Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Claude Lalanne (1925 -  10 avril 2019). Lanterne aux Papillons, pièce unique, 2000Bronze doré et cuivre galvanisé. H 122 x L 55 x P 60 cm.. Monogrammée CL, signée Lalanne, numérotée 1/1 et datée 2000 sur le bout d'une branche en bas. Provenance : collection privée, acquise directement auprès de l'artiste, dans la famille depuis © Christie’s images limited. Estimation 120 000 - 180 000 €. ADJUDICATION 370 000 €, frais inclus.

Claude Lalanne a réalisé quelques lustres pour des amis et clients. Unicum, cette lanterne, plus chinoise que japonaise, par ses courbures, renferme un éclairage dans sa structure d'éléments de bambous. Comme nous le souligne Daniel Marchesseau, commissaire de l'exposition consacrée à Claude & François-Xavier Lalanne, en 1998, à Bagatelle, "c'est une merveille dans ce goût sino-orientalisant. D'une grande stylisation, nullement maniériste, cette lanterne juxtapose la verticalité des bambous à une branche sortie de la nature, une antinomie gracieuse contrebalancée par les trois chandelles. Tout est dans le silence et le charme animalier des papillons posés sur la branche. Elle est comme une évocation du monde nocturne de la fête des lucioles au Japon lorsque ces coléoptères sont attirés par la lumière des lanternes".

Diego Giacometti (1902 - 15 juillet 1985), Chauve-souris, pièce unique, 1985. Bronze patiné. H 11,6 x l 15,1 x P 14,1 cm.. Signée DIEGO, numérotée 7/77/8 et 7/8 au revers et deux fois 7/9 sur le dessus des feuilles. Provenance : collection privée, Paris, reçue en cadeau de l'artiste, 1985 © Christie’s images limited. Estimation 60 000 - 80 000 €. ADJUDICATION 137 500 €, frais inclus.

L'ultime œuvre de Diego Giacometti. L'œuvre ultime. Un unicum transcendé par le charme d'un objet sentimental. Il l'a conçu spécialement pour un enfant de 13 ans, en remerciement de lui avoir lu un extrait de La tante de Frankenstein d'Allan Rune Petterson décrivant une chauve-souris entrée dans un salon. Une chauve-souris posée sur trois feuilles. Pour en savoir plus sur la discrétion subtile de ce sculpteur de meubles, lisez les ouvrages de Daniel Marchesseau - commissaire de l'exposition Diego Giacometti. Plâtres et bronzes au MAD en 1986 - parus en 1986 et 2018. Daniel Marchesseau photographia cette sculpture juste assemblée alors que Diego partait pour l'Hôpital américain où il devait se faire opérer de la cataracte.

 

 

Diego Giacometti (1902 - 15 juillet 1985), Table 'Carcasse' à la harpie, 1980-1982. Bronze patiné et verre.H 42 x L 129 x l 85 cm.. Signée DIEGO et monogrammée DG sur une traverse. Provenance : collection privée, acquise directement auprès de l'artiste par l'intermédiaire de M. Dubosc, décorateur de la maison Jansen, pour un appartement Place des États-Unis, Paris, 1980-1982 © Christie’s images limited. Estimation 350 000 - 450 000 €. ADJUDICATION 718 000 €, frais inclus.

Si le mot de "carcasse" est de l'artiste, celui de "table du navigateur" est porteur de plus de poétique, appellation de Daniel Marchesseau dans son ouvrage consacré à ce sculpteur de meubles. L'on y voit un ponton, un gouvernail et une harpie. Une harpie qui n'est pas sans évoquer la sirène d'Ulysse.  

Claude Lalanne (1925 - 10 avril 2019) & François-Xavier Lalanne (1927 - 2008), Paire de tables 'Singe aux nénuphars', le modèle créé en 2007, celles-ci réalisées en 2008. Bronze doré. H 48,5 x D 55 cm. Monogrammées CL et FxL, signées LALANNE et numérotées respectivement 6/8 A et 6/8 B et datées 2008 sur le pourtour du plateau. Provenance : collection privée, Europe © Christie’s images limited. Estimation 400 000 - 600 000 €. ADJUDICATION 490 000 €, frais inclus.

Je préfère soumettre et proposer le titre de "singe aux nymphéas", appellation plus évocatrice pour ces tables débordantes d'humour, le côté cocasse des animaux de François-Xavier .

Gilles Kraemer

 

Vente Design mardi 21 mai 2019

Christie's Paris.

avenue Matignon, Paris VIII

www.christies.com

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article