Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Gilles Kraemer (d’après le dossier de presse).

 

Séjour de la Villa Seurat © Photo Françoise Hugier.

Soucieuse de préserver l’œuvre de Jean Lurçat (1892-1966), peintre-cartonnier de renommée internationale, également céramiste, grand rénovateur de la tapisserie du XXe siècle, élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1964, sa veuve Simone Lurçat a légué en 2010 à l’Académie des beaux-arts la maison-atelier de l’artiste située Villa Seurat (Paris XIVe), ainsi que les collections et le fonds d’archives qu’elle abrite.

 

Villa Seurat © Photo Françoise Hugier.

L’Académie a mené une réflexion portant sur la rénovation de la maison-atelier, œuvre de son frère, l’architecte André Lurçat (1894-1970), dans la perspective de son ouverture au public. Cette restauration s’attachera à mettre en valeur cette architecture novatrice et à restituer le lieu de vie et de travail de Jean Lurçat. La mise en conformité du lieu permettra de recevoir plus aisément les chercheurs et de présenter l’œuvre de l’artiste au public. Le groupement composé par h2o architectes, Equilibre structures, Gt2i et VPEAS a été retenu au terme d’un appel d’offres maîtrise d’œuvre lancé le 24 janvier dernier. Cette mission a débuté le lundi 29 juin 2020, pour une durée de 22 mois, travaux compris.

 

 

La maison-atelier de Jean Lurçat, villa Seurat, vers 1926. Photo DR © Collection Fondation Jean et Simone Lurçat.

Important témoignage du Mouvement moderne, construite en 1925, elle est la première des 8 maisons qu’André Lurçat édifia dans la Villa Seurat, l’un des trois ensembles urbains importants réalisés à Paris dans les années 20. La maison a été surélevée en 1929 pour créer un second atelier. Véritable lieu de mémoire, maintenue dans son état d’origine avec son décor et son mobilier, la maison-atelier a été classée monument historique en décembre 2018.

Depuis 2010, l’Académie des beaux-arts, à travers la Fondation Jean et Simone Lurçat qu’elle a créée, s’est attachée à un patient travail d’identification, de classement et de reconditionnement de ce fonds d’archives (correspondance, notes personnelles, manuscrits d’articles et de conférences, coupures de presse et publications, photographies, échanges avec ateliers de tissage, collectionneurs, conservateurs de musées et galeristes…). Elle a par ailleurs assuré l’entretien du bâtiment et pourvu aux travaux de première urgence (étanchéité, réfection de l’atelier du dernier étage…) tout en créant des réserves répondant aux exigences de la conservation des œuvres d’art.

L’Académie des beaux-arts organisera en 2021, une exposition consacrée à l’œuvre graphique de Jean Lurçat dans le Pavillon Comtesse de Caen du Palais de l’Institut de France.

 

Jean Lurçat, Au seul bruit du soleil. Scénographie de Jean-Michel Wilmotte Photo © Mobilier national, 2016.

En 2016, célébrant le cinquantenaire de la mort de Jean Lurçat, le Mobilier national, en partenariat avec la Fondation Jean et Simone Lurçat et l’Académie des beaux-arts lui consacra, à la Galerie des Gobelins, l'exposition Au seul bruit du soleil. Jean Lurçat. Scénographiée par Jean-Michel Wilmotte [membre de l’Académie] dans une évocation de la maison-atelier, cette exposition a présenté les différentes facettes de la carrière de cet artiste, dont le rôle fut déterminant dans l’histoire de la tapisserie au XXe siècle (4 mai - 18 septembre).  Il s'agissait de la première exposition organisée à Paris depuis celle du Musée national d’art moderne en 1958.

 

Elle fit redécouvrir un peintre singulier qui connut entre les deux guerres un grand succès en Europe et aux États-Unis. Commissariat de Christiane Naffah-Bayle, conservateur général du Patrimoine, directrice des collections du Mobilier national & Xavier Hermel, administrateur de la Fondation Jean et Simone Lurçat, Académie des beaux-arts / Institut de France.

 

Créé en 2005 à l’initiative de Simone Lurçat à la mémoire de son époux, le Prix Jean Lurçat récompense chaque année un ouvrage original récent de bibliophilie. Doté de 5 000 €, il est partagé entre l’illustrateur et l’auteur du texte.

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article