Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Gilles Kraemer.   

Dove sono i bei momenti / Di dolcezza, e di piacer ?

 

© photographie François Benedetti.

Pari d’un Salon avec un vernissage virtuel ? C’est possible. Si le Salon International du Livre Rare, prévu au Grand Palais du 24 au 26 avril 2020, a été reporté au début septembre de cette année, son vernissage aura lieu… jeudi 23 avril… virtuellement. Un catalogue des pièces des exposants – livres, manuscrits, estampes -, dévoilé sur le site du Salon à 17 heures, tiendra lieu d’inauguration virtuelle. Présenté sous forme d’un livre numérique à feuilleter, ce catalogue collectif renverra aussi aux propres catalogues des participants. https://www.salondulivrerare.paris/

 

Paris, la ville du marché mondial du livre ancien, mais aussi la France, tant pour ses libraires que pour ses ventes aux enchères. Toutes les grandes bibliothèques se dispersent dans cette ville. Une dynamique que le Syndicat national de la Librairie Ancienne & Moderne (SLAM), présidé par Hervé Valentin – libraire à Orléans –, organisateur de ce Salon, démontre une nouvelle fois avec ce vernissage virtuel d’œuvres qui font faire battre le cœur de tous les amoureux du livre.

Comme cadre, celui du Grand Palais. Depuis avril 2007 et la présidence de Frédéric Castaing, la nef de ce lieu accueille ce salon, après la Conciergerie dès 1984 puis la Maison de la Mutualité à partir de 1993. (1)

 

© photographie François Benedetti.

Une première dans le domaine du livre ? Des livres présentés aux bibliophiles d’une façon virtuelle ? Ceci peut étonner tous ceux qui ne connaissent pas le monde du livre, ne sont pas des amoureux du papier, de l’illustration, de la typographie, de la reliure, de la provenance, des précédents propriétaires, de son histoire, enfin tout ce qui fait le plaisir du livre rare. Le livre qui correspond à la parfaite quadrature du cercle, ce que tout bibliophile attend d’un livre. "  Il n’y a rien de l’aventure humaine qui n’ait eu, à un moment donné, sa traduction sous une forme écrite ; pas un mouvement historique, une découverte scientifique, un voyage, une invention, un courant de pensée, une révolte, qui n’aient engendré lettres, manuscrits et livres imprimés. Le livre est une manière de chambre d’échos de la vie des hommes ».

 Ceci fait longtemps que l'amateur du livre découvre les ouvrages, non seulement d'une façon traditionnelle par la lecture du catalogue papier mais sous une forme numérique. Il connaît parfaitement l’outil de l’Internet qui n'a plus aucun mystère pour lui. Allant du site d'un libraire à un autre. Connaissant tous les https://www.livre-rare-book.com/ & https://www.abebooks.fr/ ou  https://slam-livre.fr/ & https://ilab.org/...

 

Rien de plus facile pour lui de commencer ainsi à découvrir le livre, à tout savoir de l'ouvrage. La seule lecture de la notice dit tout. D’où l’importance des notices qui permettent de tout savoir, précisément, sur l’ouvrage. " Parce qu’une notice ne doit pas être seulement la plus précise possible et justement documentée, elle doit aussi avoir des vertus apéritives. Notre métier ne consiste pas à écrire une thèse, mais à susciter le désir, à rendre le livre aimable, au meilleur sens du mot, y compris pour les plus difficiles ou ceux qui peuvent heurter. "

Le libraire l’aide à construire sa bibliothèque autour d’un thème, d’un écrivain, d’un courant de pensée, d’une école de littérature, d’une époque, d’un éditeur. " La relation qui s’établit alors entre un collectionneur et un libraire est question d’affinités, de chance et de confiance. Évidemment, le sel du métier, c’est de suivre pas à pas la construction d’une collection, de devenir une manière de conseiller. Mais il ne faut pas s’y tromper : on apprend souvent beaucoup plus des collectionneurs que nous ne leur faisons découvrir des domaines ou des livres inconnus. C’est un dialogue. Et nous sommes avant tout des fournisseurs, parfois des passeurs ". (2)

 

Pour Hervé Valentin, président du SLAM, " Il y a une vraie demande de la part de nos collectionneurs, surtout en cette période de confinement où ils ont du temps pour s’adonner à leur passion " souligne-t-il. " De nombreux libraires travaillent "en chambre", à proximité de leurs librairies, ou de chez eux. Ils sont rompus au contact téléphonique ou numérique avec leurs collectionneurs, malgré leur passion commune pour l’imprimé et la chose écrite. Les contacts sont nombreux en ce moment, preuve du statut sans doute particulier du livre ". 

 

Reporté du 4 au 6 septembre 2020, le Salon du livre rare réunira pour sa 32e édition 160 libraires, 16 galeries de dessins, 10 éditeurs d’art et 8 artisans du livre. 

 

(1) En ces temps de #confinement36 ce mardi 21 avril 2020, je vous conseille la relecture de Rouge cendres (2005) de Frédéric Castaing ou comment à New York, en 2001, une milliardaire lance un libraire parisien sur la piste de tous les manuscrits, documents originaux ou lettres français. Il doit notamment retrouver la collection de Sacha Guitry volée en 1944 par quatre adolescents. De corruption en assassinats, de jeux de piste en jeux de massacre, ce thriller culturel s'achève… Je vous laisse découvrir la suite... Bonne lecture, entre New York et Paris. Pas dans l'avion mais dans votre fauteuil..., pour un Voyage autour de votre chambre. 

 

(2) Les propos, au début de cet article, sont extraits d’une conversation que j’ai eu avec un libraire de la rue de l’Odéon, il y a cinq ans, en 2015. Des propos toujours d’actualité.

 

Le rédacteur de cet article est membre du Comité d’honneur du Salon International du Livre Rare.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Scanreigh 21/04/2020 13:40

Excellent G K 5 je vais participer à ce vernissage virtuel. Scan