Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer & Guillaume Kraemer

Gilles Kraemr

déplacement et séjour personnel à Avignon.

Le fil rouge de cette année avignonnaise, c'est L'Odyssée, les odyssées, poème résonnant du voyage, de l'exil, de l'autre, de la rencontre de l'étranger, du migrant. L'affiche du 73ème Festival d'Avignon est celle de Myriam Haddad (1991, Damas).

Myriam Haddad, Agonia, 2019. Huile sur toile. 250 x 200 cm.. Collection privée © photo Le Curieux des arts, Guillaume Kraemer,  5 juillet 2019 . 

De Myriam Haddad, l'on se souvient de son exposition Désordres en février 2018 à la galerie parisienne Art:Concept puis de sa participation à l'accrochage collectif ce printemps 2019 à la Fondation Cartier : Jeunes artistes en Europe -Les métamorphoses. Le 8ème Prix Jean-François Prat lui fut remis ce 27 juin 2019, le trait commun de la sélection était cette année le déplacement. Étrange coïncidence avec le thème du Festival souhaité par Olivier Py, son directeur : Désarmer les solitudes.   prixjeanfrancoisprat.com/artiste/miryam-haddad

Son travail, tout en chromatisme, demande de la patience, de l'observation. Face à ses touches colorées perturbant le regard, l'œil se fait peu à peu. Des formes apparaissent. " L'affiche ne doit pas donner des informations rapides. Je travaille dans des toiles complexes pour permettre d'ouvrir des éléments ". Cherchez, cherchez bien, un crocodile apparaîtra, tout vert, gueule ouverte, en bas à gauche. La teinte dominante est le rose, le rose de l'espoir, de l'attente, du matin, de " l'aurore au doigt de rose " phrase revenant souvent chez Homère. Phrase retenue par Myriam pour concevoir l'huile sur toile d'Agonia, l'affiche du Festival 2019.

Vue de l'exposition Myriam Haddad, Collection Lambert, Avignon © photo Le Curieux des arts, Guillaume Kraemer,  5 juillet 2019.

La Collection Lambert consacre à cette artiste une exposition en deux salles, Le sommeil n'est pas un lieu sûr. Trois grandes toiles et des petits formats. " J'ai décidé d'un accrochage mélangeant grandes et petites peintures. L'on ne regarde pas attentivement une grande toile alors qu'une petite oblige à l'observation, à l'attention ". D'où cet accrochage, celui de la rêverie pour une artiste revendiquant le sujet. Lorsqu'elle était étudiante à l'Ecole des Beaux-Arts, dans l'atelier de Philippe Cognée, la démarche de peindre d'après photographie ou d'après des images trouvées sur Internet ne l'intéressait pas. Seule l'imagination importe, " je dois rester fidèle à mon imagination ", elle qui commença ses études en Syrie dans un cadre "académique" et traditionnel, celui de l'étude du portrait, du paysage, du corps.

Pieter Brueghel dit l'Ancien (vers 1525/1530 - 1569), Le retour des chasseurs (Hiver), 1565. Huile sur bois. 116,5 x 162 cm.. Site Internet du Kunsthitorisches Museum, Gemäldegalerie, Wien.

Qu'elle est la première image que vous voyez en vous réveillant ? " lui demandait Laurent Goumarre, lors de la conférence de presse de ce 8 juillet, cour du Cloître Saint-Louis à Avignon. " Les chasseurs dans la neige ". Le tableau de Pieter Brueghel dit l'ancien, Le retour des chasseurs du Kunsthitorisches Museum de Vienne.

La peinture, la vrai peinture. Celle imaginée par l'artiste. Merveilleuse artiste.

Myriam Haddad © photo Le Curieux des arts, Gilles Kraemer, 8 juillet 2019. 

 

www.collectionlambert.fr Autres expositions en ce lieu : 

A normal Working Day (Marco Delgado, Nadine Fuchs & Zimoun) Various days.

Nouvelle présentation de la collection permanente Lambert Un art de notre temps #2

Basquiat Remix. Matisse, Picasso, Twombly. dans un face-à-face Jean-Michel Basquiat avec Matisse- Picasso-Twombly.

Vik Muniz, Shared root © photo Le Curieux des arts, Guillaume Kraemer, 4 juillet 2019.

Vik Muniz Imaginária. Des photographies dans la continuité de son exposition vénitienne vue durant le printemps-été 2017 à la Galleria di Palazzo Cini a San Vio : Afterglow : Pictures of Ruins, dans sa relecture des peintures italiennes, Primitifs, Renaissance et Settecento, de la collection de Vittorio Cini. Rien de bien nouveau dans ces immenses photographies présentées à la Collection, très spectaculaires, réinterprétations de saints et de saintes de Paolo Pagani Saint Lazare ou de Jusepe de Ribera Saint Sébastien.

A l'opposé totale et stupéfiante, virage à 360, la carte blanche de la maison de champagne Ruinart à ce même artiste (né en 1961), suite à une résidence. Shared root., est la démonstration de la force de ce photographe-plasticien brésilien dans une recherche pure et sincère. Un hymne aux vignerons et à la vigne avec Flow hands, Flow polyptych ou Flow wine 2. Génial.

Affiche de la 73e édition du Festival d'Avignon (c) Miryam Haddad, Agonia / Graphisme mine de rien.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article