Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Coup de tonnerre en 1962 à Lausanne, dans le bien sage Palais de Rumine, musée des Beaux-Arts. Première Biennale de la tapisserie. Il fallait oser. Et l'on osa pour cette première édition.

A l'origine de cette (r)évolution de l'art textile, de sa vitalité éruptive et de sa créativité, des liens d'amitiés unissant le français Jean Lurçat (1892-1966), les suisses Pierre Pauli (1916-1970) et son épouse la galeriste Alice (1922) qui donneront naissance au Centre international de la tapisserie ancienne et moderne.

Les seize éditions de la Biennale, jusqu'en 1995, consacreront Lausanne comme "la Venise" de l'art mural.

 

Elsi Giauque (1900-1989), Élément virtuel spatial. Laine, soie, fils synthétique, lin, métal. Exécution d'Elsi Giauque et Käthi Wenger. Mudac, Lausanne. 4e Biennale de 1969 // Mario Prassinos (1916-1985), King Lear, 1963. Laine et coton. Tissage Manufacture des Gobelins, Paris. Mobilier National. 2e Biennale de 1965 © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, juillet 2019, Centre culturel et artistique Jean Lurçat, Aubusson.

 

Comme le souligne Bruno Ythier, co-commissaire de cette magistrale exposition de 33 tapisseries réunissant 29 artistes, d'Henri-Georges Adam à Jan Yoors - retrouver celles qui furent accrochées aux cimaises du Palais lausannois fut un véritable enjeu pour les deux commissaires, dans leurs recherches entre Canada, États-Unis et Pologne - "Lurçat et les Pauli veulent cette première édition comme un "sismographe" de l'actualité de la tapisserie mondiale" insistant sur le fait que "l'artiste crée lui-même son carton et l'artisan lissier exécute le tissage de l'œuvre [...] une relation artiste / artisan... .". Sismographe certes mais Marc Petit peintre-cartonnier n'hésite pas à user de "sidération" face à la présentation des tapisseries d'Europe centrale, "choc esthétique violent, comme un concert réunissant du Vivaldi et du John Cage sur une même scène" insiste Bruno Ythier.

 

Jolanta Owidzka (Pologne 1927), Le silence. Laine. Tissage atelier de l'artiste, 1962. Musée central des textiles Łódź. 1ere Biennale de 1962 © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, juillet 2019, Centre culturel et artistique Jean Lurçat, Aubusson.

 

59 tapisseries de 17 pays pour cette première édition, choc de la démarche entre le duo artiste / lissier (Lurçat, Terre Air Eau Feu et Le Corbusier Unesco, pièce mythique et de bravoure par sa taille, offerte par la Confédération suisse à l'organisation internationale) et l'œuvre conçue et tissée par l'artiste lui-même (la canadienne Mariette Rousseau-Vermette Hiver canadien ou la révolution de la polonaise Magdalena Abakanowicz Composition de formes blanches de laine, coton, corde, viscose, lin jouant de la chaîne et de la trame).

Les femmes arrivent en force et "ouvrent un nouveau champ de l'art contemporain pas encore canalisé". La seconde édition de 1965 voit l'émergence des créateurs d'Europe centrale et de l'Est, celle de 1967 la prépondérance de la participation féminine et celle de 1969 l'appropriation de l'espace.

Sur le mur Wojciech Sadley (Pologne 1932), La nuit blanche, 1966. Tissage coopérative Wanda, Cracovie. Laine et soie. Musée central des textiles Łódź. 3e Biennale de 1967 // Charlotte Lindgren (Canada 1931), Édicule, 1967. Tissage atelier de l'artiste. Laine, mohair, soie & fibres synthétiques. Fondation Toms Pauli Lausanne. 3e Biennale de 1967 © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, juillet 2019, Centre culturel et artistique Jean Lurçat, Aubusson.

 

Croître et devenir (1969) de Lissy Funk laisse carte blanche à la survenance de la broderie. Édicule (1967) de Charlotte Lindgren permet à la tapisserie de sortir de l'espace, de quitter la cimaise, de devenir un dais. Colonne en couleurs qui chantent (1967) d'Elsi Giauque oublie définitivement le mur dans cette séparation de l'objet textile du mur pour devenir des formes suspendues de cadres tendus de fils de chaîne d'Élément virtuel spatial (1969).

 

Magdalena Abakanowicz (1930-2017), Abakan rouge, 1969. Tissage dans l'atelier de l'artiste. Sisal et métal. Tate, Londres. 4e Biennale de 1969  //  Henri-Georges Adam, Dalles sable et eau, 1965. Tissage Manufacture des Gobelins, Paris. Coton et laine. Mobilier National. 2e Biennale de 1965 © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, juillet 2019, Centre culturel et artistique Jean Lurçat, Aubusson.

