Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Antoine Prodhomme

Antoine Prodhomme.

 

Pendule à musique au rhinocéros en bronze patiné, doré et corne verte d'époque Louis XV, vers 1750, par Jean-Joseph de Saint-Germain (détail) © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Sotheby’s Paris, 12 juin 2020.

 

Qui est le mystérieux collectionneur de cet ensemble, la quintessence des arts décoratifs français, le XVIIIe siècle, avec un pas en Italie et en Chine et une incursion dans le XIXe ? Vingt pièces, d’une Garniture de cinq vases en porcelaine de Chine bleu et or à monture de bronze doré, dynastie Qing, début du XIXe siècle, ex-collection Roberto Polo à, si l’on suit l’ordre du catalogue, une Paire de caisses jardinières de la fin de l’époque Louis XVI, vers 1790-1800, de provenance royale puisqu’elle fut livrée pour le roi d’Espagne Charles IV en 1802. Un moment de perfection de l'art français si l’on paraphrase le titre d’une exposition à La Monnaie que les moins de 60 ans n’ont jamais vue.

19 numéros sur 20 vendus pour un total de 2 962 500 €.

 

Pendule à musique au rhinocéros en bronze patiné, doré et corne verte d'époque Louis XV, vers 1750, par Jean-Joseph de Saint-Germain. Haut. 83 cm, larg. 50 cm, prof. 23 cm.. Le cadran et le mouvement signés Gille l'Ainé A Paris, le mouvement numéroté N°1028, la caisse surmontée d'un jeune indien et supportée par un rhinocéros sur une terrasse rocaille signée à l'arrière ST. GERMAIN ; le socle plaqué de corne teintée vert, contenant un mécanisme musical à carillon de treize cloches et vingt-trois marteaux, activé par la pendule ou par un levier © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Sotheby’s Paris, 12 juin 2020.

 

Stupéfiante pendule que celle-ci par sa grandeur, sa hauteur. Une pièce muséale par son importance. Ce rhinocéros, d’une vérité extraordinaire, fut très vraisemblablement ciselé d’après le plus fameux modèle vivant de l’époque, Clara un rhinocéros femelle en provenance d’Inde. Elle débarqua à Rotterdam le 22 juillet 1741 et effectua une tournée triomphale en Europe, princes et rois se pressaient pour la voir. En décembre 1748, elle était à Reims, et fut reçue en janvier 1749 par Louis XV à la Ménagerie royale de Versailles. À partir de février, elle passa cinq mois à Paris dans une baraque de la foire Saint-Germain, rue des Quatre-Vents. Elle posa pour Jean-Baptiste Oudry - son Rhinocéros grandeur nature sera une des vedettes du Salon de 1750 (aujourd’hui au Staatliches Museum de Schwerin, Allemagne), et elle sera le modèle pour les gravures de l'Histoire Naturelle de Buffon .Estimation 150 000 / 350 000 €. Adjudication 492 500 €.

 

Paire de caisses jardinières en marbres blanc et bleu turquin à monture de bronze doré au mercure de la fin de l'époque Louis XVI, vers 1790-1800, les bronzes par forestier probablement d’après un dessin de Jean-Démosthène Dugourc, achetée à Paris et livrée pour le roi d’Espagne Charles IV en 1802. 71cm x 57cm. x 49cm. © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Sotheby’s Paris, 12 juin 2020.

 

Ces jardinières furent acquises à Paris par le carrossier Arreiter et livrées pour le roi d’Espagne Charles IV. Les chiffres JC et MC qui apparaissent sur les caisses jardinières seraient ceux du souverain espagnol Carlos et de son épouse Louisa. Leur destin au sein des collections royales espagnoles reste mystérieux mais l’inventaire dressé à la mort de Ferdinand VII en 1833 apportera peut-être des éléments de réponse, à moins que ces deux jardinières n’aient été confisquées pendant les guerres napoléoniennes. Estimation : 600.000 / 1 million €. Adjudication 792 500 €.

 

Commode ovale ou en tambour arrondi par les "deux bouts" en marqueterie à fond d'écaille brune et cuivre gravés, placage d’ébène et bronze doré au mercure d’époque Louis XIV, vers 1705-1715, par André-Charles Boulle. Haut. 82 cm, larg. 129 cm, prof. 56 cm. © photo Sotheby’s Paris. 

