Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Le Prix HSBC pour la Photographie fête ses 25 ans cette année. 25 années d’une histoire qui a vu naître nombre de talents, reconnus sur la scène artistique internationale aujourd’hui : Valérie Belin (en 2000), Noémie Goudal (en 2013), Eric Baudelaire, Rip Hopkins, Marina Gadonneix, et tant d’autres.

Louise Honée et Charlotte Mano sont les lauréates de l’édition 2020 de ce prix de photographie.

Leur travail sera présenté à la Galerie Esther Woerdehoff, Paris, du 3 septembre au 10 octobre 2020 et non plus au printemps 2020 comme ceci était prévu, crise du Covid-19 oblige.  

 

We Love Where We Live © Louise Honée

Dans cette série We Love Where We Live (Nous aimons où nous vivons), Louise Honée (1974, Nijmegen, Pays-Bas), capture les regards d'enfants et de jeunes adultes. Leur identité est étroitement liée à la région où ils grandissent : le comté de McDowell en Virginie Occidentale, en partie situé dans les montagnes boisées des Appalaches, autrefois l’une des régions les plus riches des États-Unis en raison de l’exploitation du charbon. Aujourd’hui, l’une après l’autre, les mines ferment et les emplois disparaissent. Beaucoup ont perdu leur emploi et sont partis, laissant derrière eux des villes fantômes.

" Je me suis demandé quelles perspectives d’avenir sont encore offertes à ces jeunes qui vivent souvent avec leurs grands-parents ou d’autres membres de leur famille, plutôt qu’avec leurs parents biologiques. Quelque part sur la route se trouve un panneau portant l’inscription : We Love Where We Live. Je reste fascinée par cette contradiction apparente : les problèmes évidents de la région et l’intense solidarité des gens. Dans cette œuvre, je tente d’illustrer leur vulnérabilité et leur détermination et, d’une manière cinématographique, je saisis la beauté cachée dans la pauvreté et l’insécurité. We Love Where We Live traite de la construction de soi-même et de son identité propre. Je pose alors dans ces images un filtre doux, presque réconfortant, sur les aspérités tranchantes d’un sujet difficile".

We love where we live fut réalisée entre le printemps 2017 et l’automne 2019.  

 

Thank you mum © Charlotte Mano

Selon Charlotte Mano (1990, vit et travaille à Paris) Thank you mum est d’abord un travail de résistance qui se déploie au travers d’images, de vidéos et d’installations. "Je photographie ma mère depuis qu’elle est atteinte d’une maladie incurable (un an et demi). Que faire lorsque l’on se retrouve face à un destin que l’on sait déjà sombre ? Lorsque le compte à rebours a commencé, que me reste-t-il avec celle qui compte le plus pour moi ? Isolée avec ma mère dans la campagne française, j’ai d’abord tenté d’exprimer une relation mère-fille, une expression qui s’est transformée au fil des jours en un hommage pudique et poétique à ma propre mère. Ce travail difficile, mais salvateur, évolue et s’emplit chaque jour d’expériences du quotidien. On ne peut nier une atmosphère étrange, presque ésotérique et de l’ordre du rituel, comme si je cherchais par tous les moyens à conjurer le mauvais sort, à utiliser tous les moyens de sauvegarde et d’enregistrement pour suspendre le temps et garder ma mère auprès de moi. Alejandro Castellote emploie une phrase très juste lorsqu’on regarde l’ensemble de la série : « she asks for a miracle ». C’est la chose la plus significative que j’ai pu réaliser en tant que photographe ; je sais déjà que les morceaux d’intimité que vous voyez ici formeront au fil des années l’édifice de ma vie. ".

 

C’est à Fannie Escoulen que revenait, cette année, la proposition des 12 photographes. Diplômée de l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles, cette commissaire d’exposition indépendante est spécialisée en photographie contemporaine. Directrice adjointe du BAL à Paris de 2007 à 2014, puis directrice artistique du Prix Levallois de 2015 à 2017, elle fut chargée en 2018 par le ministère de la Culture d’une programmation autour des femmes photographes à Paris Photo. Cette année 2020, elle sera commissaire de l'exposition de Laurence Aëgerter (1972 Marseille) au Petit Palais à Paris et d'une exposition du photographe basque Jon Cazenave (1978 San Sebastián), à San Sebastián

Présidé par Christophe de Backer d'HSBC Global Asset Management, le comité se compose de cinq personnes d’HSBC et de cinq personnes qualifiées : Christian Caujolle, fondateur de l’agence et de la Galerie VU ; François Cheval, commissaire indépendant ; Chris Clark Marketing Executive – Fish Pond Productions ; Axelle Davezac directrice générale de la Fondation de France et Chantal Nedjib, présidente de L’image par l’image.

 

Les 10 autres photographes proposés par Fannie Escoulen, conseillère artistique, aux membres du Comité exécutif, étaient : Vincent Catala (1975, Paris) pour "Rio, Ville Invisible" ; Elena Helfrecht (1992, Allemagne) pour "Plexus" ; Hari Katragadda & Shweta Upadhyay pour "I'll Be Looking At The Moon, But I'll Be Seeing You" ; Marie Leroux (1966) pour "L'heure bleue" ; Camille Lévêque (née en 1985, Paris) pour "In Search of the Father" ; Yannis Roger (1985) pour "Blocs Erratiques" ; Miguel Proença (1984, Porto, Portugal) pour "The Buzzer"; Ioanna Sakellaraki (1989) pour "The Truth is in the Soil" ; Francesco Merlini (1986, Aoste, Italie) pour "Akodessawa" et Igor Tereshkov (1989, Ukraine) pour "Oil and Moss".

 

 

Quatre expositions sont prévues en 2020 pour ces deux lauréates. Galerie Esther Woerdehoff, Paris, 30 avril - 6 juin ; Hôtel de Beaujeu, Arles, 29 juin - 31 août ; Centre Photographique Marseille, 2 octobre - 24 octobre et du 20 novembre au 31 décembre à la Cité Musicale-Metz - Galerie d’exposition de l’Arsenal. Dates à vérifier suite à la pandémie du Covid-19 au printemps 2020 qui annula toutes les manifestations.

 

Ces deux artistes bénéficient de la publication de la première monographie aux Éditions Xavier Barral (https://exb.fr/fr/home/411-we-love-where-we-live.html & https://exb.fr/fr/home/412-thank-you-mum.html), d’une aide à la production de nouvelles œuvres présentées lors de la dernière étape de l’itinérance et de l’acquisition par HSBC France de six œuvres pour son fonds photographique.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article