 

Œuvre majeure de cette exposition, Abakan rouge (1969) de Magdalena Abakanowicz (dérivé du nom de l'artiste) tissée uniquement de sisal ne pouvait que marquer les esprits de la 4e Biennale par la tri-dimensionnalité de ses 56 m² comme elle les marque aujourd'hui par sa prégnante monumentalité.

 

Maureen Hodge (1941), Bois d'hiver. Tissage atelier de l'artiste 1965. Laine, lin & jute. Collection de l'artiste. 2e Biennale de 1965 © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, juillet 2019, Centre culturel et artistique Jean Lurçat, Aubusson.

 

Bois d'hiver (1965) de Maureen Hodge, mêlant jute, lin et laine, frappe par l'incroyable de son tissage des outre-noirs. Comment ne songerait-on pas à Pierre Soulages et à Éva Jospin ? Barbara Falkowska immisce des fragments de poésie de Jan Kachanowsky dans son Polyptyque élégie (1965). Vol d'anges de Mark Adams (1962) tissé dans les ateliers aubussonnais Avignon, pièce pertinente et intelligente, clôt cette poétique déambulation dans ces années 1960 qui révolutionnèrent l'art de la tapisserie.

 

Triste signe du désamour de l'art textile, 1995 sera la dernière édition de ces seize Biennales qui présentèrent 911 œuvres de plus de 600 artistes. Lurçat meurt en 1966, Abakanowicz en 2017.

 

Gilles Kraemer

envoyé spécial

 

Le mur et l'espace. Séismes dans la tapisserie aux Biennales internationales de Lausanne 1962-1969

29 juin - 6 octobre 2019

Centre culturel et artistique Jean Lurçat - Aubusson - Creuse

Commissariat Giselle Eberhard Cotton directrice de la Fondation Toms Pauli, Lausanne et Bruno Ythier, conservateur à la Cité internationale de la tapisserie, Aubusson.

Scénographie Dominique Sallanon dans un accrochage non chronologique pour des fulgurances visuelles et techniques des différentes expressions.

Livret du visiteur, un mini catalogue.

 

Pour en savoir plus sur les 16 éditions des Biennales de Lausanne De la tapisserie au Fiber art. Les Biennales de Lausanne 1962-1995. 224 pages. 200 illustrations. 2017. Skira éditions. 

www.cite-tapisserie.fr/ & www.toms-pauli.ch/accueil 

 

Jacques Lagrange (1917-1995), Combat anachronique. Tissage Manufacture Braquenié, Aubusson, 1981, d'après un carton de 1965. Laine et soie © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, juillet 2019, Cité internationale de la tapisserie Aubusson.

 

La nef des tentures, Cité internationale de la tapisserie. Livret du visiteur. 79 tapisseries commentées.

 

Atelier de tapisserie Gillot, Aubusson. Tissage de la tapisserie Les Trolls, 6e pièce de la Tenture Tolkien © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, juillet 2019, Cité internationale de la tapisserie Aubusson.

 

Aubusson tisse Tolkien. La Cité poursuit la création de 13 tapisseries et d'un tapis d'après les illustrations de John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973) : Les lettres du Père Noël; Le Silmarillion; Le Hobbit; Le Seigneur des Anneaux. Cinq pièces sont "tombées de métier". Deux sont en cours dont The Trolls (dans Le Hobbit) tissée de lin, soie, laine et coton. 

 

Clément Cogitore, Ghost Horseman of the Apocalypse in Cairo Egypt.jpg, 2019 © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, juillet 2019, Centre culturel et artistique Jean Lurçat, Aubusson.

 

La tombée de métier de cette tapisserie de Clément Cogitore (Colmar 1983) s'est déroulée le 29 juin 2019. Six mois de tissage furent nécessaires à l'Atelier A2 dirigé par France-Odile Perrin-Crinière à Aubusson. 

www.lecurieuxdesarts.fr/2017/10/ghost_horseman_of_the_apocalypse_in_cairo_egypt.jpg.une-tapisserie-de-clement-cogitore-pour-la-cite-

 

Alexandre Calder (1898-1976), Les poissons bleus, d'après une maquette de 1971. Manufacture Pinton, Felletin. Tapisserie de basse lisse. Laine. 170 x 130 cm.. // Jean Arp (1886-1966), Constellation, 1966. Manufacture Pinton, Felletin. Tapisserie de basse lisse. Laine. 145 x 137 cm.. Collection Pinton toutes les deux © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, juillet 2019, Église du château, Felletin.

 

Et aussi, à 10 kilomètres d'Aubusson, exposition La Maison Pinton. 150 ans de réalisations en tapisserie

15 mai - 27 octobre 2019 à l'Église du château - Felletin - Creuse

Commissariat Bruno Ythier

www.pinton1867.com/

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article