Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

The Death of James Lee Byars. Un des événements collatéraux très fort de cette 58e Biennale de Venise qui ne restera pas dans les mémoires pour ses Pavillons et son exposition centrale aux Giardini et à l'Arsenale nullement bouleversants et intéressants. Les coups de cœur, de cette manifestation officielle qui peine, étaient à trouver hors de ces deux lieux institutionnalisés.

In situ Chiesa di Santa Maria della Visitazione, Venise, James Lee Byars The Death of James Lee Byars 1994. Feuilles d’or, plexiglas et cristaux Swarovski. 602 x 560 x 485 cm.. © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, mai 2019, semaine presse Biennale de Venise.

Créée en 1994, au moment où James Lee Byars (Détroit, Etats-Unis 1932 - 1997, Le Caire, Égypte) luttait contre son cancer, cette pièce est incontestablement l’une de ses œuvres les plus intimes et chargées d’émotions.

Dans l’installation, Byars présente une image de sa dernière demeure : une chambre gigantesque, aux murs, plafond et au sol entièrement recouverts de feuilles d'or. Il est absent dans cet environnement arachnéen; seuls un cénotaphe et cinq cristaux indiquent l’endroit où son corps était étendu.

In situ Chiesa di Santa Maria della Visitazione, Venise, James Lee Byars The Death of James Lee Byars © Formentini Zanatta.

Cette exposition vénitienne met en lumière une des installations de Byars les plus iconiques dans cette église du XVIe siècle, sous la protection de la Vierge et des quatre Évangélistes.  La Vanhaerents Art Collection (fondée en 2006 par l'entrepreneur en bâtiments Walter Vanhaerents et ses deux enfants) a souhaité que le compositeur et artiste visuel Zad Moultaka (1967 à Wadi Chahrour, Liban; vit et travaille à Paris & à Beyrouth) crée une œuvre audio spécialement pour cette occasion. A travers son intérêt pour l’éphémère, le symbolisme, les rituels et les cultures antiques, Zad Moultaka fait preuve de correspondances avec James Lee Byars dans cette présence forte, d'une rigueur conceptuelle saisissante et percutante.

In situ, Zad Moultaka, ŠamaŠ, Soleil Noir Soleil © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, mai 2017, Pavillon du Liban, Arsenale, Tese Novissime, semaine presse Biennale de Venise.

Zad Moultaka n'est pas un inconnu de la Sérénissime; en 2017, il représenta le Liban à la 57e Biennale di Venezia avec ŠamaŠ, Soleil Noir Soleil, à l'Arsenale, mêlant une sculpture - un réacteur Rolls Royce Avon MK 209 pour avion bombardier, du son et de la vidéo autour du dieu babylonien du soleil et de la justice, face à une immense mur (commissariat d'Emmanuel Daydé).

In situ Chiesa di Santa Maria della Visitazione, Venise, James Lee Byars The Death of James Lee Byars © Formentini Zanatta.

Dans cette nouvelle installation, Vocal Shadows, Zad Moultaka - en collaboration avec l'IRCAM - Centre Pompidou pour la création de cette installation audio immersive - s’avance de manière subtile dans l’œuvre et les idées de Byars, proposant une méditation profonde sur la mort comme condition existentielle et à la fois processus génératif symbolique à l’égard de la signification. Comprenant seize haut-parleurs placés entre maître-autel et autels latéraux, sa pièce audio-immersive évoque un chœur funèbre, celui du Livre des morts, un Requiem à plusieurs voix. A mesure que les paroles et les sons se dispersent de manière rythmique dans tout l’espace de cette église, ils se combinent dans des motifs acoustiques sans cesse changeant, en des cycles audio stéréo de 8 à 12 minutes.

" J’espère que l’expérience que feront les gens de la façon dont je m’exerce à ma propre mort sera utile pour eux-mêmes " - James Lee Byars.

James Lee Byars, The golden tower, Campo San Vio, Dorsoduro © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, semaine presse, mai 2017, 57ème Biennale de l'art de Venise.

James Lee Byars, l'on se souvient de lui à la Biennale de 2007 lorsque fut présenté l’érectile Tour d'or sur le Camp San Vio, en bordure du Grand canal. Dans un parcours assez coquin de la Biennale, entre urinoir, doigt d'honneur ou plugs.

www.lecurieuxdesarts.fr/2017/05/une-57eme-biennale-de-l-art-de-venise-coquine-l-

Gilles Kraemer

déplacement et séjour à titre personnel à Venise

© Le Curieux des arts Gilles Kraemer, mai 2019, semaine presse Biennale de Venise. 

The Death of James Lee Byars - Zad Moultaka in dialogue

11 mai - 24 novembre 2019

commissariat Walter Vanhaerents

Chiesa Santa Maria della Visitazione

Fondamenta Zattere ai Gesuati, 30123 Venise - vaporetto Zattere

58e Biennale Internationale d'Art - Venise - événements collatéraux

vanhaerentsartcollection.com/

zadmoultaka.com/blog/projets/samas-soleil-noir-soleil-2017-2018/

© Le Curieux des arts Gilles Kraemer, mai 2019, semaine presse Biennale de Venise.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article