japonais, dérobés dans la nuit du 12 au 13 août 1975, lors d’un cambriolage au musée Condé. Une camionnette avait réussi à pénétrer par effraction dans le parc de Sylvie. Les voleurs, dans la Maison de Sylvie, petit château situé à l’une des extrémités du parc de Chantilly, s’emparèrent de deux tapisseries des Gobelins, de quatre vases japonais et deux petits cabinets en laque du Japon.

Les deux cabinets en laque du Japon © Domaine de Chantilly.

Lundi 26 avril 2021, l’alerte " Aumale " du site interenches.com signale la vente, à Doullens, chez Maître Herbette, de deux cabinets japonais, " fin XVIIIe  siècle ", présentant " une étiquette de la Maison d’Orléans. Probablement ancienne collection du duc d’Aumale ". De quoi attirer l’attention de Mathieu Deldicque, conservateur du patrimoine au musée Condé, Château de Chantilly.

La photographie de cette étiquette indiquant " Orleans House ". Il s’agit de l’étiquette apposée sur les meubles du duc d’Aumale, au moment de son exil anglais. Une comparaison avec les anciennes photographies des pièces volées prises à Chantilly, avec les descriptions des anciens catalogues des collections et avec les mesures connues ne laisse aucun doute : il s’agit des deux cabinets de Chantilly !

Le commissaire-priseur de Doullens, contacté le jour même par la conservation, autorisa le retour des pièces, en accord avec le propriétaire, Monsieur Lemaître, antiquaire à Rouen. Le ministère de la Culture (Service des musées de France), l’Office central de lutte contre le trafic de biens culturels et les services d’enquêtes avertis, ces deux meubles sont revenus à Chantilly dès le 29 avril.

Ils seront présentés dès la réouverture du Château de Chantilly ce 19 mai 2021 au sein de l’exposition La Fabrique de l’Extravagance. Porcelaines de Meissen et de Chantilly, prolongée jusqu’au 29 août 2021 (1).

Les deux cabinets en laque du Japon © Domaine de Chantilly.

Chacun des cabinets s’ouvre par deux vantaux de laque sur un temple miniature doté de petits tiroirs pour les offrandes. Ils pourraient avoir été voués au culte shintoïste. Leur décor de laque, dans un très bon état de conservation, présente de très nombreux détails exécutés à la feuille et la poudre d’or : chaînes de montagne, édifices, motifs ornementaux ou végétaux… Leur datation est ancienne et doit encore être expertisée.

L’étude des inventaires permet de préciser leur provenance. Ils furent légués à l’Institut de France (inventaire des exécuteurs testamentaires de 1897), comme les trésors du duc d’Aumale à Chantilly. En 1879, ces deux " petits meubles en laque de Chine, maisonnette dedans ", étaient présentés dans le vestibule et l’escalier d’honneur du château de Chantilly nouvellement reconstruit.

Dans l’inventaire de 1845-1848, ces deux cabinets, entrés le 23 juillet 1843, sont dits provenir du Palais-Bourbon : ils appartenaient donc aux collections de Louis-Henri-Joseph, dernier prince de Condé (1756-1830), parrain du duc d’Aumale, mort sans héritier vivant, qui avait légué Chantilly, mais aussi sa résidence parisienne du Palais-Bourbon et ses collections au duc. L’inventaire du Palais-Bourbon de 1841 confirme ce fait.

Quand entrèrent-ils dans les collections des princes de Condé ? Le grand-père de Louis-Henri-Joseph, Louis-Henri de Bourbon-Condé (1692-1740) pourrait être leur possesseur. Grand amateur de pièces asiatiques, le prince collectionnait porcelaines et laques d’Extrême-Orient. Il commanda les décors des singeries de Chantilly, haut-lieu de l’exotisme du XVIIIe  siècle, et patronna la création de trois manufactures inspirées par les productions d’Asie, celle de porcelaines, d’indiennes et de laques. Louis-Henri avait acquis plusieurs meubles faits de laque japonais. Un grand coffre de ce type figure ainsi toujours dans les collections du musée Condé. Il est mentionné dans l’inventaire après décès du prince, en 1740, dans la galerie des batailles du château de Chantilly. Non loin de lui sont listés deux " petits cabinets de laque ancien Japon carré à pagodes en relief doré ". Sont-ce les cabinets retrouvés de Chantilly ?

Une histoire digne de  la plume d’un habit vert ! Une nouvelle enquête de Pénélope et de Wandrille. Après Giverny, Venise, Versailles et le pays des pharaons  :  Intrigue à Chantilly ?

 

(1) L’exposition  La Fabrique de l’Extravagance. Porcelaines de Meissen et de Chantilly s’attarde sur les collections asiatiques du prince, dont plusieurs pièces, confisquées pendant la Révolution, ont regagné Chantilly pour l’occasion.

Prochaine exposition de l’été-automne 2021 : Le trait de la séduction. Dessins de l’École de Fontainebleau, commissariat Mathieu Deldicque.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents