Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Gilles Kraemer.     

 

Quel peut-être le lien entre Claude Monet (Paris 1840 - 1926 Giverny), Sophie Taeuber‑Arp (Davos 1889 - 1943 Zurich), pionnière de l’art concret géométrique, dadaïste, en association avec son époux Jean Arp (1886 - 1966) et Théo van Doesburg (1883 - 1931), et le plasticien Huang Yong Ping (Xiamen, province du Fujian 18 février 1954 - 19 octobre 2019, Ivry-sur-Seine) ? Mais, aussi Carmontelle (1717 - 1806)  auquel le domaine de Chantilly consacre actuellement une magnifique exposition.

 

Huang Yong Ping, Serpent d’océan, 2012 © ADAGP Huang Yong Ping. Photo. DR. Remerciements archives Huang Yong Ping et kamel mennour, Paris/London.

Ils sont tous retenus, pour la rentrée scolaire 2020, par le Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports dans le cadre du programme de l'enseignement de spécialité d'arts plastiques de la classe terminale, pour le thème des œuvres monumentales.

Pour Claude Monet, le père de l’impressionnisme, il s’agit du Cycle des Nymphéas du musée de l'Orangerie, entre 1897 et 1926. Pour Sophie Taeuber-Arp en association avec Jean Arp et Théo van Doesburg, il s’agit du chantier de décoration de L’Aubette (1927-1928) à Strasbourg, une œuvre d’art totale, intégrant le mobilier, la signalétique, ainsi que le traitement de l’éclairage, des sols et des plafonds. Cette œuvre monumentale réunissant café, restaurant, brasserie, salon de thé, ciné-bal, caveau-dancing, salle des fêtes - aujourd’hui disparue - demeure unique en son genre. Les dessins des décors sont conservés au musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg. Pour Huang Yong Ping, c’est son Serpent d'océan, 2012, une création pérenne dans le cadre du parcours Estuaire, installée à Saint-Brevin-les-Pins, Pointe de Mindin en Loire-Atlantique, une sculpture en aluminium longue de 128 mètres.

 

Huang Yong Ping avec Yannick Haury, alors maire de Saint-Brevin-les-Pins, lors d’une visite de l’artiste, en 2014. (© Yannick Haury)   https://actu.fr/pays-de-la-loire/saint-brevin-les-pins_44154/loire-atlantique-createur-serpent-docean-lartiste-chinois-huang-yong-ping-est-mort_28788396.html

 

Monumenta 2016, Empires de Huang Yong Ping• Crédits : Jean Nicholas Guillo / Le Parisien - Maxppp

Visite-déambulation au sein de l'exposition Monumenta 2016, au cœur de l’installation de Huang Yong Ping, artiste franco-chinois, qui s’est emparé de la nef du Grand Palais à Paris. Empires présente un gigantesque mur de conteneurs, un immense serpent et le chapeau de Napoléon Ier, réflexion autour du commerce et du pouvoir... https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/huang-yong-ping-monumental

www.estuaire.info/fr/oeuvre/serpent-d-ocean-huang-yong-ping/

Il est représenté par la galerie kamel mennour

 

Les autres artistes sont Jean Tinguely (1925-1991) et ses Méta-matics , Sol LeWitt (1928-2007) et ses Wall drawings, Vera Molnár (1924) et les dessins assistés par ordinateurs. Carmontelle, Louis Carrogis dit (1717-1806) pour Les Quatre Saisons, 1798, transparent long de 42 mètres, aquarelle, gouache et encre de Chine sur 119 feuilles de papier doublé de soie du musée du Domaine départemental de Sceaux (1)Barbara Kruger (1945) pour Untitled (Sans titre), 1994-95, dimensions variables, installation de sérigraphies photographiques sur papier. Cologne, museum Ludwig, collection Ludwig. William Kentridge (1955- pour More Sweetly Play the Dance (Jouer la danse plus doucement), 2015, dimensions variables, installation vidéo 8 canaux haute définition, 15 min, avec 4 porte-voix du musée des beaux-arts du Canada à Ottawa.

 

(1) Exposition  Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre,  Domaine de Chantilly. Du 5 septembre 2020 au 3 janvier 2021. Commissariat Nicole Garnier, conservateur général du Patrimoine chargée du musée Condé. 

De Mozart à Buffon, de Rameau au baron Grimm, Carmontelle dresse le portrait fidèle du tout-Paris du milieu du XVIIIe siècle : princes du sang, écrivains, philosophes, musiciens, scientifiques, belles élégantes du " temps de la douceur de vivre ", selon le mot de Talleyrand sur l’Ancien Régime. Grâce à Henri d’Orléans, duc d’Aumale (1822-1897), descendant des Orléans qui rachète la majeure partie de ce fonds en 1877, le musée Condé à Chantilly conserve la plus belle collection au monde de Carmontelle avec 484 portraits dessinés et un transparent.

Dans les années 1780, pour amuser la cour des Orléans, il met au point un système permettant de dérouler un paysage peint de façon continue sur plusieurs feuilles de papier collées. " Carmontelle, écrit Mme de Genlis, a eu l’idée de faire sur papier transparent une espèce de lanterne magique toute composée de gracieuses scènes d’invention représentant des paysages. ". Sa vente après décès en mentionnait onze réalisés de 1783 à 1804. Cinq sont aujourd’hui conservés dans des musées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article