Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Gilles Kraemer (d’après le communiqué de presse).

 

L'arte è vita e la vita è, anche, arte   #laculturanonsiferma   #iorestoacasa

 

Le Gabinetto dei Disegni e delle Stampe degli Uffizi vient de recevoir un don très important de 107 dessins anciens et d’eaux-fortes, réunis en une quarantaine d’années par le collectionneur Carlo Pineider.

 

Cesare Dandini (1596 – Florence - 1658), Figura femminile. Pietra rossa su carta DR service presse Gallerie degli Uffizi.

Pour Carlo Pineider, il s’agissait " de sauver pour toujours ces " petites " œuvres d’art, les soustrayant à l’incertitude et à l’injuste sort d’un marché de l’art qui n'aurait eu aucun scrupule à disperser nos richesses culturelles, qu’elles soient importantes ou petites, mais toujours uniques. Les destiner à rejoindre aujourd’hui le Cabinet des Dessins et des Estampes des Offices, entre dans la logique des sentiments qui me lie à " mes feuilles "  et à cette prestigieuse institution de ma ville conservant des œuvres d'art graphique ".

 

Importante donazione di Carlo Pineider agli Uffizi. Eike Schmidt, directeur des Offices, souligne que " c’est avec une immense gratitude que les Offices accueillent la collection Pineider, l’une des plus importantes donations à cette institution depuis le siècle dernier. " Ajoutant, " qu’en ces temps difficiles, où l’Italie combat avec fierté l’ennemi microbiologique, ce don généreux, offert à tout le peuple italien, revêt une valeur particulière, comme l’exemple de l’altruisme et de l’esprit de sacrifice auxquels nous sommes appelés pour protéger la collectivité ".

 

Cette collection comprend 82 dessins, des débuts du Cinquecento aux dernières années du Settecento, principalement des artistes toscans mais également vénitiens, émiliens et romains. S’y ajoutent 25 eaux-fortes de Simone Cantarini (Pesaro 1612 - 1648 Verone), élève de Guido Reni. Elle rassemble des esquisses, les premières pensées de futures peintures, mais aussi des dessins finis. Pour Laura Donati et Donatella Fratini du Cabinet des Dessins & des Estampes des Offices, " certaines de ces feuilles merveilleusement conservées revêtent une grande importance dans le corpus graphique et pictural des artistes qui les ont dessinées ".

 

Giovanni Bilivert (attribué), Santa Teresa rivece l'Eucarestia. Pietre rossa su carta. DR service de presse Gallerie degli Uffizi.

Constituée de maîtres importants, cette collection rassemble aussi des artistes moins connus, rares et recherchés des connoisseurs. Parmi eux, le frioulan Francesco Zamolo (fin du XVIIe - post 1741) avec une rarissime feuille signée; Giovanni Mauro della Rovere detto il Fiamminghino (ca. 1575 -1640) avec deux feuilles; le bolonais Giuseppe Marchesi detto Sansone (1699 -1771) ; le vénitien Giovanni Carboncino (ca. 1638 - 1703) dont l’on connaît seulement neuf dessins, artiste absent de ce Cabinet et quatre dessins de Giovanni Battista Tempesti (Volterra 1729 – 1804 Pise).

Dans les dessins du XVI siècle, l’on retiendra une étude de Battista Franco detto Il Semolei (1498/1510 – Venise - 1561) pour la Natività della Vergine, feuille préparatoire pour les fresques de l’abside du Duomo d’Urbino, projet conçu vers 1545 mais non exécuté. Cette étude est l'un des rares souvenirs du projet de ce cycle pictural. Deux dessins sont attribués à Domenico Campagnola (Venise 1500 – 1564 Padoue), Moïse recevant les tables de la loi et une feuille double face avec une Étude de paysages et des Études de personnages.

Les dessins du Seicento constituent la part la plus importante de cette donation, dans le large éventail des schizzi (esquisses), des studi (études), des dessins terminés, des modèles, tous dans des techniques diverses.

 

Je renvoie à l'exposition Studi & Schizzi. Dessiner la figure en Italie. 1450 - 1700 à la Fondation Custodia à Paris (15 février - 10 mai 2020). Dans le livret d'exposition offert à tous les visiteurs - c'est la tradition voulue par Ger Luijten, le directeur de cet extraordinaire endroit, le temple de la "belle feuille" -, Maud Guichané, commissaire de cette exposition, relève " qu'en italien, disegno désignait aussi bien le projet intellectuel d'une œuvre (dessein) que son exécution formelle (dessin). Federico Zuccarri (vers 1450 - 1609) distinguait ainsi le disegno interno, image mentale, et le disegno esterno, image matérialisée.".  

 

Battista Franco (ca. 1510 -Venise - 1561), Natività della Vergine. Penna e inchiostro, inchiostro diluito e biacca su carta. DR service presse Gallerie degli Uffizi.

Les artistes florentins sont largement représentés, en particulier avec six feuilles de Baldassarre Franceschini detto il Volterrano (Volterra 1611 – 1689 Florence), parmi lesquelles un dessin double face Studio per la figura di san Giovanni Battista (recto) et Studio per una Sibilla (verso). Toujours de Franceschini il faut retenir Santo Stefano protomartire, étude pour la fresque de la Tribuna de Santissima Annunziata à Florence, étude qui vient compléter d’autres dessins de ce projet conservés aux Offices ainsi que la feuille du Martirio delle sante Attinia e Greciniana datable des années 1680. L’on soulignera qu’il y a quelques semaines les Friends of the Uffizi Galleries, la branche étasunienne des Amici degli Uffizi, acquirent pour cette institution deux dessins de ce même maître.

Des dessins vénitiens, l’on retient l’Adorazione dei Magi attribuée à Marcantonio Bassetti (1586 -Vérone - 1630), d’après le tableau de Federico Zuccari pour San Francesco della Vigna à Venise (1564). Parmi les peintres d’Émilie, Scena allegorica, sanguine de Giuseppe Maria Mitelli (1634- Bologne -1718). Le Settecento est représenté, entre autres, avec des dessins de Giovanni Domenico Ferretti (1692 – Florence - 1768), dont le fonds du Cabinet conserve un vaste ensemble.

Jacopo Negretti detto Palma il Giovane (1548/1550 – Venise - 1628), Ritratto della moglie. Penna e inchiostro. DR service presse Gallerie degli Uffizi.

 

L’écriture de ce texte m’a permis de me replonger dans la lecture de l’ouvrage d’Éric Pagliano accompagnant L’atelier de l’œuvre : dessins italiens de Raphaël à Tiepolo, musée Fabre, 2013, préface de Michel Hilaire.

 

 

En raison de la gravité de la situation à l’échelle internationale liée à l’évolution du COVID-19 et afin de préserver la santé de tous, les organisateurs du Salon du dessin ont décidé d’annuler la 29ème édition de la manifestation qui avait été reportée du 25 au 30 mars 2020 au 28 au 31 mai 2020 au Palais Brongniart. Le Salon du dessin qui fédère de nombreux événements à Paris pendant une semaine n’aura donc pas lieu cette année. Rendez-vous en 2021. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article