Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE CURIEUX DES ARTS

LE CURIEUX DES ARTS

Le Curieux des arts, observateur de l'actualité artistique. Large focus sur l'Italie. Exposition. Musée. Opéra. Théâtre. Livre. Biennale. Salon. Marché de l'art.


Stéphanie Solinas, Prix Camera Clara 2020

Publié par Gilles Kraemer sur 5 Février 2021, 00:23am

Catégories : #Expositions Paris, #Italie, #Photographie, #Prix et récompenses, #Rome

Gilles Kraemer   

 

Doté de 6 000 euros, le prix Camera Clara a été remis à la photographe Stéphanie Solinas, ce 4 février 2021 pour L’Inexpliqué - Revenants. Puisque nous sommes condamnés, avec cette pandémie à laquelle s'est joint le couvre-feu de 18 h,  à nous nourrir de réseaux sociaux depuis presqu’une année, c’est par le biais de l’incontournable Instragram que le nom de cette lauréate fut proclamé.

Ses œuvres sont visibles pendant quelques jours à la Galerie Clémentine de la Féronnière ; les galeries, au contraire des musées déclarés non indispensables par nos gouvernants, sont ouvertes. Un peu d’oxygène dans notre monde frôlant " Soleil vert " et  devenu anxiogène. Musées fermés mais aussi théâtres, cinémas, opéras, salles de concert, expositions. 

 

© photographie Stéphanie Solinas.

En 1633 à Rome, Galilée est condamné par l’Église pour avoir défendu la thèse de l’héliocentrisme. Pour Stéphanie Solinas, dans L’Inexpliqué - Revenants, les corps peints ou sculptés hantent les corps vivants, les astres nous regardent, et Galilée, au temps de son procès hébergé à la Villa Médicis, entre en dialogue avec Thérèse de Lisieux, sainte contemporaine qui aurait été détentrice d’un appareil photographique que j’ai miraculeusement pu emprunter au musée Nicéphore Niepce et utiliser sous le ciel romain. Comme le télescope pour les scrutateurs assidus des étoiles, cette chambre folding en bois m’est devenue appareil de vision, pour retrouver, dans la matérialité même des choses et des êtres, les traces d’un infini. . Mené notamment à l’Académie de France à Rome - Villa Médicis [où elle fut pensionnaire en 2017-2018] L’Inexpliqué est un travail en cours, qui explore les liens créateurs entre lumière, vision, incarnation, science et croyance.

 

© photographie Stéphanie Solinas.

Diplômée en photographie de l’ENS Louis Lumière à Paris, Stéphanie Solinas (1978) est docteur en arts visuels de l’Université Panthéon-Sorbonne, Paris I. Pendant 5 ans, elle a été professeur de photographie à l’École Supérieure d’Art et Design Le Havre – Rouen et à l’Institut de Sciences Politiques de Paris. En 2013, elle reçoit le Prix Édouard Barbe, Prix de collectionneurs, remis par le Centre national d'arts et de cultures  Le Magasin, Grenoble.

Lauréate 2017 de la bourse franco-américaine Étant Donnés pour l’art contemporain - résidence de 2 mois aux États-Unis, allocation de séjour de 10 000 euros, résidence itinérante de Sedona en Arizona à Menlo Park en Californie en partenariat avec la galerie Fraenkel. Son projet “Excursion : Devenir soi-même” interroge le dialogue entre science et croyance qui se joue sur la côte Ouest des États-Unis dans l’invention de l’identité de l’Homme de demain. Il s’inscrit de manière contemporaine dans la tradition du road trip américain.

Pensionnaire à la Villa Médicis - Académie française à Rome (2017-2018), elle fut en résidence au Headlands Center for the Arts à San Francisco (2018 -2019). En 2018 elle reçoit le prix SCAM de l’œuvre expérimentale dans la catégorie Ecritures et formes émergentes pour son court métrage Ne me regarde pas pour l’Opéra de Paris / 3e Scène  - Le fantôme de l’Opéra existe-t-il ? Qui est-il ? Pour partir à sa recherche et découvrir son identité, Stéphanie Solinas réunit pour une nuit au Palais Garnier cinq « experts de l’invisible » : l’intendant du Palais Garnier, un psychocriminologue, une neurologue, un médium et un magicien. Entre réalité et illusion, Ne me regarde pas est leur enquête… 

 

© photographie Stéphanie Solinas

Depuis 2014, Stéphanie Solinas mène Les Aveugles éblouis, une recherche élaborée comme une cartographie des identités, entre matérialisme et transcendance. Elle ancre ses investigations sur 3 territoires spécifiques : L’Islande, l’Italie et les États-Unis, pour créer 3 ensembles d’œuvres - Le Pourquoi Pas ?, L’Inexpliqué et Devenir soi-même.

 

© photographie Thomas Boivin.

Une mention spéciale est attribuée à Thomas Boivin (1983), ancien diplômé de l’Ecole Supérieure des arts décoratifs de Strasbourg (depuis janvier 2011 Haute école des arts du Rhin). 

Des gens qui ne se connaissent pas. C’est cette confiance que la photographie garde, c’est cette confiance qui est ensuite offerte au lecteur, et c’est en ce sens que sa signification sociale est la plus forte pour moi. Aujourd’hui encore, au-delà̀ de toutes les préoccupations que chacun peut avoir pour notre avenir commun, voir qu’il est possible de rencontrer un étranger en faisant un portrait de manière aussi libre et intuitive que moi est pour moi à chaque fois un moment de grâce, et une promesse d’espoir ".

 

Créé en 2012 par Joséphine de Bodinat Moreno, le Prix Camera Clara est réservé aux artistes travaillant à la chambre photographique. Il récompense un travail d’auteur, inédit et présenté en série ou ensemble photographique afin qu’il puisse être jugé sur sa cohérence, tant sur la forme que sur son contenu.

http://www.lecurieuxdesarts.fr/2020/03/ouverture-des-candidatures-pour-le-prix-photo-camera-clara-2020.html

 

Prix de photo Camera Clara - Stéphanie Solinas 

exposition du 4 - 20 février 2021

Galerie Clémentine de la Féronnière - 51 rue Saint-Louis-en-l'Île - 75004 Paris

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents