Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

 

Gilgian Gelzer, Body Electric VI, 2018. Gravure à bois perdu. Atelier Michael Woolworth, édition de 5 ex.. 124 x 100 cm.. Courtoisie de Gilgian Gelzer et galerie Jean Fournier, Paris, Adagp, Paris, 2019.

Studio de chorégraphe ou atelier d'artiste ? Dans son atelier parisien du XIIIe arrondissement, Gilgian Gelzer (né en 1951 à Berne) semble danser. " Tout mon corps s'implique dans cette relation physique, cet échange, cette rencontre avec la feuille de papier. C'est même un pas de deux que j'entame, dans ce dialogue avec la feuille accrochée au mur pour les grands formats ou posée sur la table pour les petits. Je travaille toujours debout dans ce départ du rien pour un nulle part. C'est une quête, un chemin. Une relation physique, un échange, comme une rencontre. Chacun de mes formats induit un rapport différent avec la feuille ". Qui est-il, ce fils de diplomate, ayant appris le français à Caracas, passant son baccalauréat à New York, installé en France depuis 1970 pour des études aux Arts déco puis aux Beaux-Arts ? " Je suis devenu sédentaire, après une enfance vagabonde " se plaît-il à souligner.

 

Gilgian Gelzer © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, mars 2019, musée des Beaux-Arts de Caen.

Le musée des Beaux-Arts de Caen, dans le cadre du cycle "Résonance", consacre une exposition à cet ancien professeur de l'École supérieure d'Arts et Médias de Caen/Cherbourg. Une soixante de dessins, des bois gravés monumentaux et de petites photographies, de 2008 à aujourd'hui, sont présentés. Ce lieu si imposant l'obligea à travailler d'après une maquette. Une réponse appropriée à la démesure de cet endroit. "Une redécouverte de mon œuvre dans cet agencement".

 

Vue de l'exposition Gilgian Gelzer. Au premier plan Sans titre, 2008. Crayons de couleurs et mine graphique sur papier. 200 x 150 cm.. Achat en 2009. Centre Pompidou - Musée national d'art moderne/ Centre de création industrielle © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, mars 2019, musée des Beaux-Arts de Caen.

Dans un agencement nullement linéaire mais en un libre parcours circulaire " architecturé par le gris lumineux des murs " cette exposition s'est construite. " La vastitude du patio m'a dépassé, je ne pouvais dessiner directement sur les murs. Ceci aurait été trop construit alors que le temps de mon travail est celui de l’immédiat ". Naquirent 4 triptyques A light Year Away, dans une connexion spatiale.

Fanatique du crayon, noir ou de couleur, il en apprécie la tendresse de la mine, son côté incisif, sa simplicité dans sa pratique lui " permettant de tendre vers l'essentiel : la réduction du trait, aller vers l'essentiel ".

 

Vue de l'exposition Gilgian Gelzer. Au premier plan Sans titre, 2008. Crayons de couleur sur papier. 140 x 110 cm. © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, mars 2019, musée des Beaux-Arts de Caen.

 

Vue de l'exposition Gilgian Gelzer © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, mars 2019, musée des Beaux-Arts de Caen.

Ses dessins se construisent dans un travail de la surface, d'un geste retenu. Aspect moins connu, la photographie est un prolongement du dessin, un fil conducteur dans lequel la couleur appert dans un questionnement de la forme, de l'emplacement. Elle lui permet la découverte, la recherche de l'espace dans ses paysages. Cette approche physique de l'environnement, il la poursuit dans l'estampe dans un dialogue physique avec le bois.

Gilles Kraemer

 

ce texte a été publié dans la revue Artaïs, n°22, mai - septembre 2019, dans un format plus concis. artais-artcontemporain.org/

 

Vue de l'exposition Gilgian Gelzer © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, mars 2019, musée des Beaux-Arts de Caen.

 

Gilgian Gelzer

Musée des Beaux-Arts de Caen

Le château - 14000 Caen

jusqu'au 1er septembre 2019

Commissariat Caroline Joubert

Catalogue. Texte de Katharina Holderegger. 64 pages. Édition avec trois couvertures différentes créées spécialement par l'artiste en 2018. Éditions du musée des Beaux-Arts de Caen. Prix 15 €.

mba.caen.fr

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article