Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

" J'ai des critiques d'art, des musées et de leur personnel, des marchands de tableaux et de leurs clients habituels, une horreur proportionnée à la faveur que j'ai du vrai art. Je considère en effet l'art dont ils s'occupent et qui les intéressent, et à la propagation duquel il travaillent, comme le faux art, la fausse monnaie de l'art ".

 

In situ dans la loggia du Palazzo Franchetti. Jean Dubuffet, Clochepoche, 1988 d'après la maquette de 1973. Résine époxy peinte. 208 x 120 x 35 cm.. Collection Fondation Dubuffet, Paris © photo Le curieux des arts Gilles Kraemer, 09 mai 2019.

 

Article de Bruno Alfieri Vuole incendiare il Palazzo Ducale / Il souhaite incendier le Palais des Doges, 1950 © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 09 mai 2019.

 

En ces temps de 58e Biennale vénitienne s’essoufflant, si elle n'est essoufflée, cette réponse du 11 novembre 1949 de Jean Dubuffet à l'éditeur vénitien Bruno Alfieri - lui proposant une exposition - sonne étonnamment. Provocateur, il allait jusqu'à vouloir souhaiter l'incendie du Palais des Doges et du Pont des Soupirs " et tout ce hideux bric-à-brac pseudo-artistique ". Pour une éventuelle exposition dans la Sérénissime, il la souhaitait dans un temps sans " Biennale, expositions rétrospectives d'écoles culturelles, critiques d'art, personnalités du Museum of Modern Art de New York ".

La braise retomba et Dubuffet invitait, en mars de l'année suivante, Alfieri à venir " manger des caramels avec moi dans le jardin des Tuileries ".

 

Georg Hoefnagel, Incendio del Palazzo Ducale il 20 dicembre 1577, dal Bacino, 1578. 365 x 244 mm. Bois gravé publié en 1596, planche 60 du Civitates orbis terrarum (Le Théâtre des cités du monde) de Georg Braun & Franz Hogenberg, publication des six volumes entre 1572 en 1618.

 

Les Vénitiens ne sont pas rancuniers. En 1505, un incendie détruisit le Fondaco dei Tedeschi. En 1512, les Procuratie Vecchie. Le 10 janvier 1514, le marché du Rialto, ressenti comme " la ruine de Troie " ou " le sac de Padoue ". Le 20 décembre 1577, le violent incendie du Palazzo Ducale endommageait la Sala dello Scrutinio et celle du Maggior Consiglio. Un concours, lancé en 1582, ayant comme sujet Le Paradis, une immense toile pour le mur du fond de la gigantesque salle du Conseil majeur sera remporté par Paolo Veronese et Francesco Bassano. Le décès en 1588 de Veronese ne permettant pas la réalisation de cette peinture, Tintoretto et son fils Domenico la réaliseront en 1592.  

Jean Dubuffet à Venise en juin 1964. Lui et son épouse Lili gardèrent un souvenir des fêtes données par Paolo Marinetti directeur de Grassi, séjour au Gritti, dîners, vernissages © archives Fondation Dubuffet, Paris, photographie AFL © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 09 mai 2019.

 

Entre Jean Dubuffet (Le Havre 1901 - 1985 Paris) et Venise, le lieu est étroit depuis 55 ans. Retour dans cette ville, en 2019, dans la demeure du comte de Chambord, le Palazzo Franchetti. Il choisira la ville de Marc, pour y montrer en avant-première ses travaux récents. L'Hourloupe (entourlouper) initié en juin 1962, est présenté en juin 1964 au teatrino du Palazzo Grassi. Grand succès, suivi en juillet 1964 au Palazzo Grassi - à cette époque Centro Internazionale delle Arti e del Costume - par la présentation de la série complète des Phénomènes, vingt-deux albums, soit 324 lithographies ainsi que les toiles de Texturologies et de Matériologies.

 

In situ au Palazzo Franchetti, Jean Dubuffet. Pince bec, juin-août 1960. Papier mâché. 95 x 30 x 30 cm.. Plan de site, 7 avril 1958, présenté à Grassi en 1964. Huile sur toile. 114 x 149 cm.. Fondation Jean Dubuffet, Paris, tous les deux © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 09 mai 2019. 

In situ au Palazzo Franchetti, Jean Dubuffet. Peintures de 1965 à 1967 © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 09 mai 2019.

 

Pour la Biennale de 1984 (A.R. Penck représentait l'Allemagne), le commissaire du Pavillon français Daniel Abadie bouscule les règles. Il assume le choix d'un seul artiste auquel les quatre salles sont entièrement dévolues. C'est la première fois qu'un artiste se voit consacrer l'intégralité du Pavillon. Éternelle querelle du choix du commissaire. À cette époque, le ton était libre, un critique français se permettait des bémols à l'égard du pavillon national, ce qui est inconcevable en 2019. Jean-Louis Ferrier, en 14 lignes, dans son billet du Point de juillet 1984 jugeait "[qu'] il n'était pas très futé, en effet, de consacrer la totalité du pavillon français, aux Giardini, à ce vieux roublard de Dubuffet, autrefois fort buteur, qui n'est plus depuis longtemps que l'ankylose de lui-même ". Comme les politiciens auxquels l'on ne peut confier les choses sérieuses, " est-il bien prudent de confier aux sélectionneurs artistiques la défense de l'art ? ".

  

In situ, exposition Jean Dubuffet. De gauche à droite. Mire G 48 (Kowloon), Mire G 21 (Kowloon) fut exposé à la Biennale, Mire G 178 (Boléro). Ces trois acryliques sur papier collé appartiennent à la Fondation Dubuffet, Paris © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 09 mai 2019. 

 

 

 

In situ, exposition Jean Dubuffet. Mire G 106 (Boléro). 335 x 100 cm.. Fondation Dubuffet, Paris © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 09 mai 2019.

En 1984, Dubuffet a 83 ans. Depuis février 1983, il travaille une nouvelle série de peintures : les Mires dont le nombre atteindra 200. Trente-quatre peintures seront présentées aux Giardini, les Kowloon sur fond jaune, les Boléros réduits aux seules couleurs bleu et rouge. Mais cette fois-ci Jean préfère rester en France, devenu réfractaires aux "festivités sociales" des vernissages vénitiens. Que ne dirait-il pas aujourd'hui de ces dîners des galeristes et des fondations ?  

 

 

 

 

In situ dans le jardin du Palazzo Franchetti. Jean Dubuffet, Tour aux récits, 2007, d'après la maquette de 1973. Résine  époxy peinte. 400 x 194 x 178 cm.. © photo Le curieux des arts Gilles Kraemer, 09 mai 2019.

Vernissage vénitien le 9 mai 2019 autour de soixante œuvres de cet artiste.

Jean Dubuffet décédait le 12 mai 1985, les dernières lignes de sa Biographie au pas de course terminées.

 

Gilles Kraemer

  déplacement et séjour personnel à Venise

 

 

Jean Dubuffet e Venezia

10 mai - 20 octobre 2019

Palazzo Franchetti - Venise - Venezia

Commissariat de Sophie Webel et Frédéric Jaeger

Catalogue au format à l'italienne, couverture inspirée fort judicieusement de celle de l'exposition de Grassi de 1964. 72 pages. 5 Continents Éditions.  

 

Catalogue de l'exposition "L'Hourloupe de Jean Dubuffet". 15 juin-13 septembre, prolongation au 15 octobre 1964. Textes de Paolo Marinotti & Renato Barilli © photo Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 09 mai 2019.

www.acppalazzofranchetti.com/it      www.dubuffetfondation.com

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article