Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Très attendue, Lucrèce d'Artemisia Gentileschia. Pour elle, 4 777 000 € frais compris furent prononcés, raptée par un collectionneur européen. Au marteau, Matthieu Fournier, directeur du département Maîtres anciens et du XIXe siècle d'Artcurial. Depuis 50 ans, elle était dans une collection privée, exposée une seule fois, à Genève, en 2004.

Artemisia Gentileschi (1593 Rome - Naples vers 1652), Lucrèce, circa 1630. 96,50 x 75 cm.. Provenance : acquis à Cannes dans les années 1980 par l'actuel propriétaire; collection particulière, Lyon. Exposition : Cléopâtre dans le miroir de l'art occidental, Genève, musée Rath (28 mars - 1 août 2004). Estimation 600 / 800 000 €. Adjudication 4 777 000 € frais compris © Artcurial

C'est un record mondial pour Artemisia Gentileschi. Son précèdent record fut de 2 360 600 € à l'Hôtel Drouot, le 19 décembre 2017 pour Autoportrait en Sainte Catherine d'Alexandrie, toile plus petite (71 x 71 cm.), achat du marché de l'art. Cette palme du martyre fut ensuite acquise par la National Gallery de Londres pour 3,6 millions de £. Intéressante plus-value.

Matthieu Fournier, directeur du département Tableaux anciens et du XIXe siècle d’Artcurial adjuge le numéro 36, Lucrèce, 13 novembre 2019 © Artcurial

Dans un état exceptionnel de conservation, cette toile fut peinte dans les années 1630, au cours du premier séjour napolitain de l'artiste (1630-1638) Elle peut être considérée comme un portrait autobiographique d'Artemisia, tant l'histoire de Lucrèce et celle du peintre sont voisines. Victimes d'un viol, elles firent toutes deux face au déshonneur.

Détail. Artemisia Gentileschi (1593 Rome - Naples vers 1652), Lucrèce, circa 1630. 

La seule issue pour la patricienne romaine Lucrèce, subissant l'outrage physique de Sextus Tarquin, l'un des fils du roi de Rome Tarquin le Superbe et refusant de vivre dans le déshonneur sera de se donner la mort, entraînant ainsi la révolte romaine contre la royauté et l'établissement de la République. C'était en 509 avant J.-C..

Le tempérament d'Artemisia lui permettra de renaître à travers l'accomplissement magistral de son œuvre de peintre. Parmi les collaborateurs de son père, le peintre Orazio Gentileschi, se trouvait le paysagiste Agostino Tassi. Outrageant Artemisia âgée de 17 ans, il lui promet le mariage, chose impossible car il était marié. Orazio et Artemisia attaquent en justice le violeur qui sera condamné à l'exil. Épousant le peintre florentin Pierantonio Stattiesi, elle sera la première femme à intégrer l'Accademia del disegno de Florence à l'âge de 23 ans. Elle installe à Rome un atelier, séjourne trois ans à Venise, puis s'installe à Naples.

Ecole florentine, vers 1550, Portrait d'homme en buste de face. Crayon noir, estompe et rehauts de craie blanche. 40,50 x 28, 50 cm.. Filigrane, Briquet n°12808, utilisé à Bruxelles en 1551, sans doute fabriqué en France. Petits frottements. Provenance : Collection Henri de Peyerimhoff de Fontenelle; Puis par descendance; Collection particulière du Centre de la France. Estimation 40 000 / 60 000 €. Adjugé 169 000 €, frais compris.

Une magistrale belle feuille aussi lors de cette vente comportant quelques dessins. 

Il est tentant de situer l'artiste, auteur de ce portrait, dans la suite d'Agnolo di Cosimo di Mariano detto il Bronzino (1503- Florence -1572), vers 1550, malgré le filigrane au papier répertorié par Briquet comme ayant été utilisé à Bruxelles vers 1550. L'influence de Michel-Ange et de ses portraits dessinés est évidemment prégnante à Florence. L'on ne peut s'empêcher de penser aussi à Daniele da Volterra detto Il Braghetone.

Son regard, toute en intériorité, me fait songer à celui de Lodovico Capponi de la Frick Collecion. Heureux acheteur. Verra-t-on bientôt réapparaître cette magistrale feuille avec une attribution ? A suivre attentivement, très attentivement.

Total de la vente 9 231 220 € frais compris. 65 lots invendus sur 185 lots. Artcurial Paris. Mercredi 13 novembre 2019. Semaine Fine Arts Paris et semaine des Beaux-Arts.

Gilles Kraemer

 

f

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article