Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE CURIEUX DES ARTS

LE CURIEUX DES ARTS

Le Curieux des arts, observateur de l'actualité artistique. Large focus sur l'Italie. Exposition. Musée. Opéra. Théâtre. Livre. Biennale. Salon. Marché de l'art.


Pascal Convert. Dans le souvenir du Bâmiyân. La falaise et la grotte

Publié par Gilles Kraemer sur 11 Mars 2021, 13:08pm

Catégories : #Expositions France, #Patrimoine, #Photographie

Gilles Kraemer (d'après le dossier de presse).     

 

Mars 2001. Les talibans détruisent les deux bouddhas de la falaise de Bâmiyân, en Afgahnistan. Qui se souvient encore que le 30 mars 2001, une image géante de l'un des deux bouddhas fut déployée sur la façade du Centre Pompidou ? 28 mètres de haut, à l'échelle un demi. Une image qui devait rester en place pendant 2 mois, le mécénat de Pierre Bergé ayant largement permis cette présentation.

Pascal Convert, Extrait panoramique de la falaise de Bâmiyân 1. © Courtesy Pascal Convert © Galerie Eric Dupont.    https://francefineart.com/2021/02/24/3048_bamiyan/

Vingt ans après la destruction des Bouddhas géants de Bâmiyân, le Louvre-Lens présente trois œuvres de Pascal Convert, issues des collections du Centre national des arts plastiques. Plasticien, écrivain et historien français, Pascal Convert place la question de la mémoire et de l’oubli au cœur de son travail. Cette installation artistique et patrimoniale est présentée au Louvre-Lens, grâce aux efforts conjugués de ce musée et du Centre national des arts plastiques.

Pascal Convert, Panoramique de la Falaise de Bâmiyân, Afghanistan, 2016, dans la Galerie du temps du Louvre-Lens © Frédéric Iovino

Au printemps 2016, l’Ambassade de France en Afghanistan invite Pascal Convert (1957) à imaginer une œuvre pour commémorer le quinzième anniversaire de cette destruction. Sur place, l’artiste réalise des captations de la falaise défigurée. De retour en France avec des milliers de relevés photographiques et scans 3D, il crée une œuvre photographique monumentale constituée de 15 panneaux différents formant une vue panoramique de la falaise. D’une technicité remarquable, cette œuvre singulière est complétée au Louvre-Lens d’un polyptyque photographique de l’intérieur d’une grotte et d’un film témoignant de sa rencontre avec les enfants de Bâmiyân.

Inaugurée le 11 mars 2021, à la date anniversaire du dynamitage des colosses qui a ému la planète entière, cette installation s’attache à cultiver la mémoire de cette tragédie ayant participé à précipiter le monde dans le 21e siècle souligne Marie Lavandier, directrice du Louvre-Lens.

Pascal Convert, Panoramique de la falaise de Bâmiyân, Afghanistan, 2017. Polyptyque photographique réalisé avec l’assistance de la société Iconem pour la numérisation 3D et de la société Cornis pour la réalisation de la prise de vue. 15 épreuves contact Platine-Palladium (tirage en 2020). Dimensions de chaque tirage : 1,60 x 1,10 m. pour un total de 1,60 x 16,5 m.. Dépôt du Centre national des arts plastiques.

Dans la Galerie du temps, se déploie le panoramique de La Falaise de Bâmiyân. Constellée de 750 petites grottes, deux larges trous noirs indiquent les niches où se dressaient les deux statues colossales (53 et 38 mètres de hauteur) des Bouddhas debout, taillées à même la falaise au cours du VIe siècle et anéanties par les talibans. Dans le Pavillon de verre est installé Grotte des talibans, Afghanistan (2018), polyptyque photographique. Lors de l’attaque contre le site de Bâmiyân, les terroristes talibans saccagent également les anciennes cellules des moines creusées dans la roche. Cette composition photographique monumentale, révèle l’acharnement iconoclaste des talibans qui, déterminés à anéantir les décors de ces grottes, ont d’abord incendié les cryptes avant de les détériorer. À Bâmiyân, Pascal Convert saisit la vie qui n’a jamais quitté cette falaise,  y filmant les regards et les silhouettes espiègles d’enfants jouant à cache-cache avec lui. Alternant rires et silences, son film Les enfants de Bâmiyân (2017) illustre le présent que vivent ces enfants parmi les débris du site. Habitant pour certains dans les anciennes cellules monastiques, ils appartiennent au peuple hazâra, régulièrement discriminé. Comme ces enfants, les images se jouent des aspérités et des ornements de l’ancien sanctuaire, dont le souvenir résiste aux outrages.

 

Grotte des Talibans, Afghanistan & Les enfants de Bâmiyân

11 mars - 24 mai 2021 - Pavillon de verre

Panoramique de la falaise de Bâmiyân, Afghanistan

11 mars 2021 - 31 juillet 2022 - Galerie du temps

Louvre-Lens - 62300 Lens

 

Dans le même temps, le Musée national des arts asiatiques – Guimet propose Des images et des hommes, Bâmiyân 20 ans après, commémorant la destruction des deux bouddhas monumentaux (24 février - 21 juin 2021). Autour d‘œuvres mises au jour lors des travaux de la Délégation archéologique française en Afghanistan, travaillant sur le site depuis 1923, et d’une documentation photographique et graphique sur ce haut lieu de l’art gréco-bouddhique, le musée présente les relevés de peinture, grandeur nature réalisés par l’architecte Jean Carl (1877-1941). L’exposition rend hommage à Joseph Hackin (1886-1941), directeur du musée Guimet, archéologue sur le site de Bâmiyân et figure de la Résistance avec son épouse Marie, dite Ria (1905-1941). Des photographies du plasticien Pascal Convert accompagnent cette exposition.

N'ayant pas vu cette exposition parisienne, je renvoie vers le site FranceFineArt https://francefineart.com/2021/02/24/3048_bamiyan/

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents