Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Gilles Kraemer (d’après le communiqué).    

 

L'arte è vita e la vita è, anche, arte   #laculturanonsiferma   #iorestoacasa

 

Le CIPAC lance une enquête sur les conséquences de la crise sanitaire dans le secteur des arts visuels. Fédération des organisations professionnelles représentatives des institutions et des personnes qui se consacrent à la diffusion et à la promotion des arts visuels contemporains en France , le CIPAC - association créée en 1997 - représente la diversité des structures et des métiers qui fondent et animent ce secteur d’activités et il œuvre pour l’intérêt commun de ses adhérents. 

Il fédère à ce jour 27 associations dont l’AICA France (association internationale des critiques d’art présidée par Élisabeth Couturier), Astre (réseau arts plastiques et visuels en Nouvelle-Aquitaine, co-présidé par Catherine Texier directrice du Frac-Artothèque Nouvelle-Aquitaine - Limousin), d.c.a. (association française de développement des centres d’art contemporain, présidée par Sophie Legrandjacques directrice du Grand Café, centre d’art contemporain, Saint-Nazaire), le CPGA (comité professionnel des galeries d’art, présidé par Marion Papillon), Platform (réunissant 23 Frac, association présidée par Vitalie Taittinger, présidente du Frac Champagne-Ardenne) ou Tram (association fédérant des lieux engagés dans la production et la diffusion de l’art contemporain en Île-de-France, présidée par Aude Cartier, Directrice de la Maison des Arts de Malakoff).

Marianne Lanavère, représentante de d.c.a (également directrice du Centre international d'art et du paysage de Vassivières),  Marion Papillon, représentante du CPGA & Catherine Texier, représentante d’Astre, sont vice-présidentes du CIPAC.

Le CIPAC a pris l’initiative de concevoir et diffuser une enquête, afin de mesurer les retombées immédiates de cette crise sanitaire sans précédent sur notre écosystème. Comme le souligne Pascal Neveux, président de cette fédération, directeur du Fonds régional d’art contemporain (Frac) Provence-Alpes-Côte d’Azur, " cette mobilisation est la nécessaire condition d’un diagnostic constructif pour faire surgir des idées, des propositions, des pistes pour l’avenir de notre secteur et devenir les acteurs de notre propre changement. Nous ne pouvons qu’être optimistes face à cet élan commun aujourd’hui à l’œuvre et nous saurons en tirer tous les enseignements "..

Cette enquête sur les conséquences de la crise sanitaire dans le secteur des arts visuels est accessible par https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSck6lpw3PmeFnlkCjh2aBYV9hMaieKp_FhgVN2Q04O47_n8YA/viewform?vc=0&c=0&w=1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article