Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Gilles Kraemer (d'après le communiqué de presse).      

 

Giuseppe Penone gravant une plaque de cuivre, 2020. Photo © Archivio Penone. Gift of the artist in honor of Dina Carrara, 2019. Image courtesy Philadelphia Museum of Art, 2020.

En ces temps meurtris par la Covid-19, les Italiens, tels des Princes mécènes, sont d’une fabuleuse magnificence à l’égard des institutions muséales. En mars, au plus fort de la pandémie en Italie, le Cabinet des dessins et des estampes du musée des Offices recevait un don très important de 107 dessins anciens et eaux-fortes, réunis en une quarantaine d’années par le collectionneur Carlo Pineider. www.lecurieuxdesarts.fr/2020/03/carlo-pineider-offre-des-dessins-et-des-estampes-au-cabinet-des-dessins-et-des-estampes-des-offices.inestinabile-collezione-carlo-pi

 

Giuseppe Penone vient d’offrir des dessins au Centre Pompidou et au Philadelphia Museum of Art. De plus de 660 œuvres, cette double donation témoigne du fort attachement qu’il porte à ces deux institutions.

Pourquoi ce don à Philadelphie ? " Un musée est un lieu destiné à recueillir et à exposer des œuvres d'art ; certains musées non seulement remplissent cette fonction, mais sont en eux-mêmes des lieux uniques et spéciaux. Nullus locus sine genio est ": aucun lieu n'est dépourvu d'esprit. La singularité du Philadelphia Museum of Art est la présence, en ses murs, de l'œuvre Étant donnés de Marcel Duchamp. C'est une œuvre qui m'a toujours séduit par son mystère et son intemporalité et qui m'a donné le sentiment de connaître le musée qui l'accueille.". L’artiste a fait ce don en l'honneur de sa femme Dina Carrara.

 

Giuseppe Penone (Garessio, 1947), Le terre del mondo, 2013. Pastel et crayon sur papier. 98 x 48 cm.. Etude préparatoire pour le Louvre Abu Dhabi. Photo © Archivio Penone. Offert par l’artiste au Centre Georges Pompidou.

Pourquoi cette donation à Paris ? " J'ai passé toute une partie de ma vie à Paris, une ville que j'aime et dont je me sens proche. Beaucoup de mes œuvres me sont venues à Paris, et y ont d'abord pris la forme d'une esquisse ou d'un texte. Lorsque j'ai finalement décidé de me séparer d'un ensemble de dessins que j'avais conservés pendant des années, il m'est apparu évident qu'un lieu idéal pour eux serait le Centre Pompidou, un musée dont j'ai assisté à la naissance dans les années 70 et qui a abondamment dialogué au fil des ans avec mon travail par le biais d'expositions et d'acquisitions .".

 

 

Giuseppe Penone, Centre Pompidou, 21 avril - 23 août 2004.

En 2002, cet artiste associé à l’Arte Povera, offrait au MNAM Respirare l’ombra. Le Centre lui consacrait une rétrospective en 2004  En 2017 ,grâce à un don anonyme, trois grandes sculptures de Penone complétèrent la collection du Centre; deux salles lui sont consacrées dans l’accrochage permanent de cette institution parisienne. En 2013, il était l’artiste invité du Château de Versailles [les projets de Versailles figurent dans cette donation]. En 2017, il réalise une installation, en trois parties, commandée par le Louvre Abu Dhabi [les projets pour ce musée figurent dans cette donation].

 

Giuseppe Penone, Projet pour l’exposition Gian Enzo Sperone (Progetto per la mostra da G. Enzo Sperone), 1969. Crayon sur papier. 21 x 29.8 cm.. Gift of the artist in honor of Dina Carrara, 2019. Image courtesy Philadelphia Museum of Art, 2020.

 

Pour lui, " le dessin exerce une double fascination : la surprise sans cesse renouvelée qu'offre sa matérialité et la possibilité unique de visualiser un geste. " . Les 350 dessins donnés au Centre Pompidou et les 309 œuvres sur papier et 5 livres d'artiste donnés au Philadelphia Museum of Art constituent une part importante de l'ensemble du corpus d'œuvres sur papier de l'artiste. De nombreuses œuvres de ces ensembles n'ont jamais été exposées. Cette donation reflète l'incroyable palette de techniques et de matériaux apprivoisés par Penone dans ses œuvres dessinées (crayon, stylo à bille, aquarelle, café, encre de Chine, frottage, graphite, papier de riz, carton, papier japonais, papier brillant traité à la térébenthine, fusain, ruban adhésif et feuilles) et retrace son exploration de la peau comme seuil organique entre le soi et le monde naturel. Ces ensembles témoignent également de l'aspect sériel du travail graphique de Penone.

Tel un " dialogue " entre ces deux institutions, Scultura (Sculpture) (1974), composée de 20 feuilles de carton [48 x 64 cm. chacune], a été divisée entre elles. Cette œuvre laisse apparaître l'empreinte de la peau au graphite sur un ruban adhésif, telles de fines branches ou des toiles d'araignée enchevêtrées, qui s'étendent sur le support papier.

 

Giuseppe Penone gravant une plaque de cuivre, 2020. Photo © Archivio Penone. Gift of the artist in honor of Dina Carrara, 2019. Image courtesy Philadelphia Museum of Art, 2020.

 

En 2022, le Centre exposera cette donation exceptionnelle et Philadelphie lui consacrera une exposition.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article