Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Gilles Kraemer.

Dove sono i bei momenti / Di dolcezza, e di piacer ?

 

Depuis 2007, Audi talents valorise l’avant-garde dans la création et soutient les talents émergents. 14 années d’engagement à l’égard de 51 lauréats, artistes, designers, réalisateurs, compositeurs et créatifs pour leur permettre de réaliser et d’exposer leur projet innovant.

Les lauréats 2020 sont Marie-Sarah Adenis pour Ce qui tient à un fil, Charlie Aubry pour P3,450, le duo Henri Frachon & Antoine Lecharny pour Abstract design manifesto.

Chaque lauréat bénéficie d’une dotation de 70 000 € et Audi talents l’aide à mener à bien son projet, de sa conception et sa production jusqu’à son exposition et sa médiatisation.

 

Présidé par Gaël Charbau, commissaire d’expositions, membre du comité de sélection de Révélations Emerige - que l’on retrouve au jury du Prix SAM pour l’art contemporain 2020 - le jury Audi talents 2020 était composé de Franck Madlener, directeur de l’Ircam (Institut de Recherche et de Coordination Acoustique/Musique), Isabelle Bertolotti, directrice du MAC Lyon (musée d’Art Contemporain) et directrice artistique de la Biennale de Lyon et du designer Ramy Fischler. Ils eurent à départager les 10 finalistes (1). 275 candidats avaient répondu à cette édition.

 

Ce qui tient à un fil, projet présenté par M.S.Adenis © Marie-Sarah Adenis & Paul Bonlarron.

Tout ne tient qu’à un fil selon Marie-Sarah Adenis proposant une médiation sensible du génome afin de donner plus de prise à cette archive que chacun porte en soi. Cette expérience inédite consiste en une immersion dans le génome à travers une installation : La forêt chromosomique, qui se poursuit par une promenade virtuelle dans Le jardin des hélices [clin d’œil à celui des Délices de Jérôme B ou la forêt initiatrice de Hypnerotomachia Poliphili selon Francesco C ?].

Designer diplômée de l’ENSCI-Les Ateliers (École nationale supérieure de création industrielle) et biologiste diplômée de l’ENS-Ulm, Marie-Sarah Adenis cherche à rendre visible l’invisible. Ici, c’est à faire parler l’ADN qu’elle travaille. Non pour en tirer des analyses individuelles mais pour faire éclore les histoires communes, les phylogénies, qui nous relient depuis la nuit des temps et qui s’avèrent particulièrement précieuses au moment où le vivant traverse la crise de la pandémie de la COVID-19. (2)

 

Diplômé de l’école des Beaux-Arts de Toulouse, la pratique artistique de Charlie Aubry (1990, Lillebonne) est centrée autour du détournement des objets électroniques, qui deviennent pour lui des outils de création sonore et visuelle. Son projet P3.450 est une utopie critique d’un futur très proche où ces phénomènes de données collectées jusque-là invisibles, deviennent matérielles. Ces données sont exploitées en temps réel par une intelligence artificielle pour améliorer notre expérience de vie quotidienne. Il était nommé pour Révélations Emerige 2019.

 

Designers industriels formés à l’ENSCI-Les Ateliers, Henri Frachon & Antoine Lecharny proposent Abstract design manifesto, un projet d’exposition inaugurale du design abstrait autour de sujets élémentaires et énigmatiques : le trou, le jonc doucine, le triangle, le congé et la dissonance. À première vue, ces sujets paraissent éloignés, c’est par leur volonté d’en saisir l’essence qu’ils les rassemblent.

 

(1) Les 10 projets finalistes étaient ceux de Marie-Sarah Adenis, avec Ce qui tient à un fil ; Charlie Aubry, avec P3.450 ; le duo Pauline Bailay & Hugo Poirier, avec PLAN B - Alternatives à la vision dominante d’un futur robotisé ; le duo Henri Frachon & Antoine Lecharny, avec Abstract Design Manifesto ; Uèle Lamore, avec Loom ; Selma Lepart, avec Empires Autonomes ; Ugo Schiavi, avec The Présent Is The Key To The Past Is The Key To The Future ; Thomas Teurlai, avec Bootlegg / Aeroponics ; Florian Viel, avec Symphony For One Jungle And Some Tools; Mawena Yehouessi, avec NSNAMDLM (Nous Sommes Né.E.S Au Milieu De La Mer).

Un souhait : Quand les artistes cesseront-ils d’intituler leurs propositions en anglais ou de se ruer vers le modeux de l’écriture inclusive ? 

(2) Seconde année consécutive pour les lauréats issus de l’ENSCI . En 2019, ce furent Teddy Sanchez et Romain Weil. Aujourd’hui le duo Henri Frachon & Antoine Lecharny et Marie-Sarah Adenis.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article