Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

 De Chagall à Caillebotte - des vues du Petit-Gennevilliers-, de Léger à Di Rosa l'art s'expose dans 15 conteneurs de 3 tonnes !

Hervé Di Rosa, La Guerre de 1914 – 1918. Huile sur toile. 159 x 119 cm.. © 7 A VOIR / Collection particulière / Valenton

Les 3 000 m² de la Halle des Grésillons Gennevilliers accueillent, commissariat de Noël Coret, Trésors de Banlieues rassemblant près de 260 œuvres. Cette initiative est née de la coopération entre la mairie de cette ville et l'association L'Académie des Banlieues regroupant des collectivités territoriales décidées à changer les idées reçues sur les banlieues.

Jean Amblard (1911-1989), Avenue de la Libération. Huile sur toile, 58 x 71 cm.. © Didier Comelle / Ville de Gennevilliers.

Cinquante-trois collectivités ont répondu oui à la proposition de cet événement inédit soit 45 collectivités d'Île-de-France auxquelles huit de province se sont jointes, d'Allonnes au musée Goya de Castres, de la Galerie municipale Édouard Manet de Gennevilliers à Givors, du Centre Tignous d’Art contemporain de Montreuil à Tremblay-en-France, de Vénissieux à la Galerie Municipale Jean Collet de Vitry-sur-Seine. 

Hormis deux grandes peintures d’église du 17e siècle, les bijoux d’Elsa Triolet, un couteau gravé d'un squelette ailé par Goya venu de Montreuil-sous-Bois ou la reconstitution de la barque de Maupassant, l'on peut découvrir des dessins, peintures, photographies, sculptures, céramiques, tapisseries et livres d’art, de l'impressionniste à la figuration narrative, de l'abstraction au street art. Point fort, une immense toile de 8 mètres de Ladislas Kijno (1921-2012), Hommage à Angela Davis et aux frères de Soledad, venue de Gennevilliers. Cette toile, ayant appartenu à une autre municipalité, fut abandonnée lorsque la couleur politique de celle-ci changea.  Roulée et abîmée, elle appartient maintenant au Fonds municipal d'art contemporain de Gennevilliers.  

Francis Picabia (1879-1953), Portrait charge d'Érik Satie relatif au ballet Relâche, 1924. Pochoir couleur, 32,5 x 12,5 cm.. © DR / Archives départementales du Val-de-Marne.

"Témoigner de son temps par tous les moyens de l’art" met en scène la vie en banlieue du XXe siècle à nos jours. "Les formes successives des banlieues soumises à la création artistique" révélent les bouleversements de la mutation des paysages ruraux vers des paysages urbains. "Ce que nous disent les rues et les murs des banlieues" nous fait pénétrer le quotidien. "Un art décoratif pour les mairies" permet d’appréhender la variété des acquisitions des mairies. "Guerres et révolutions : résonances en banlieues" témoignent de l’écho d'épisodes historiques tragiques. Créations musicale, littéraire ou picturale sont présentes et "L’Art sacré aux yeux de tous" aborde la question de la foi et de la religiosité.

Gilles Kraemer

Trésors de banlieues

Halle Des Grésillons (juste à côté du théâtre T2G) - Gennevilliers - Hauts-de-Seine

4 octobre - 30 novembre 2019

www.ville-gennevilliers.fr/30-4264/fiche/tresors-de-banlieues.htm

 

ce texte a été publié dans la revue Artaïs, n°23, octobre-décembre 2019, en un propos plus resserré

 artais-artcontemporain.org/wp-content/uploads/2019/10/Journal_23-web.pdf

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article