Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Gilles Kraemer.   

 

L’odeur de la nuit était celle du jasmin. Dans sa mémoire, FLORE puise les émotions de ses souvenirs d’enfance, ceux des récits de ses grands-parents qui vécurent à la même période et aux mêmes endroits que Marguerite Duras (Saïgon 1914 - 1996). D’un voyage récent effectué au Vietnam et au Cambodge, dans cette Indochine qui fut le lieu de L’Amant de la Chine du Nord, d’Un Barrage contre le Pacifique, elle a capté photographiquement le questionnement d’un temps flou, de l’ambiguïté, du conditionnel.

Partant du réel de ces lieux asiatiques, FLORE instille la recomposition d’un imaginaire durassien, rendant par l'évocation ce qui a pu être. " Je travaille sur les écrits de Marguerite et sur ce qu’elle a pu avoir vu et vécu " souligne-t-elle, évoquant cette fiction.

 

In situ FLORE L’odeur de la nuit était celle du jasmin © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 29 octobre 2020.

Qui dira l’odeur de la terre chaude qui fumait après la pluie. Celle de certaines fleurs. Celle d’un jasmin dans un jardin ". Ces courts extraits de Marguerite, FLORE (1963) les a lovés dans L’odeur de la nuit était celle du jasmin, ouvrage inscrit dans la continuité de son précédent : Lointains souvenirs (2016) qui proposait une évocation autour de la jeunesse indochinoise de l’auteur de L’Amant. Comme le dialogue d’une fiction littéraire avec ses photographies en argentique, teintées au thé et cirée, en noir et blanc, " dans l’obtention de transparence et de délicatesse " dévoile FLORE en parlant de l’alchimie de ses tirages.

Livre magnifique, précieux, d’un format in-quarto étroit, aux gardes et contre-gardes en or - un rappel des chaussures en lamé doré de la jeune Marguerite de L’Amant -. Ce papier or captant la lumière et les reflets, se retrouve inséré dans l’ouvrage comme une scansion visuelle entre différents chapitres des lieux, des intérieurs, des lieux d’eau, de la rêverie, du temps des dix-huit ans de Marguerite. Sous le graphisme et la mise en page d’Adrián Claret et Nelly Riedel, cet ouvrage trouve sa vibration. Quel plaisir de le tenir en main. Il me fait tellement songer à Stèles de Victor Segalen imprimé à Pékin en 1912, dans cet usage de la pliure en accordéon à la chinoise.

 

In situ FLORE L’odeur de la nuit était celle du jasmin © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 29 octobre 2020.

Indochine, mousson, moiteur, beauté du Mékong, un voyage dans le temps dans l’exposition éponyme FLORE. L’odeur de la nuit était celle du jasmin. Exposition d’une soixantaine de tirages argentiques réalisés par l’artiste en chambre noire, teintés au thé et cirés, d'héliogravures réalisées par l'Atelier Helio'g, ainsi que de tirages pigmentaires sur Gampi marouflés sur feuille d’or. En regardant certaines images, l’on sent l’odeur de l’humidité et de la terre mouillée, si présente dans ce territoire liquide. Paysages à la lumière si impalpable, captés dans la douceur des moments matinaux ou de soirée.

Une traversée du temps dans ce voyage.

 

 

Le Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière en partenariat avec l’Académie des beaux-arts a été créé en 2007 à l’initiative de Marc Ladreit de Lacharrière, membre de l’Académie. Sa vocation est d’aider des photographes - français ou étranger et travaillant en France - confirmés à réaliser un projet significatif et à le faire connaître à travers une exposition au Pavillon Comtesse de Caen. Biennal depuis 2018 ce Prix est doté d’un montant de 30 000 €. Ce prix a été décerné à FLORE en 2018.

 

In situ FLORE L’odeur de la nuit était celle du jasmin © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 29 octobre 2020.

Le Prix Nadar Gens d’images 2020 couronnant cet ouvrage de FLORE récompense, depuis 1955, un livre consacré à la photographie ancienne ou contemporaine édité en France au cours de l’année. Il est attribué en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et le musée Nicéphore Niépce, sous le parrainage du ministère de la Culture.

 

FLORE. L’odeur de la nuit était celle du jasmin

28 octobre - 29 novembre 2020

suite au second confinement national du 30 octobre, l’exposition est prolongée du 15 décembre 2020 au 31 janvier 2021. Consulter cependant https://www.academiedesbeauxarts.fr/agenda

Pavillon Comtesse de Caen, Palais de l’Institut de France - Paris

commissariat Sylvie Hugues

FLORE. L’odeur de la nuit était celle du jasmin. Photographies de FLORE, extraits d’ouvrages de Marguerite Duras. Impression bi-chromie et quadri-chromie. Reliure à la japonaise. Format 17 x 31 x 2,5 cm.. 146 pages. Éditions Maison CF - Clémentine de la Féronnière. Tirage à 2 000 exemplaires. Une version italienne de ce livre est publiée chez Postcart. Prix 45 €. Il existe un tirage de tête à 30 exemplaires. https://www.maisoncf.fr/

 

 

In situ FLORE L’odeur de la nuit était celle du jasmin © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 29 octobre 2020.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article