Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Gilles Kraemer.      

 

Est-ce le bon moment entre la grisaille et la sidération ? s’interrogeait Serge Lasvignes, président du Centre Pompidou en présentant le Prix Marcel Duchamp 2020, quelques minutes avant qu’il ne soit décerné. Oui. L’art est indispensable. Nous avons besoin des artistes. Nous devons les soutenir. Et ceci est le travail de l’ADIAF, de son président [Gilles Fuchs], un vrai stratège. Dans un moment où de nombreuses manifestations s'annulent, c’est bien de montrer la diversité de la scène française.

 

Kapwani Kiwanga & Jérôme Poggi © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 19 octobre 2020, Centre Pompidou, Paris

La richesse et la complexité du projet de Kapwani Kiwanga, aux confins d’une réflexion entre anthropologie et art, ouvre à un vaste programme poétique et politique, véritable laboratoire de la pensée sur la mémoire et l’archive comme sources de transfiguration du monde d’aujourd’hui. ". C’est ainsi qu’à 18h 57, Bernard Blistène, Directeur du musée national d’art moderne - Centre Pompidou annonçait le lauréat du Prix Marcel Duchamp 2020 : Kapwani Kiwanga pour Flowers for Africa.

 

Bernard Blistène, Gilles Fuchs, les quatre nommés, Sophie Duplaix, Serge Lasvignes © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 19 octobre 2020, Centre Pompidou, Paris.

Il fallait jouer contre la montre. Couvre-feu oblige dans cette pandémie de la Covid-19. Étrange soirée raccourcie. Quelques minutes avant, il nous rappelait que nous devions " avoir conscience du travail des artistes, comment ils s’emparent de la violence du monde et la transfigurent dans une manière d’habiter le monde ". Kapwani Kiwanga recevait « Le Marcel », caché dans sa boîte verte, une sculpture marcel imaginée avec humour par Fabrice Hyber. Ainsi que 35 000 €.

19h 15. Dernières photographies. Soirée terminée. Le grand navire de l’art, privé de sa chenille, fermait impérativement à 20 h. Direction le dernier métro, dans la nuit et la ville presque vide, abandonnée de ses piétons et de ses voitures.  Et toujours ces travaux de voirie depuis des mois et des mois. Glaciale atmosphère.

 

Jérôme Poggi, Kapwani Kiwanga, Emanuele Coccia © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 19 octobre 2020, Centre Pompidou, Paris.

Née en 1978 à Hamilton au Canada, la démarche de cette artiste, vivant et travaillant à Paris, défendue par le rapporteur Emanuele Coccia, philosophe et critique d’art, a enlevé la décision du jury présidé par Bernard Blistène, composé Gilles Fuchs, Chris Dercon, Michèle Guyot-Roze, Gitte Ørskou, Akemi Shiraha et Marie-Cécile Zinsou (absente et représentée par Gilles Fuchs). « Une histoire qui fane […] cette botanique du temps est ce que nous appelons histoire » selon les mots d’Emanuele, pour Kapwani Kiwanga qui, après des études en anthropologie et en religions comparées, réalise des documentaires pour Chanel 4, suit un post-diplôme expérimental de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris complété par un passage au Fresnoy. Première exposition personnelle en 2014 au Jeu de Paume. Tout s’accélère. Les expositions se succèdent dans les lieux culturels. Aujourd’hui avec Haus der Kunst à Munich, Center for Contemporary Art à Rotterdam et le Pasquart Kunsthaus de Bienne. Prévue demain, en 2021, au Crédac et joie non dissimulée de Claire Le Restif derrière son masque, présente lors de cette remise puisqu’elle sera la commissaire de cette exposition à Ivry-sur-Seine. Aperçue également Annabelle Ténèze des Abattoirs et la galeriste Nathalie Obadia.

 

Kapwani Kiwanga et Jérôme Poggi © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 6 octobre 2020, Centre Pompidou, Paris.

Une œuvre de protocole avec des compositions florales pour un événement précis dont l’on ne voit pas la photographie mais seulement des fleurs coupées comme le faisait remarquer, quelques jours plus tôt, Sophie Duplaix commissaire de l’exposition des quatre lauréats du Prix. Présentation à laquelle Kapwani Kiwanga ajoutait qu’un bouquet était plus en phase avec l’événement [indépendance de la Tanzanie ou du Mozambique, adoption de la constitution de la Namibie…, en tout treize œuvres, du Nigéria au Ghana]. Comme une vanité ouvrant sur un champ de réflexions, comment réécrire l’histoire. ».

Que de chemin parcouru depuis vingt ans lorsque l’ADIAF décidait de se mobiliser pour la scène française ! Vingt ans, c’est un moment extraordinaire. Le Prix Marcel Duchamp incarne aujourd’hui un esprit ouvert et pluriel qu’illustre parfaitement la lauréate de cette 20e édition. ", selon Gilles Fuchs, fondateur de ce prix.

 

Hicham Berrada et Sophie Duplaix © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 6 octobre 2020, Centre Pompidou, Paris.

Enrique Ramirez et Sophie Duplaix © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 6 octobre 2020, Centre Pompidou, Paris.

Alice Anderson © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 6 octobre 2020, Centre Pompidou, Paris.

Les trois autres nommés étaient Alice Anderson pour Chromatiques Aléatoires, Hicham Berrada pour Présage et Enrique Ramírez pour Incertains. Défendus respectivement par la critique d’art Annabelle Gugnon, Jean-Jacques Aillagon (ancien président du Centre Pompidou de mars 1996 à mai 2002 puis ministre de la Culture, aujourd’hui directeur général de la Collection Pinault) et de l’anthropologue Ángeles Alonso Espinosa.

Kapwani Kiwanga est représentée par les galeries Poggi à Paris, Goodman Gallery à Johannesburg et Tanja Wagner à Berlin.

 

Les quatre nommés du Prix Marcel Duchamp 2020 Alice Anderson, Enrique Ramírez, Kapwani Kiwanga et Hicham Berrada, Centre Pompidou, juin 2020 ©Manuel Braun.

 

Prix Marcel Duchamp 2020. Alice Anderson, Hicham Berrada, Kapwani Kiwanga et Enrique Ramírez

7 octobre 2020 – 4 janvier 2021

Commissariat Sophie Duplaix

Catalogue aux éditions SilvanaEditoriale. Textes des quatre rapporteurs. Préface de Gilles Fuchs. Avant-propos de Bernard Blistène ces quatre artistes veulent-ils nous rendre compte d’un état de notre planète toujours plus menacée au sein duquel l’artiste est à la fois conscience et veille nécessaire ? ".  Texte de Sophie Duplaix les fleurs qui fanent de Kapwani Kiwanga renvoient à la question des lacunes de l’histoire, elle-même enfouie dans les images d’Enrique Ramírez ; les expériences d’ordre quasi-sismique d’Alice Anderson font écho aux épiphanies chimiques d’Hicham Berrada. Tout vient ici nous rappeler l’indicible puissance de l’art, en ces temps incertains. ".

 

© Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 19 octobre 2020, Centre Pompidou, Paris.

Les 20 ans du Prix Marcel Duchamp

19 œuvres des lauréats du prix présentés à l’étage des collections contemporaines, de Thomas Hirschhorn 2000 à Éric Baudelaire 2019, en passant par Carole Benzaken 2004, Latifa Echakhch 2013 et Saâdane Afif 2009

à partir du 21 octobre 2020

Commissariat Nicolas Liucci-Goutnikov

Centre Pompidou - Paris

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article