 

Ce meuble atypique tant la forme est inédite dans l’histoire du mobilier est un "prototype" annonçant la commode, meuble emblématique du XVIIIe siècle. Provenant de la collection d’Antoine (1655-1738) ou Pierre Crozat (1665-1740), c’est l’un des tous premiers modèles de commode propre à l’ébéniste André-Charles Boulle, dont la forme dérive des bureaux à huit pieds auquel sont ajoutés des tiroirs en façade pour les adapter à leur nouvelle fonction de luxueux meuble de rangement. Estimation 400 000 / 800 000 €. Adjudication 792 500 €.

 

 

Commode ovale ou en tambour arrondi par les "deux bouts" en marqueterie à fond d'écaille brune et cuivre gravés, placage d’ébène et bronze doré au mercure d’époque Louis XIV, vers 1705-1715, par André-Charles Boulle. Haut. 82 cm, larg. 129 cm, prof. 56 cm. © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Sotheby’s Paris, 12 juin 2020.

 

Sotheby’s Paris a vendu son pendant le 5 novembre 2015 [commode ovale ou en tambour arrondi par les deux bouts en marqueterie à fond de de cuivre, écaille brune et étain gravés, placage d’ébène d’époque Louis XIV, vers 1705-1715 attribuée à André-Charles Boulle, estampillée E. LEVASSEUR et JME. Haut. 89 cm, larg. 126 cm, prof. 54 cm.. Vente Rohan-Chabot, le 10 décembre 1787, lot 317, achat du marchand Nicolas Lerouge ; -vente à Paris, Me Laurin, palais Galliéra, le 12 décembre 1964, lot 82 ;. -collection privée, Paris. Sur une estimation de 800 000 / 1 200 000 €, elle atteignit 1,203,000 €, frais inclus].

 

 

Grand vase couvert en porphyre rouge d'Égypte d'époque Louis XIV, probablement réalisé à Rome, vers 1680-1700. Le couvercle et la panse à décor de godrons, la prise en forme de dauphin. Haut. 59 cm, larg. 47 cm, prof. 25 cm.. Collection du Grand Dauphin ? © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Sotheby’s Paris, 12 juin 2020.

 

Ce vase a appartenu à Jacques Garcia et fut reproduit sur la couverture du catalogue de sa vente chez Sotheby’s New York en octobre 1990. Estimé 80 000 / 120 000 €. Adjudication 200 000 €.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fauteuil aux sphinges en bois sculpté et doré d'époque Louis XVI, vers 1785, par Mathieu de Bauve. Estampillé Bauve deux fois et numéroté 2226. Haut. 99 cm, larg 67 cm. © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Sotheby’s Paris, 12 juin 2020.

 

Mathieu de Bauve, menuisier reçu maître en 1754, est un artisan particulièrement novateur et créatif. Après son apprentissage chez Nicolas-Quinibert Foliot, il s’installe rue de Cléry, à l’enseigne du " Saint-Esprit ". Estimation 25 000 / 40 000 €.  Adjudication 50 000 €.

 

 

 

 

 

 

 

Fauteuil aux sphinges en bois sculpté et doré d'époque Louis XVI, vers 1785, par Mathieu de Bauve. Estampillé Bauve deux fois et numéroté 2226. Haut. 99 cm, larg 67 cm. © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Sotheby’s Paris, 12 juin 2020.

 

Garniture de cinq vases en porcelaine de Chine bleu et or à monture de bronze doré, dynastie Qing, début du XIXe siècle & Commode ovale ou en tambour arrondi par les "deux bouts", vers 1705-1715, par André-Charles Boulle © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Sotheby’s Paris, 12 juin 2020.  Adjudication de la garniture 25 000 €. 

 

Âge d'or des Arts décoratifs français | Collection de mobilier du XVIIIe siècle

Sotheby’s Paris

Exposition du 12 au 15 juin 2020

Vente 16 juin 2020

 https://www.sothebys.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cece 15/06/2020 16:27

Du coup, avez-vous une idée de qui est le mystérieux collectionneur ?

Gilles Kraemer 18/06/2020 13:39

pas du tout