Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Gilles Kraemer.

 

Simon Vouet (Paris 1590 - 1649), Portrait du poète Louis de Neufgermain. Pastel et pierre noire sur papier beige. H. 227 mm ; L. 210 mm..  Provenance : Inventaire après décès de Simon Vouet, partie du n°293 ou du n°294 « Item un autre petit livre dans lequel il y a quinze testes de portraits designes par led. Deffunt »; collection Camille de Tournon, comte de Simiane, pair de France (1778 - 1833) ; puis par descendance aux propriétaires actuels.

Après le cardinal Jules Mazarin préempté par le musée du Louvre et les portraits de deux hommes vendus, ce printemps 2020, chez Christie’s Paris, voici que resurgit un dessin de Simon Vouet, sur le marché parisien du marché de l’art, le portrait du poète Louis de Neufgermain (1574 - 1662). (1)

Fils d'un clerc du Président de Thou, Louis de Neufgermain était au service de Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII et fréquentait le salon de Madame de Rambouillet.  Simon Vouet comptait parmi ses amis artistes Pierre Brébiette, dont il avait fait la connaissance en Italie. Ce dernier épousa une des filles de Neufgermain, Louise. Brébiette grava le portrait du poète en pied, publié en 1630 à Paris dans Poésies et rencontres du sieur de Neufgermain.

Figure excentrique, le poète aiguise la plume de Tallemant des Réaux, qui le prend comme cible dans une de ses Historiettes : « Neufgermain est un pauvre here de poete, fort vieux, mais fort droit ; encore bel homme, qui depuis longtemps porte une grande barbasse... . Neufgermain se fit une spécialité de poèmes dont les deux dernières syllabes composaient le nom du dédicataire. Dans cet exercice de style, il se permettait quelques licences, employant des mots latins, des formules enfantines ou des expressions en patois, ce qui lui valut la dénomination ironique de " poète hétéroclite ". Voici l’exemple de quelques vers tirés d’un poème en l’honneur de Gaston d’Orléans : " Sont-ce monts enlevés que j’oi comme un fragas [langage gascon pour dire fracas] / Par la fureur des vents, ou sichet [pour siégeait?] Phaeton, / Avec ses coursiers dépit de ses dégâts, / Plus qu’un aveugle n’est quand il perd son bâton ". Pris au jeu, Gaston d’Orléans répondit à l’éloge liminaire qui lui était adressé sur le même mode : " Bien que je sois un Poëte Neuf,/ Qui ne rima oncques en Ger,/Je veux parler jusqu’à demain,/ Des vertus du grand NEUFGERMAIN  ".

Il est proposé par la galerie Éric Coatalem à Paris. 

 

Vendus chez Christie’s Paris en mai 2020, trois autres portraits de Simon Vouet, appartenant à un ensemble identifié dans l’inventaire après décès de Simon Vouet le 3 juillet 1649, d’une grande fraîcheur, n’étaient jamais passés sur le marché de l’art. Ces trois dessins furent réalisés au cours de sa carrière parisienne de l’artiste, lorsqu’il travaille au service de Louis XIII dans les années 1635 et après son retour de Rome en 1627 (2).

 

Le record, en salle des ventes, pour un dessin de Vouet est toujours détenu par le Chien assis, adjugé 337 600 € (frais inclus) chez Artcurial, Paris, le 21 mars 2018 sur une estimation de 100 000 / 150 000 € (3)

Pierre noire et rehauts de craie blanche, quelques touches de pastel rose sur papier beige Trait d’encadrement à la plume et encre noire Collé en plein sur un montage ancien du XVIIIe siècle 27,30 x 20,50 cm (Rousseurs) © Crédit Artcurial

 

 

 

 

 

Simon Vouet, Portrait d'un homme âgé de soixante-quinze ans. Signé 'S. Vouet/ fecit', et inscrit et daté et 'AEtatis suae/ 75/ 1634' (en haut à droite). Pierre noire, sanguine, pastel sur papier beige, traits d'encadrement à la plume et encre noire. 17,6 x 15,6 cm.. Provenance Atelier de l'artiste. Camille de Tournon, comte de Simiane, pair de France (1778-1833) ; puis par descendance aux propriétaires actuels. Vendu chez Christie’s Paris, 27 mai 2020 © Crédit Christie's Paris.

 

 

 

 

 

Simon Vouet, Portrait du cardinal Jules Mazarin. Pierre noire, pastel sur papier beige, traits d'encadrement à la plume et encre noire. 27,5 x 20 cm.. Provenance Atelier de l'artiste. Camille de Tournon, comte de Simiane, pair de France (1778-1833) ; puis par descendance aux propriétaires actuels. Vendu chez Christie’s Paris, 27 mai 2020. Préemption pertinente du musée du Louvre pour 206 250 € frais inclus © Crédit Christie's Paris.

 

 

 

 

 

 

 

Simon Vouet, Portrait d'homme de profil, tourné vers la gauche. Pierre noire, pastel sur papier beige, traits d'encadrement à la plume et encre noire. 27,5 x 21 cm.. Provenance Atelier de l'artiste. Camille de Tournon, comte de Simiane, pair de France (1778-1833) ; puis par descendance aux propriétaires actuels. Vendu chez Christie’s Paris, 27 mai 2020 © Crédit Christie's Paris.

 

 

 

 

 

 

Le Catalogue raisonné de l’œuvre de Simon Vouet  est actuellement en préparation, par Arnauld et Barbara Brejon de Lavergnée, Alain Mérot et Véronique Meyer.

(1) Vente Artcurial, Paris, 21 mars 2018.  www.lecurieuxdesarts.fr/2018/03/trois-pastels-de-simon-vouet-et-autres-dessins-artcurial-semaine-du-dessin-2018-a-paris-settimana-del-disegno-a-parigi-ii.html

(2) Vente Christie’s, Paris, 27 mai 2020.  www.christies.com/features/Simon-Vouet-portraits-made-for-King-Louis-XIII-10343-1.aspx   &    http://www.lecurieuxdesarts.fr/2020/05/entre-italie-et-france-les-belles-feuilles-se-demasquent-chez-christie-s.html

(3) Lecture du catalogue de la vente Artcurial, Paris, 21 mars 2018, Maîtres anciens & du 19e siècle.   www.artcurial.com/fr/vente-3254-maitres-anciens-du-xixe-siecle

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article